• votre commentaire
  • François Léotard, ancien ministre de la défense, était invité chez "Les Grandes Gueules" sur RMC le 7 avril 2005

    "Je pense que vous et vos confrères, si vous le permettez, sous-estimez une partie de l'actualité qui est complètement immergée, complètement inconnue des médias. Vous avez actuellement en France 35 à 40 000 personnes qui disparaissent chaque année… qui disparaissent. C'est assez fascinant et personne ne se penche sur ces milliers de disparitions. Il y a des suicides qui sont de faux suicides, des accidents de voitures qui sont des assassinats, il y a des gens qui partent et que l'on ne retrouve pas car ils ont voulu changer d'identité…Ce que je veux dire, c'est qu'il y a un monde occulte, caché, souterrain, sous-marin, que au fond personne ne cherche à découvrir." Émission intégrale

    Pour complèter le tableau, voici lorsque une Garde des Sceaux (dit le 'top du top' en matière de responsabilité), Rachida Dati, se retrouve incapable de répondre à une question précise sur le nombre de disparitions d'enfants dans notre pays !...


    ➤➤➤ En 2011 sur France Culture, le père Georges Morand nous parlait également d'un monde souterrain composé de personnes "que l'on pourrait dire au-delà de tous soupçons" liées aux réseaux mafieux et satanistes...


    1 commentaire
  • ➤ Neuropsychologie de la mémoire dans l'expérience traumatique + la question des allégations infondées de souvenirs des abus sexuels anciensSource: "Syndromes traumatiques du viol et de l'inceste" - Jean Michel Darves-Bornoz. Congrès de psychiatrie et de neurologie, Toulon, 1996. (document PDF intégral en fin d'article)

    Voir également Troubles dissociatifs et amnésie traumatique

    ENCODAGE ET RECOUVREMENT DES SOUVENIRS D'EXPÉRIENCES TRAUMATIQUES

    Les souvenirs traumatiques ne sont pas des souvenirs comme les autres. Le traumatisme modifie les mécanismes normaux d'encodage et de recouvrement des souvenirs de l'expérience traumatique. Comme le notait Pierre Janet pour le cas Irène, coexistent chez le sujet traumatisé des phénomènes hypermnésiques et des phénomènes amnésiques.

    Cette question a une importance pratique car la controverse sur les vrais et faux souvenirs de violences sexuelles bat son plein. La question est passablement compliquée car lorsque les hommes essaient de se souvenir des événements passés, seuls les souvenirs qui ont été encodés sous une forme langagière (mémoire explicite) sont susceptibles d'être recouvrés. La mémoire non langagière (implicite) qui opère de son côté, n'est pas susceptible d'être rappelée à la conscience (...)  

    L'encodage non-verbal des souvenirs est une fonction qui existe dès la naissance. Il repose sur des images. Il n'est pas affecté par l'altération de la conscience (par anesthésie par exemple). En particulier, pendant un traumatisme, l'état de conscience est altéré à des degrés divers mais l'encodage des expériences vécues sur un mode non-verbal continue à fonctionner pendant la période de perturbation de la conscience. Cela explique aussi que des souvenirs d'expériences traumatiques survenues avant l'âge de deux ou trois ans puissent être présents à la mémoire, même s'ils sont plus flous, fondés sur une imagerie et non sur un récit.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Les personnes qui souffrent de maladies mentales font de bons sujets pour les expérimentations MK parce qu'elles sont souvent privées de leurs droits et qu'il est facile de les discréditer par la suite en mettant leurs témoignages sur le compte de leur maladie. Karen Wetmore est une de ces victimes du programme MK-Ultra, elle est l'auteur du livre "Surviving Evil: CIA Mind-Control Experiments in Vermont". Lors de son adolescence, au début des années 70, elle a été internée pour "schizophrénie" dans un hôpital psychiatrique du Vermont. Un long séjour dont elle n'a gardé que des souvenirs fragmentés. Ce n'est qu'à l'âge adulte qu'elle a été diagnostiquée avec un trouble dissociatif de l'identité, un trouble de la personnalité qui a très certainement été renforcé par ces expérimentations sur le contrôle mental... Les enfants ayant déjà des troubles dissociatifs étant des proies idéales pour ce genre d'expérimentations MK. D'après le psychiatre Colin Ross qui a enquêté sur le dossier de Karen Wetmore, elle aurait pu être sélectionnée parce qu'elle souffrait déjà d'un trouble dissociatif dû à des abus sexuels répétitifs.

    ➤➤➤ MK-Ultra


    votre commentaire
  • Le 17 août 1951 à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, le village entier semble pris de folie, après ce qui ressemble à une banale intoxication collective. Pendant une semaine, les scènes surréalistes s'enchaînent, avec des habitants en proie au délire et à des hallucinations. A l'issue de cette semaine, on déplore cinq morts et 300 malades, dont une soixantaine internée dans des hôpitaux psychiatriques. En 2009, le journaliste américain Hank Albarelli assure dans un livre que le village aurait été victime d'une expérience sur les effets du LSD, menée conjointement par l'armée américaine et la CIA. Une théorie qui prend place aux côtés de l'empoisonnement par l'ergot de seigle ou les mycotoxines dans le catalogue des hypothèses.

    Documentaire diffusé sur France 3 le mercredi 8 juillet 2015


    MK-Ultra


    votre commentaire
  • Voir la conférence intégrale


    votre commentaire
  • ➤ Suisse : la cour rejette les expertises visant à nier la parole de l'enfantExtrait de l'article "La victime du sadique de Romont est bien devenue un coupable" publié sur letemps.ch - 23 juin 2015

    Expert privé critiqué

    En substance, la cour a estimé que les déclarations des enfants, remises en cause par Thomas, reflétaient bien leur vécu et non pas ce qu’ils auraient vu, imaginé ou entendu. L’avis médical privé, émanant du psychiatre français Paul Bensussan, a reçu un accueil plus que glacial de la part des juges. Ces derniers n’ont pas eu de mots assez sévères pour remettre en cause l’objectivité de ce travail et relever ses erreurs factuelles. La cour a également critiqué les multiples casquettes endossées par ce spécialiste qui s’est mué en expert du prévenu, en sur-expert de l’expertise de crédibilité des enfants et en censeur du premier jugement.

     


    votre commentaire
  • Brigitte Oriol, Psychothérapeute, assistante d’Alice Miller depuis 1999


    Voir la conférence intégrale


    1 commentaire
  •  Voici un morceau tiré de Drones, le septième album du groupe MUSE. Une production toute fraîche, sortie début juin 2015.

    Le titre intitulé The Handler* est l'une des productions les plus explicites (autant au niveau du texte que de la symbolique du clip) sur le contrôle mental Monarch qui ait été produit.

    *Un terme souvent utilisé pour décrire celui qui manipule et qui gère l'esclave MK, un terme qu'il est difficile de traduire en français et qui signifierait : dresseur, manipulateur ou maître, celui qui tient en laisse.

    http://vigilantcitizen.com/musicbusiness/muses-the-handler-a-song-about-a-mind-control-slave-singing-to-his-handler/

     

     

     


    2 commentaires
  • ➤ Inceste et amnésie traumatique: le témoignage de Mathilde Brasilier

    Le phénomène de dissociation avec les mémoires traumatiques provoquant des amnésies est quelque chose de très controversé au sein des institutions psychiatriques et judiciaires. Pourquoi ce domaine de la psychotraumatologie, pourtant très sérieux, est-il autant négligé et même discrédité au sein des institutions garantes de la justice, la sécurité et de la prise charge des victimes ? Pourtant les exemples concrets d’amnésies dissociatives ne manquent pas, tout comme les études sur cette fonction du cerveau humain.

    La journaliste Mathilde Brasilier vient de publier un livre intitulé “Il y avait le jour, il y avait la nuit, il y avait l’inceste”. Un témoignage fort mettant une fois de plus en perspective ce phénomène d’amnésie traumatique. En effet, cette femme ne s’est rappelée de l’inceste paternel qu’à l’âge de 40 ans…. Son frère, lui aussi victime de son père, s’étant malheuresuement suicidé.

    Il se trouve que l’actrice et chanteuse française Marie Laforêt, la Miss America Marilyn van Derbur, fille du millionnaire Francis van Derbur, tout comme Laura Mackenzie, fille de John Phillips, une légende du Rock’n’roll, rapportent elles aussi des amnésies dissociatives en rapport avec les abus sexuels qu’elles ont subi dans l’enfance. Visiblement il s’agit de quelque chose de récurrent, mais qui pourtant reste couvert par une chape de plomb institutionnelle empêchant que cette question des amnésies traumatiques, pourtant si cruciale pour la compréhension de la pédocriminalité, ne vienne à se retrouver sur la place publique.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ➤ Extraits du livre "Pour cause de Sécurité Nationale" - Cathy O'Brien et Mark Phillips© Éditions Nouvelle Terre  

    "Pour cause de Sécurité Nationale" - Cathy O'Brien & Mark Phillips, 2015

    "Où sont passés tous les enfants ?" sera le titre de l’article de Mark, qui se voudra explicite et révélateur pour The Out-post of Freedom. Il faudra cependant attendre avant qu’il ne soit publié, le temps que ce prototype de journal patriotique se monte et se finance. Le contrôle de l’esprit est tapi dans tout le secteur privé américain, et il touche beaucoup d’enfants. Le cas de Kelly est parmi les premiers à émerger devant les tribunaux, mais ce n’est sûrement pas le seul. Mark et moi avons connaissance de centaines d’autres cas.
     Des réseaux clandestins se forment à travers tout le pays pour s’opposer à la dévastation causée dans toute la société par la prolifération du contrôle de l’esprit façon « MK-Ultra ». L’indignation générale des citoyens face à un système judiciaire défaillant et à un gouvernement corrompu est censurée dans les médias grand public. Pendant ce temps, des enfants violés sont remis entre les mains de leurs «dresseurs» sur décision des tribunaux et «pour cause de Sécurité nationale». Cette injustice outrancière conduit à la formation d’associations aujourd’hui réputées comme « Believe the Children », « V.O.I.C.E.S. » {« Victims Of Incests Can Emerge Survivors »}, et « Justus Unlimited ».

    Des réseaux clandestins comme celui de Faye Yeager  permettent de mettre temporairement à l’abri des rescapés qui fuient leur violeur, et/ou la corruption du système judiciaire. Les tentatives du gouvernement de poursuivre Faye Yeager et toutes les persécutions connues du public qu’elle a subies n’ont en réalité fait que nourrir la détermination des rescapés et de leurs soutiens à entretenir des réseaux souterrains aussi cruciaux que celui de Faye.

    De plus en plus de ces réseaux nous contactent afin de comprendre comment il est possible de venir en aide aux victimes qui souffrent de troubles dissociatifs. Beaucoup de ces victimes retournent d’elles-mêmes tout droit chez leurs bourreaux, incapables de garder consciemment en mémoire ce qu’elles ont précédemment fui. Certaines seront assassinées. Notre téléphone ne cesse de sonner, et on ne fait que nous demander de l’aide à l’autre bout du fil. Bernadette McArthur, l’une des mères que Mark et moi rencontrons, a fait usage de ces réseaux clandestins pour s’enfuir du pays avec ses cinq enfants. Quatre d’entre eux ont été horriblement violés, et quand le système judiciaire a menacé de laisser la situation se perpétuer, Bernadette, alors enceinte, s’est enfuie avec eux pour la Turquie en 1988.

    Lire la suite...


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • ➤ Témoignage d'un pasteur Mormon à propos des abus rituels traumatiques : Elder Glenn PaceSource - Traduction MK-Polis

    Le 19 juillet 1990, Elder Glenn Pace, alors évêque Mormon, a envoyé une note interne à son Église pour dénoncer les abus rituels. En effet, Glenn Pace avait mené une enquête sur les abus rituels sataniques au sein même de l'Église des saints des derniers jours (Mormons) afin de dénoncer la prolifération systématique et largement répandue du contrôle mental. Il avait ainsi recueilli une soixantaine de témoignages concernant des rituels traumatiques et des sacrifices humains. À l'époque, ce mémorandum a fait beaucoup de bruit au point qu'une enquête gouvernementale sur les abus rituels en Utah a été lancée l'année suivante ("Ritual Crime in the State of Utah"). Voici la traduction du mémorandum de cet évêque qui a eu le courage de dénoncer ces horreurs :


    Conformément à la demande du Comité, je vous écris cette note pour vous transmettre ce que j'ai appris à propos de la maltraitance ritualisée des enfants. En espérant que cela ait une certaine valeur et vous permette de continuer à surveiller ce problème. Vous avez déjà reçu le rapport 'LDS Social Services' sur le satanisme daté du 24 mai 1989, un rapport de Brent Ward, ainsi qu'un mémorandum venant de moi-même daté du 20 octobre 1989 en réponse au rapport du Frère Ward. Par conséquent, je vais limiter cette lettre en vous transmettant uniquement les informations qui ne figuraient pas dans ces documents.
    J'ai rencontré soixante victimes. Ce nombre pourrait être à multiplier par deux ou par trois si je ne me cantonais pas à une seule séance par semaine. Au départ je ne souhaitais pas m'impliquer sur cette question qui pouvait devenir un handicap pour mon poste à responsabilité. Mais par la suite, j'ai ressenti qu'il fallait en payer le prix afin d'obtenir une conviction intellectuelle et spirituelle face à la gravité de ce problème au sein de l'Église.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Candy Brooke est une chanteuse de pop déjà bien intégrée dans l'agenda de l'élite. Sa courte vidéo intitulée
    "A Study in Duality" (une étude dans la dualité) parvient à réunir toute l'imagerie et la symbolique relative au contrôle mental avec tout l'occultisme qui l'entoure. Candy n'est pas encore considérée comme une pop star à part entière mais tous les éléments sont réunis pour en faire une favorite de l'industrie. En plus d'avoir les bonnes connexions pour pouvoir "faire les choses en grand", elle semble prête à imprégner son travail d'une symbolique qui lui permette de se retrouver sous le feu des projecteurs.

     

     


    votre commentaire
  • ➤ Lorsque les troubles psychologiques sont utilisés pour décrédibiliser les victimesDans les dossiers de justice liés aux affaires de pédocriminalité, les éléments psychologiques (qui ne font évidemment pas office de preuves) sont systématiquement utilisés pour décrédibiliser la victime. Ils permettent ainsi de classer les affaires sans mener de véritables enquêtes qui pourraient justement déboucher sur des preuves. En effet, la victime qui dénonce les abus est jugée psychologiquement instable, voir complètement déglinguée (et pour cause), donc sa parole est d’emblée jugée non crédible devant la justice... c’est justement sur ce point qu’il faut faire changer les choses et c'est bien là que se trouve tout l’enjeu concernant la parole et les témoignages de survivants. Pourquoi la justice ignore-t-elle les avancées en matière de psycho-traumatologie pour traiter les dossiers ? Un domaine pourtant crucial pour pouvoir aider les victimes et enfin comprendre comment fonctionne le système pédocriminel...

    Revenons par exemple sur l'affaire Franklin aux États-Unis où certaines victimes ayant des troubles dissociatifs ont subi un acharnement visant à les faire condamner et enfermer... c'est à dire les réduire au silence.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ➤ Procès Outreau 3 : Lorsque tout est fait pour décrédibiliser la parole de l'enfantVendredi dernier s'est terminé à Rennes le procés Outreau 3, Daniel Legrand ayant été définitivement acquitté. Trois semaines de procès dont vous pouvez trouver le compte rendu au jour le jour ici ou ici.

    Au-delà du verdict concernant Daniel Legrand et de l'affaire Outreau en elle-même, intéressons sur la manière dont la parole de l'enfant a été traitée durant ce procès qui a vu défiler plusieurs témoins dits "experts" ou spécialistes sur la question.

    Les témoignages d'enfants victimes de pédocriminalité sont systématiquement attaqués et décrédibilisés afin de protéger ce qui semble aujourd'hui relever d'une véritable institution intouchable. L'enfant (ou l'adulte survivant) ne doit aucunement nuire au Réseau, donc il s'agit de démolir et décrédibiliser sa parole avant même qu'elle ne soit entendue. Ce procès Outreau 3 nous a démontré comment ce processus de lutte contre les témoignages dérangeants est systématiquement mis en oeuvre pour renforcer la chape de plomb couvrant la boîte de Pandore...

    Lors de ce procès, il a été largement (mais pas suffisamment) abordé la question des mémoires traumatiques, un point essentiel pour pouvoir comprendre et travailler avec les victimes d'abus sexuels... Un point clé qui ouvre également la porte vers la compréhension de pratiques occultes liées au contrôle mental basé sur les traumatismes, d'où le fait qu'il faille absolument étouffer et discréditer ces recherches en matière de psycho-traumatologie ou neuro-traumatologie. Lors de ce procès, nous avons donc eu droit au retour du "syndrome des faux souvenirs" servant à contrer les recherches sur la dissociation et la mémoire traumatique bien exposées devant la cour par Hélène Romano. Ce "syndrome des faux souvenirs" ayant été créé de toute pièce dans les années 80 afin d'étouffer les nombreux témoignages d'abus rituels sataniques qui commençaient à faire tâche en Amérique du Nord.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ➤ Pour cause de sécurité nationaleDu statut d'esclave robotisé de la CIA à celui de lanceuse d'alerte reconnue de la nation américaine.

    Cathy O'Brien & Mark Phillips - Éditions Nouvelle Terre

    Voici donc la suite du livre culte "L’Amérique en pleine Transe-Formation" des mêmes auteurs, ce dernier rédigé à la hâte en 1995 dans un but de documentation alors que leur liberté même était en jeu. Pour cause de Sécurité nationale représente le récit de quelque 15 années de lutte pour la liberté et pour la vie, voire le témoignage extraordinaire d’à quel point l’esprit humain peut se montrer résistant. C’est là un livre dispensateur de réponses, de solutions et d’espoirs destinés à tous de même qu’à leurs principaux alliés à travers le monde. Il a notamment été écrit à l’intention des milliers de personnes qui auront déjà lu L’Amérique en pleine transe-formation et se trouvaient réduites à imaginer les péripéties qui n’avaient pu y être incluses. Comment Cathy se remettra-t-elle d’avoir été torturée "à en perdre la tête" ? De quelle façon – documents à l’appui – Cathy et Mark survivront-ils à la machine à broyer que représente la soi-disant Justice criminelle américaine ? Et, last but not least, par quels miracles auront-ils pu échapper aux structures politiques de leur pays et vivre assez longtemps pour dénoncer toute l’horreur des agissements de personnages extrêmement puissants, qui sont en ce moment même toujours aux commandes de notre planète ?
     
    Extraits des pages 200 à 201 :

    « (...) J’étais à [Bohemian Grove] en 1986, sous contrôle de l’esprit "MK-Ultra" et attendant de nouveaux ordres tandis que George Bush discutait avec son camarade Dick Cheney. Il était question du projet lié à l’intelligence artificielle, lequel s’étalait sur cent ans et visait le contrôle absolu de la planète.

    (...) Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité. Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait. Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité.

    (...) Ils savaient à la place de ça que le contrôle de l’information leur octroyait le pouvoir sur le peuple, et ils s’arcboutaient comme de beaux diables pour le perpétuer à tout prix. Cheney, Bush et d’autres membres de cette élite mondialiste désireuse d’introduire le Nouvel Ordre Mondial, souscrivaient totalement à ce projet établi par intelligence artificielle. Ils autorisaient ainsi la technologie à imposer son contrôle sur le monde (...). »


    2 commentaires
  • Se déroule actuellement à Rennes le "troisième procès d'Outreau" mettant en cause Daniel Legrand fils, un des acquittés. Jonathan Delay, un des enfants reconnu victime à l'époque du premier procès d'Outreau devant la Cour d'assises de Saint-Omer, revient aujourd'hui pour témoigner. Suite à son audition du 20 mai dernier, il a été attaqué sur le manque de précisions concernant ses souvenirs d'abus sexuels, remontant à sa petite enfance. Le juge et la défense ont beaucoup insisté (à juste titre) sur la notion de souvenirs, en abordant la question comme s’il s’agissait de « souvenirs de vacances ». Malheureusement, personne n’était là pour venir expliquer devant la Cour le fonctionnement des mémoires traumatiques. Jonathan parlait bien de flashs, d’images, mais il a évidemment du mal à reconstituer un déroulement chronologique d’une scène en particulier car il s'agit d'un véritable puzzle mémoriel, et il semblerait que la défense, le juge et même la partie civile ignorent totalement cette facette du fonctionnement de la mémoire. Les avocats de Jonathan auraient éventuellement pu le soutenir en mettant en avant cette notion de mémoire traumatique, pouvant remonter des années plus tard sous forme de flashbacks avec des images et non forcément une scène de vie entière. Jonathan a déclaré: « je parle d’images que j’ai dans la tête, je ne parle pas de souvenirs », ou encore : « Présentez-moi la personne qui me permet d’aller dans mes souvenirs, moi, j’en suis incapable. »

    Source: http://www.itele.fr/chroniques/grand-decryptage-olivier-galzi/outreau-3-le-proces-de-trop-124738

    Suivre le procès sur Pedopolis.com ou encore sur outreau-miseaupoint


    votre commentaire
  • ➤ Ré-ouverture (temporaire) de Pedopolis v.2 Bêta

    https://pedopolis.com


    votre commentaire
  • ➤ L'inceste et les abus rituels "initiatiques" dans la secte maçonniqueLe témoignage suivant est un extrait du livre "Terror, Trauma and The Eye In The Triangle" (Terreur, trauma et l'oeil dans le triangle: la présence maçonnique dans l'art et la culture contemporaine) paru en 2007. Lynn Brunet nous révèle que son père Franc-maçon a abusé d'elle sexuellement lorsqu'elle était toute petite... Il lui a aussi avoué l'existence de certaines factions maçonniques qui pratiquent les abus rituels sur les enfants et l'omerta totale qui couvre ces horreurs.

                       ________________________________________

     La participation de mon père à la Franc-maçonnerie l'a conduit au fil des années à rejoindre la loge Bleue et la loge Rouge de notre région (Australie). Cela signifiait qu'il devait s'y rendre une ou deux fois par semaine, ainsi que pour les dîners (agape) ou le fêtes comme Noël qui réunissent alors les familles. Au début des années 80, il fréquentait encore beaucoup la loge. Par la suite, pendant mon adolescence, il a rejoint l'Ordre rosicrucien et ma soeur aînée les a également rejoint à l'âge adulte.

    C'est ainsi que notre famille est devenue un centre de discussion sur les expériences "mystiques", l'hypnose de groupe, on faisait des soirées avec d'autres rosicruciens. Il y avait donc beaucoup d'intérêt pour toutes les activités de ce genre, dites "illuminées". Mon père avait "vu la lumière" à travers une expérience mystique et il a passé de nombreuses années a essayé de retrouver cette sensation par toutes sortes de moyens. Il avait même construit un caisson d'isolation sensorielle dans notre arrière-cour. Il nous prêchait aussi régulièrement ses croyances sans toutefois nous dévoiler ses secrets. Ces discussions unilatérales sur la vérité mystique nous était toujours confiées individuellement avec l'exhortation à considérer la solitude comme une des valeurs les plus importantes. J'avais développé un profond ressentiment face à la supériorité de son "illumination", mais étant encore petite, je n'étais pas en mesure moi-même de m'expliquer cela. Il avait toujours semblé être un homme doux, mais j'ai toujours ressenti vaguement et inexplicablement qu'il m'avait utilisé pour développer sa propre spiritualité. De ce fait, j'avais une résistance à rejoindre la Rose-Croix jusqu'à mes 20 ans où j'y suis finalement rentré pour recevoir des cours par correspondance. Cependant la première fois que j'ai visité le Temple à Redfern, j'ai eu un terrifiant sentiment d'appréhension et c'est pourquoi je me suis retirée de l'Ordre.

    Lire la suite...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique