•  ☞ Consulter la quatrième de couverture et le sommaire du livre

    __ _______________________ __

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

  • John Paul Rice a été censuré par Amazon pour sa production "A Child's Voice" mettant en scène un sujet qu'il ne faut pas trop ébruiter : les réseaux pédophiles d'élites, le trafic d'êtres humains... Amazon a supprimé l'accès au film dans plus de 70 pays, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cette production est disponible sur la plateforme VIMEO :

    https://vimeo.com/ondemand/achildsvoice

    ➤ Pédocriminalité et satanisme à Hollywood : Extraits du Coup de Gueule du producteur John Paul Rice


    votre commentaire
  • La Galerie du Lapin Blanc vous présente l'artiste italien Frederico Bebber, spécialisé dans l'art digital mêlant photographie et numérique. Une ambiance très sombre où les papillons, omniprésents, renforcent l'aspect dissocié de ces portraits de femmes...

    Ou pour être plus direct : la symbolique MK-Monarch dans toute sa laideur...

    ➤ Un peu d'art #15 : Frederico Bebber

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Caryn Stardancer est une survivante d’abus rituels et de contrôle mental, mais aussi une activiste pionnière ayant co-fondé le groupe Survivorship qu’elle a dirigé pendant une décennie. Ce groupe d’entraide et de diffusion d’informations pour les victimes de sévices rituels et les thérapeutes est une référence aux États-Unis. En 1998, elle témoignait au micro de Wayne Morris sur la radio CKLN.FM de l’Université Polytechnique Ryerson de Toronto au Canada :

     

    ➤ Caryn Stardancer : Culte Dionysiaque, Abus Rituels et Pièges à miel« Je suis moi-même survivante, les sévices ont commencé dans les années 40, durant la seconde guerre mondiale. Certaines des choses que j’ai vu pour la première fois impliquaient des gens qui travaillaient dans l’armée et qui faisaient ce genre d’expérimentations. Il y avait aussi des connexions Maçonniques. À l’époque où j’ai commencé à recevoir les conseils d’un mentor (au sein du culte), on m’a parlé de l’Occulte Panthéisme (polythéisme, divination de la nature) et de ce que cela signifiait exactement. Il existe toute sorte de systèmes sous lesquels le contrôle de l’esprit peut-être exercé. Ce que l’Occultisme Panthéiste signifiait fondamentalement, c’est que le système de croyance n’a pas d’importance, cela dépend de l’adaptabilité de la personne et de la façon dont elle réagit aux conflits de pouvoir. La progression au sein du culte se faisant en fonction de votre capacité d’adaptation, vous ne saurez peut-être jamais qu’il existe un groupe plus grand, englobant, celui auquel vous appartenez (poupée russe initiatique ultra cloisonnée). Vous pourrez y accéder selon votre capacité à évoluer dans le système mais aussi par certaines relations avec des personnes de ce système.

    Par exemple, les gens qui m’enseignaient l’Occultisme Panthéiste étaient directement impliqués dans ce que l’on appelle une secte Dionysiaque. On m’a expliqué que cela remontait à l’époque pré-chrétienne. Essentiellement, ce qu’ils faisaient était du chantage politique. L’utilisation des enfants, dressés pour le sexe, visait à les utiliser pour les photographier ou filmer avec des adultes dans un but de chantage (les pièges à miel chers aux francs-maçons). Dès ma naissance dans ce système transgénérationnel, il y a toujours eu des gens qui parlaient de la Tradition Occulte qu’ils remontaient directement au Dionysisme antique. Ils avaient toute une tradition occulte contenant certaines choses historiques étant arrivées à leur culte. Parmi les histoires qui m’ont été racontées par cette secte Dionysiaque, est qu’une des plus anciennes lois adoptées contre les abus rituels à Rome, à l’époque pré-chrétienne, a été faite contre ces mêmes sectes Dionysiaques qui étaient encore en activité durant les années 40 et 50, et qui le sont probablement encore aujourd’hui ! La raison pour laquelle des lois ont été érigées à leur encontre était qu’à l’époque on savait que leurs rituels intégraient des orgies sexuelles, des flagellations, des viols rituels sur des femmes et des enfants. Mais ce n’est pas la raison principale pour laquelle il y a eu des lois contre ces cultes, ces lois ont été rédigées en raison du fait que ces groupes pratiquaient leurs crimes à des fins de chantage politique. » - Transcript

    Marcel Détienne écrit dans son livre « Dionysos mis à mort » : « Les fidèles de Dionysos s'ensauvagent et se conduisent comme des bêtes féroces (…) Le Dionysisme permet d'échapper à la condition humaine en s'évadant dans la bestialité par le bas, du côté des animaux. »

    Dans le monde Dionysiaque, on appelle « Orgiasme » les pratiques consistant en des cérémonies de groupe dans lesquelles ont lieu des sacrifices de sang, des danses extatiques et des rites érotiques. Dionysos se présente sous le double aspect d'un dieu de la Nature et d'un dieu des pratiques orgiaques, tout comme Shiva en Inde ou Osiris en Égypte. L'Orgiasme vise au déconditionnement de l'être, qui retourne pour un moment à sa nature la plus profonde et la plus refoulée : la porte ouverte aux pires dérives… Selon l'historien Romain Titus Livy, l'auteur de "Rome and the Mediterranean", les Romains qui avaient enquêté sur le culte à Mystères de Bacchus (Dionysos) avaient découvert que ses rituels incluaient des transgressions sexuelles et des sacrifices de sang.

    Il s'agit du « Scandale des Bacchanales », historiquement bien référencé.


    votre commentaire
  • La psychothérapeute/traumatologue allemande Michaela Huber décrit ici les méthodes de programmation mentale sur les enfants dissociés, victimes des réseaux pédocriminels de type sataniques/lucifériens. Source : “Wir sind die Nicki(s)

    ➤ Dr Michaela Huber sur le MK : Contrôle Mental basé sur les traumatismes - Réseaux Pédo-SataniquesDans un de ses ouvrages, la psychotraumatologue allemande Michaela Huber donne sa définition de ce type de programmation mentale : "La programmation dans le contexte traumatique est un processus que l'on peut décrire comme un apprentissage sous la torture. La métaphore "programmation" est certainement d’origine informatique et représente dans ce contexte, ce que les psychologues appellent un conditionnement. Ce qui veut dire que la personne qui a été "programmée" doit réagir de manière stéréotypée à certains stimuli. La réaction de la personne à un stimulus est dans ce cas automatique, donc il ne s’agit ni d’un réflexe naturel ni d’une réaction consciente et volontaire. Pour arriver à ses fins, "le programmeur" que j’appellerai le bourreau a utilisé le fait que sa victime soit un jeune enfant, de préférence déjà dissocié (à la personnalité fractionnée) pour effectuer l’apprentissage en le torturant. La torture peut comprendre des abus physiques, sexuels, émotionnels et souvent on menace la victime qu’elle va mourir si elle n’est pas obéissante. Une fois qu’une victime a été programmée, il est possible de la contrôler avec les stimuli qu’on lui a "implanté" (ce sont les 'triggers' ou déclencheurs). Une personnalité alter qui a été programmée n’est généralement pas une identité complexe et pour cela on l’appelle aussi "programme". Généralement, cette personne a été programmée pour servir à certaines fins: se prostituer pour enrichir le maître, voler, faire de la contrebande de drogues, etc. À l’aide de la programmation le maître peut également s’assurer que la victime soit amnésique concernant les abus et la programmation, il peut également faire en sorte que la victime commette un suicide lorsqu'elle est sur le point de dénoncer ses bourreaux." Michaela Huber : Multiple Persönlichkeit, Überlebende extremer Gewalt, Ein Handbuch (Fischer)


    votre commentaire
  • Voici quelques extraits du récent documentaire allemand Wir sind die Nicki(s) consacré à la survivante Nicki et à la question des abus rituels sataniques et des troubles dissociatifs sévères qui en découlent... La multiple Nicki a également témoigné il y a plusieurs années dans le docu "Vivre l'enfer : abus rituels en Allemagne"

    L'avocate allemande Ellen Engel nous parle ici de ce qu'elle a appris par les divers dossiers qu'elle a pu rencontrer :

    Interview d'une psychothérapeute allemande ayant créé un centre d'accueil pour des victimes d'abus rituels et de contrôle mental basé sur les troubles dissociatifs de l'identité ⇒ Gaby Breitenbach


    votre commentaire
  • ➤ Régina Louf - Extrait du livre "Silence on tue des enfants !"Il est pénible de devoir parler de mes troubles dissociatifs de la personnalité. Je suis experte dans l'art de dissimuler mes handicaps et je dois avouer maintenant - qui plus est à des enquêteurs - que je possède plusieurs personnalités. Je m'attends à ce qu'ils me déclarent complètement folle.

    Ce n'est pourtant pas ce qui se passe.

    Être prise au sérieux par eux est une expérience nouvelle pour moi. Je comprends pourtant bien qu'il est difficile de travailler avec moi. Je suis secrète, avare d'informations, je traite mes angoisses par le rire, j'évite la souffrance qui surgit quand je parle d'abus en gardant de longs silences ou en ne répondant pas. Pour des gens qui travaillent habituellement avec les auteurs d'actes criminels, une victime comme moi doit être un vrai cauchemar. Mais je n'y peux rien.

    Je voudrais pouvoir donner plus, raconter plus, sans être régulièrement bloquée par la peur des représailles. Ce serait plus facile.

    Mais ce que j'ai à révéler est bien plus lourd qu'une infraction au code de la circulation et je ne sais pas jusqu'où je peux leur faire confiance. Dieu sait qui lit ou écoute les interrogatoires, où ils aboutissent et qui pourrait en faire mauvais usage ? Je dois livrer tant de choses intimes que cela m'angoisse. Ai-je encore quelque chose qui m'appartienne? Bientôt tout le monde saura ce qui s'est passé. J'ai peur de tous ces inconnus qui peuvent lire les interrogatoires. Comment réagissent ceux qui ne me connaissent pas?

    Sur papier, les interrogatoires ne sont qu'un reflet de ce qui se passe réellement dans la salle d'audition.

    Personne ne peut s'imaginer la difficulté terrible que représente pour moi le fait de briser la loi du silence qui m'avait été imposée, pour témoigner malgré tout.

    Mais qui sont ces magistrats, ces procureurs, ces officiers de gendarmerie ?

    Qui se trouve dans cette tour d'ivoire et comment puis-je leur faire sentir ce que c'est qu'être une victime...

    impuissante et confuse?


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique