• Kim Noble

     

    source:
    http://vigilantcitizen.com

    Traduction: MK-Polis

    Article disponible en PDF

     

    Le cas de Kim Noble est rare: une survivante de mind-control (traumatisme extrême) qui possède plus de 13 personnalités qui ne se connaissent pas entre-elles et qui pratiquent toutes la peinture.
    Elle a souffert de TDI et TPM (trouble dissociatif de l'identité et trouble de personnalité multiple) pendant une longue période de sa vie, à la suite d'une enfance extrêmement traumatisante.

    Les peintures de ses alters ont un style distinctif, mais elles ont une chose en commun: elles révèlent le monde obscur de la programmation mentale, de ses techniques ignobles jusqu'à son symbolisme.

    Nous allons voir les oeuvres de cette artiste qui révèlent un monde complètement caché aux masses.

     

    Photos, clips musicaux et films, souvent séduisants, banalisent le symbolisme du mind-control en l'associant à des célébrités ou des événements branchés.
    Cependant, cela reste la célébration de la plus abominable pratique connue de l'homme: Le contrôle de l'esprit basé sur un traumatisme, aussi appelé la programmation Monarch. Originaire du projet de la CIA appelé MK-Ultra. Les victimes Monarch subissent les tortures sadiques les plus inimaginables.

    Les oeuvres de Kim Noble représentent la vie d'un esclave sous contrôle mental à travers les yeux de 13 personnalités (alters). Bien que quelques-uns de ces alters peignent des paysages paisibles, des scènes de la nature, la plupart d'entre-eux représentent les aspects horribles du mind-control tels que la torture physique, électrochocs, viols, abus sexuels, déshumanisation et rituels occultes obscurs.
    Les histoires racontées par ces peintures sont dures à supporter mais c'est malheureusement ce qui a du arriver à Kim Noble, car elles reflètent précisément les récits des survivants Monarch.

    En regardant les oeuvres de Kim Noble, non seulement, elles révèlent des détails d'une pratique abominable exercée par "l'élite", mais elles révèlent également des symboles qui nous sont quotidiennement mis sous les yeux par les médias de masse.


    Voici la vie et l'oeuvre de Kim Noble.


    Qui est Kim Noble ?


    Voici la biographie trouvée sur son site officiel:

    "Kim Noble est une femme qui, dès l'âge de 14 ans, a passé 20 ans à faire des séjours à l'hôpital jusqu'à ce qu'elle rencontre le Dr Valerie Sinason et le Dr Rob Hale aux cliniques Tavistock et Portman.
    En 1995, elle a commencé une thérapie et a été diagnostiquée avec un trouble dissociatif de l'identité (à l'origine nommé trouble de la personnalité multiple). Le TDI est une protection pour faire face à une douleur extrême. La personnalité principale se divise en plusieurs partie avec des barrières de dissociation ou d'amnésie entre elles.
    Il s'agit d'un trouble controversé, mais Kim a passée des tests approfondis pendant deux ans auprès du Professeur de psychologie enseignant à l'UCL, John Morton, qui a établi qu'il n'y a aucune mémoire entre les personnalités et qu'elle présente malheureusement une réelle dissociation.

    N'ayant aucune formation artistique formelle, Kim et ses 13 personnalités s'intéressent à la peinture en 2004 après avoir passé une courte période avec un art-thérapeute. Ces 12 artistes ont chacun leur propre style, couleurs, thèmes, allant de scènes de déserts solitaires à des scènes de la mer, des collages, des peintures au contenu traumatique. Ces alters ne savent pas qu'ils partagent ce corps avec d'autres artistes.

    Ce qui est remarquable est à la fois la qualité de travail et la rapidité d'exécution.
    Durant les 5 premières années de peinture, il y déjà eu 17 expositions solo à succès et autant d'expositions en groupe. Kim a également été le premier artiste en résidence à l'hôpital universitaire de Springfield à Tooting, au sud-ouest de Londres.

    - Kimnoble.com



    Malgré le fait qu'elle doit vivre avec ses 13 alters - qui prennent contrôle de son corps aléatoirement - Kim Noble a la chance de vivre une vie relativement normale. Le fait que la programmation s'est arrêtée à un jeune âge l'a aidée à devenir "plus ajustée". Elle a une fille adolescente nommée Aimée qui a été élevée principalement par l'alter nommé Bonny.

    Ces dernières années, Kim Noble a été présente de par ses expositions grand public dans des journaux tels que The Telegraph, The Guardian, The Independant... etc... Elle est même apparue à l'émission d'Oprah, ou elle a été interviewé.
    Comme on pouvait s'y attendre de la part de grands médias, l'état de Kim Noble est décrit de manière extrêmement superficielle et qualifié de "freak". La vraie cause de son état, en raison des traumatismes du mind-control, largement décrit dans ses oeuvres, n'est presque jamais mentionné.

    Bien que la plupart des articles et des interviews sur Noble "applaudissent" son courage et son talent, aucun n'ose aborder le message essentiel de son travail et du système qu'il décrit.
    Beaucoup de peintures représentent de terribles scènes de violence organisée, institutionnalisée et systématique: La torture et la maltraitance des enfants combinée avec du symbolisme occulte.
    Il est évident que le traumatisme qu'à vécu Noble n'a pas été causé par un père célibataire sadique, mais par un groupe organisé qui a agit sur de nombreux enfants.

    Pour la plupart des journaux, le travail de Noble n'est rien de plus que de "l'art brut" (terme à la mode pour qualifier l'art créé par des personnes souffrant de troubles mentaux).
    La plupart des observateurs sont fasciné par le fait que le style des peintures de Noble est extrèmement différent d'une toile à l'autre, mais il est aussi facile de reconnaître aussi que ses oeuvres décrivent son passé de victime Monarch.

    La 'vrai' Kim Noble ne se souvient pas des abus qu'elle a subit - plusieurs de ses alters expriment cependant cela dans leurs peintures.

    Chacune des personnalités de Kim est un artiste à part entière: Patricia peint les paysages désertiques solitaires, Bonny compose souvent des figures dansantes robotiques, Suzy peint à plusieurs reprises une mère agenouillée, les toiles de Judy sont grandes tandis que les travaux conceptuels de Ria révèlent des événements profondément traumatiques impliquant des enfants.

    Ces images troublantes sont à l'origine de l'état de Kim, le TDI est une stratégie de survie mentale ou la personnalité se divise à un jeune âge en raison de traumatismes graves et chroniques. Le nombre de personnalités qui existent dépend souvent de combien de temps a duré le traumatisme.
    Kim n'a elle-même aucun souvenir d'avoir été maltraitée dans son enfance. Elle a été protégée au cours des années par ses alters.

    "On m'a dit que j'ai été abusée, mais pour moi, c'est encore trop tôt, ça entre par une oreille et ça sort par l'autre. Ce n'est pas bon de remémorer des choses que je ne veux pas savoir. Il y aurait sinon comme un 'switch'."

    Kim a de bonnes raisons de craindre le retour de mémoire sur son passé car il est possible que si elle acquiert trop d'informations, elle ne sera pas en mesure de faire face et "disparaîtra". C'est arrivé deux fois auparavant. (oméga)

    C'est là que ça devient vraiment bizarre - Pour Kim qui n'est pas tout à fait Kim. La personnalité que j'interview est Patricia, c'est elle qui gère sa vie et celle d'Aimée, mais Patricia n'était pas toujours la personnalité dominante. Avant que Patricia ne revienne, Bonny était dominante et deux années avant, c'était Hayley.

    Kim me regarde de près lorsqu'elle m'explique: "vous voyez, Kim est juste la 'maison', le corps. Il n'y a pas vraiment de 'Kim', elle est complètement divisée. Nous répondons au nom de Kim mais je suis Patricia. Quand les gens nous appellent 'Kim' nous supposons qu'il s'agit d'un surnom. Mais une fois que les gens vous connaissent, ils n'utilisent plus souvent votre nom dans une conversation."

    Sur les vingt (ou plus) personnalités qui partagent 'Kim', certaines ont été facilement identifiées il y a 15 ans: Judy qui est anorexique et boulimique, la mère: Bonny, la religieuse: Salomé, la déprimée: Ken, la sensible: Hayley, Dawn, Patricia, la muette: MJ.
    Il y a aussi une poignée d'enfants "gelés" dans le temps.

    Quelques-uns des alters connaissent le TDI (l'état psychique de 'Kim'), mais beaucoup ne savent pas ou refusent de l'accepter.

    "Judy ne croit pas aux faits", explique Kim.
    "Elle n'est qu'une adolescente qui qualifie de "nutter" le thérapeute lorsqu'il essaie de lui expliquer.
    Elle est si jeune, elle ne pense même pas à Aimée qui est sa fille. Elle a conscience de moi et pense que je suis la terrible mère car je délaisse toujours Aimée. Pour elle, c'est tout à fait normal d'aller et venir (se dissocier). Elle pense sans doute que vous faites la même chose."

    Il y a certains déclencheurs qui provoquent la dissociation, le changement de personnalité. Progressivement Kim a appris à les éviter mais ça peut aller jusqu'à 3 ou 4 changement d'alter par jour.

    - The Independant, "Kim Noble, une femme divisée".



    Regardons maintenant quelques-unes des oeuvres créées par certains alters de Kim Noble car ils fournissent chacun un regard différent sur le monde de la programmation Monarch.

    Avertissement: Plusieurs de ces peintures représentent des scènes inquiétantes qui pourraient ne pas convenir à des jeunes lecteurs ou personnes sensibles.



    Bonny
    _______________________________

    Bonny, qui était l'alter dominant de Kim pendant quelques années, est une figure chaleureuse et maternelle. La plupart de ses peintures dépeignent des êtres humains comme des robots mécaniques - qui est l'une des façon dont on peu décrire un esclave mind-control.
    D'autres toiles sont plus liées directement à la programmation Monarch comme celle-ci, judicieusement intitulée "Je suis juste une autre personnalité".

     


    "I'm Just Another Personality" (Je suis juste une autre personnalité) représente visuellement la division du sujet. La personne central, ou la personnalité de base est devenue tout simplement une "autre personnalité". Il a les yeux bandés, victime de cécité, représentant son état.

     

    Ce type d'imagerie se retrouve parfois dans la culture populaire par des mises en scène exploitant l'image du contrôle mental/mind-control

     

    Lady Gaga en couverture du magazine V avec deux alters

     

    Une autre pièce faite par Bonny, ironiquement nommée "I-Test", représente symboliquement la réalité d'un esclave mind-control

     


     

    "I-Test" est un visage blanc impassible, les yeux bandés. Le crâne est fissuré, ce qui représente la fracturation du psyché. L'un des yeux est sanglant et on peut supposer qu'il a été percé. Le symbole de l'oeil manquant/caché est extrêmement important dans le monde de la programmation Monarch. Il représente symboliquement la perte de la moitié de la vision du monde par la victime - l'autre moitié étant 'sortie', contrôlée par les gestionnaires/programmeurs. Dans le symbolisme occulte, l'accent mis sur un oeil peut se référer à l'oeil d'Horus, le "All-Seeing Eye" (l'oeil qui voit tout), symbole des élites occultistes.

     

     

     


    T-shirt promotionnel du film Sucker Punch (en lien direct avec la programmation Monarch - SuckerPunch ou comment créer un esclave Monarch sexy) - Voir l'oeil ensanglanté.

     


    Un visage fissuré sur l'affiche du film Black Swan - un autre film avec de lourds éléments de
     mind-control.

     

     

    Golden Dawn
    ____________________________________

     

    Golden Dawn est l'alter qui a vu la naissance de sa fille Aimée. Toutefois, Dawn estime que Aimée est encore un bébé et ne reconnaît pas l'adolescente qui vit avec elle. Le nom de "Golden Dawn" a une connotation occulte importante car c'est le nom d'une société secrète puissante enseignant la kabbale, l'astrologie, le tarot occulte, la géomancie et l'alchimie aux membres. Il a tenu dans ses rangs, des occultistes de premier plan tels que Arthur Edward Waite et Aleister Crowley. Le processus de contrôle Monarch allie 'la science' (si l'on peut appeler la torture science) avec l'occultisme antique, que ce soit dans les théories hermétiques, la symbolique kabbalistique ou des rituels d'invocations. Il n'est donc pas surprenant qu'elle ait eu ce nom comme inspiration.

     

    Sa pièce intitulée "The Naming" (L'Appellation) représente de manière visuelle le processus de création et de nomination d'un nouvel alter.

     

    "The Naming" (L'Appellation) est un autoportrait de Kim avec un oeil qui a été enlevé de sa face et placé au-dessus d'elle, sanglant, ce qui traduit la nature violente du processus. Une fois de plus, le mind-control est symbolisé par la perte d'un oeil qui semble avoir été remplacé par un texte/poème qui a été probablement utilisé dans sa programmation.

     

    La plupart des autres tableaux de Dawn représentent des amputés. Des sortes de mannequins soumis à diverses formes de tortures.

     


     

    "Armless Goddess" (Déesse sans bras)

     

     


     

     "Armed Goddess" (Déesse armée)

     

     

    Key
    __________________________________

    L'alter "Key" semble avoir une compréhension profonde du processus de mind-control et de son aspect occulte sous-jacent. Le nom de "clé" peut faire référence à des termes comme la "Clé des Mystères" ou "Clé de Salomon", elle semble avoir été programmée pour comprendre certains concepts occultes utilisés dans la programmation mentale. La plupart des oeuvres de cet alter décrivent le processus comme une "Grande Oeuvre" Kabbalistique, avec l'Arbre de Vie (symbole principal de la Kabbale) comme objet central.

    "It Happens" est un travail extrêmement détaillé décrivant les diverses couches de la programmation. Le titre "It Happens" est une manière désabusée de dire que... tout cela s'est réellement passé.

     


    "It Happens" (ça s'est passé) est composé de couches superposées autour d'un personnage central: une personne sans défense attaché à un lit. La tête est symboliquement "décapité" du corps par une ligne, ce qui représente le concept de dissociation. Chacune des couches de recouvrement contient un ensemble de pictogrammes représentant soit des événements traumatisants ou du symbolisme occulte. La couche externe représente des scènes de victimes électrocutées, pendu à un arbre, en cage, violé (parfois avec des animaux).... à partir de cette couche extérieure, les flèches pointent vers la seconde couche, qui contient des signes du zodiaque. Selon Fritz Springmeier, les signes du zodiaque sont utilisés comme un code pour imprimer des programmes. La couche centrale qui entoure la victime contient des mots tels que "l'enfer", "diable", sang", "tuer", qui sont des mots chocs utilisés pour traumatiser davantage la victime.

     

     


    Celui-ci, intitulé "Golden Kaballa" (Kaballe dorée), utilise la même disposition de base que l'image précédente, mais remplace les scènes de traumatisme par  des symboles occultes et le personnage central par l'Arbre de Vie kabbalistique. Chacune des Séphirots de l'Arbre est coloré. Ces sphères sont utilisées dans la programmation Monarch pour compartimenter et stocker les alters. La couche externe de l'oeuvre contient les noms des dix domaines de l'Arbre de Vie associés chacun avec une lettre hébraïque.

     

    En associant le traumatisme décrit dans "It Happens" avec les aspects occultes de "Golden Kaballa", nous avons un aperçu du processus de mind-control. La schématique proche des mathématiques est décrite par des auteurs comme Fritz Springmeier.

     

    «La cabale est synonyme de l'hermétisme ou de la magie hermétique. La cabale était de la magie juive-babylonienne. Les magiciens noirs juifs. Cela a commencé à se répandre en Europe après la période des Lumières. La grande pyramide de l'occulte est un symbole de l'Arbre de Vie kabbalistique. Parce que la cabale est la base de leur magie hermétique, il est assez cohérent que les systèmes de mise en esclavage utilisent cet Arbre. (...)

        Les chambres (Séphirots) de l'Arbre de Vie ont des noms. Les cercles qui composent l'Arbre kabbalistique de Vie sont appelés chambres ou quartiers par les survivants. Vous pouvez utiliser l'Arbre de Vie programmé pour travailler la magie à l'intérieur...."   

    - Fritz Springmeier, La Formule Illuminati pour créer un esclave Mind Control

     
    La peinture suivante, intitulée «Seven Levels" (Sept Niveaux) est un autre compte rendu très détaillé du processus de dissociation.

     

    Composée de plusieurs couches, cela représente, de bas en haut, l '«évolution» d'un esclave, de l'enfer du traumatisme au «céleste» sentiment de dissociation.
    Les deux couches inférieures représentent plusieurs scènes horribles d'un traumatisme.
    Par exemple, nous voyons dans le coin en bas à gauche une femme enceinte donner naissance à un enfant mort dans une mare de sang sous des phrases inquiétantes comme "No Life", "Mort" et "du sang tout autour". Il ya aussi plusieurs enfants en cage, les autres subissant des électrochocs et d'autres pendus à l'envers. Des croix inversées se trouvent tout autour de ces deux couches inférieures, nous rappelant que ces événements traumatisants sont des abus rituels sataniques (SRA).

     

    Tout dans ce traumatisme, la douleur et la souffrance, semble être «canalisé» vers les couches au-dessus, constitué d'une multitude de symboles occultes tels que l'Arbre de Vie, les signes du zodiaque et All-Seeing Eye (l'oeil qui voit tout). C'est au cours de ce niveau que la transformation se produit.

    La couche supérieure représente l'évasion à tous ce traumatisme: C'est la dissociation.

    Cela est représenté par une figure angélique montant vers le ciel. En regardant de près cependant, on voit un œil qui voit tout dans le ciel, qui nous rappelle que cette évasion n'est pas la vraie liberté, mais un état contrôlé qui a été induit par les gestionnaires/programmeurs.

     

     

    Judy
    _________________________________

     

    Cet alter est une adolescente qui est anorexique. La plupart de ses peintures mettent un accent sur le concept de la dualité - l'un des concepts occultes les plus fondamentaux exploités par des rituels de contrôle mental. La dualité est un concept hermétique antique qui est traditionnellement représentée avec la juxtaposition des couleurs en noir et blanc, comme avec le damier maçonnique ou le symbole du Yin-Yang.

    Le travail de Judy donne souvent une place importante au sol en damier maçonnique, la surface sur laquelle les rituels occultes et les cérémonies ont lieu dans les sociétés secrètes.
    Elle a probablement été fortement exposées à la notion de dualité (gentille fille vs mauvaise fille - quelque chose qui se trouve aussi dans la culture populaire) et le symbole du sol en damier a été probablement utilisés physiquement lors de la programmation.



    "Crying Rose" (La Rose qui Crie) exploite pleinement le thème de la dualité utilisé sur les victimes de contrôle mental pour créer un "split de la personnalité". La jeune fille pleure, elle est vêtue d'une robe à carreaux, debout sur le sol damier, par conséquent, insinuant la dualité qui se passe en elle.

     

     

     

     Cette pièce, intitulée "Symbolic or Whati", est en effet ... symbolique. Deux jeunes filles (ou deux personnages de la même fille) qui évitent de marcher sur le sol en damier en raison de la présence d'un serpent. Elles semblent couvrir leurs organes génitaux, ce qui implique que le serpent est le symbole phallique. La peinture témoigne également de la grande puissance psychique du damier sur les victimes, un trait qui faisait probablement partie de la programmation.

     


     

    Cette peinture dépeint l'esclave Monarch comme un pion sur un échiquier, avec lesquels ont "joue" pour ensuite les éliminer

     


     

    Cet auto-portrait représente l'alter Judy divisé en entités opposées. Le concept de la dualité est donc très présent par la juxtaposition des couleurs en noir et blanc. Les mots choquants et les insultes sur l'image rappellent le processus violent et abusif qui mène à la fragmentation de la personnalité.

     

     

    Ria Pratt
    ________________________________________

     

    Les peintures réalisées par Ria Pratt sont les plus graphique et troublante, mais aussi les plus révélatrice.
    Cet alter croit qu'elle est une fille de 12 ans et a des souvenirs vifs du traumatisme qu'elle a subit, que ce soit sexuelle, physique ou déshumanisante. Le fait de simplement regarder ces peintures est une expérience difficile - il est en outre bien triste de se rendre compte qu'elle a réellement vécu ces situations.

     

    "It's a Dog's Life" (C'est la vie d'un Chien) représente les victimes de contrôle mental étant tenue en laisse comme des chiens - une technique d'humiliation et de déshumanisation des victimes. Notez les enfants qui flottent dans l'air, ce qui représente leur personnalité dissociée. Une inscription sur le mur dit «Pratt Was Here»(Pratt était ici).

     


     Intitulé "Too Much" (C'est trop), le tableau dépeint une victime subissant un électrochoc par un programmateur souriant sadiquement. La douleur est "Too Much"/ trop dure à supporter, ce qui entraîne la dissociation de la victime.

     

    (commentaire pedopolis: notez aussi l'entité se trouvant derrière le bourreau, qui peut être son propre alter, ou peut-etre une entité démoniaque le controlant. Rappellons que les bourreaux ont souvent été victimes eux-même, de générations en générations, reproduisant ainsi nos chers élites)

     

     

     

    "What Ted Saw" (Qu'a vu Ted ?) représente l'abus d'un petit enfant par ses gestionnaires/programmeurs. "Ted" est le petit ours en peluche assis sur le sol. Les jeunes victimes de contrôle mental reçoivent souvent des Teddy Bears par leurs gestionnaires afin de leur faire développer un attachement affectif pour cet objet. Cet attachement est ensuite exploité pour créer un traumatisme émotionnel.

     

    Dans «Ted Legless", le gestionnaire a déchiré une patte deTed, le meilleur ami, tout en tenant de force au sol la petite victime. Le traumatisme provoque la dissociation, qui est représenté par la version transparente de la jeune fille en haut à gauche. Des mots obsédant sont inscrits sur le mur: "Aidez-moi s'il vous plaît» et «Pratt était ici".

     

     

     

     

    Le symbole de l'ours en peluche malheureux (ici avec un oeil en moins...). Cette image est une capture d'un clip  de la chanteuse pop Jessie J, qui contient plusieurs références à la programmation Monarch.

     

     

     

    «Unspeakable» dépeint l'indicible: la maltraitance des petits enfants par leurs gestionnaires
    Phrases étranges écrites sur le mur avec une croix renversée, un symbole qui semble être incrusté dans le cerveau des esclaves Monarch.

     


     

     "No No!" (Non Non!) représente un avortement forcé ou une naissance prématurée. L'opération sanglante est assistée par l'alter Ria. Selon Ellen P. Lacter, les foetus sont sacrifiés soit lors des rituels ou bien utilisés comme esclaves par la suite.

     


     

     Un autre exemple d'abus impliquant des enfants qui ont dissocié (les corps transparents flottants).

     

     

     

    Enfants en cage comme des animaux sur le point d'être torturés par un gestionnaire/programmeur
    (qui semble aussi être dissocié).

     

     

       

    Cela résume la vie d'un esclave Monarch.

     

     

     En Conclusion
    ____________________________

    Bien que Kim Noble soit appréciée pour ses expositions grand public, la véritable source intérieure de l'artiste est la programmation Monarch - et cela n'est cité nulle part dans les médias.
    Analysé dans sa totalité, le travail de Kim Noble décrit un système très organisé et complexe qui semble possèder de grandes quantités de connaissances occultes et scientifiques.
    Un Système utilisant principalement des enfants, qui sont maltraités et traumatisés pour créer des alters programmables.

    Aucun journal n'a osé enquêter sur (ou même le mentionner ) tout ce qui concerne MK-Ultra, un programme qui a été utilisé et que l'on retrouve décrit dans les tableaux.
    Les gestionnaires/programmeurs sans âme représentés dans les peintures ne sont pas des psychopathes isolés, mais de hauts fonctionnaires du système qui jouissent de l'immunité des médias et de la justice. En fait, ils font parfois partie des médias ou de la magistrature comme du monde de l'industrie du divertissement.

    C'est en partie pour cette raison que le symbolisme utilisé lors de la programmation Monarch a débordé sur le secteur du divertissement grand public. Certaines des plus grandes stars du monde sont des produits du contrôle de l'esprit/mind-control.

    Les symboles utilisés dans la programmation des esclaves Monarch sont envoyés au monde par les médias. Certains de nos artistes préférés ne sont rien de plus que des marionnettes dont les ficelles sont tirées par les gestionnaires/programmeurs invisibles. Ces bourreaux sont "invisibles" à la plupart, mais ils font en sorte de se faire «voir» à travers le symbolisme placé dans les médias.

    Bien que la plupart d'entre nous avons la chance de ne pas vivre dans l'enfer enduré par ces esclaves MK, nous sommes toujours soumis à une forme de programmation en visionnant des films, la télévision, la consommation de musique industrielle et autres médias de masse.

    Ceux dans les coulisses tentent de normaliser leur existence et leur comportement dépravé.

    Pourquoi les enfants sont-ils autant sexualisés dans les médias? (voir l'hypersexualisation)

    Les gens dans l'industrie du divertissement sont-ils connectés avec les réseaux qui commettent des actes ignobles, comme représentés ci-dessus ?

    Malheureusement, la réalité dépasse la fiction.

     

    Article disponible en PDF


    _______________________________________

    Galleries en ligne de Kim Noble:

    http://www.kimnoble.com/virtual_galleries.htm



    Source de l'article:

    http://vigilantcitizen.com


    Traduction:

    MK-Polis

     

     

     

     

     

    Enregistrer