• ➤ Renaud Camus et l'apologie de la pédophilie   "Je crois que la “pédophilie”, la mal-nommée, est avec la question des races, la question des classes, celle de l’immigration et celle du chômage un des terrains d’élection par excellence de ce que j’appelle la glu des discours. Elle est aussi une arme absolue de langage, en ce sens qu’elle permet de déconsidérer à jamais et même d’éliminer du terrain de l’échange intellectuel quiconque prendrait la liberté de tenir une parole ou d’entretenir une opinion qui s’écarteraient si peu que ce soit du discours sympathique en place — lequel, vautré dans l’adhésion qu’il provoque, et qu’il entretient par un mélange de complaisance et de terreur, écrase tous les autres, et interdit toute nuance, confondant sans scrupule le monstrueux avec l’insignifiant. [...] Si la sexualité, comme je crois, n'a strictement rien de répréhensible en soi, on ne voit pas pourquoi elle le serait chez les enfants, ou avec les enfants. Il est absurde de considérer qu'elle serait illicite jusqu'à un certain âge, et deviendrait licite du jour au lendemain, dès que cet âge est dépassé. Les enfants ont une sexualité et des pulsions sentimentales bien connues, qui peuvent très bien se porter sur des adultes, en particulier sur de jeunes et beaux adultes, professeurs de gymnastique ou moniteurs de colonies de vacances, comme nous l'avons tous vu. [...] il faut veiller avec le plus grand soin à ne pas confondre, d’une part, relations sentimentales ou sexuelles entre adultes et enfants d’un âge raisonnable parfaitement consentants, ou même désirants — relations qui peuvent être tout à fait innocentes, et quelquefois seraient très belles, si la société ne s’en mêlait pas — et d’autre part les faits divers épouvantables qui défraient la chronique ».  

    (L’Infini, Gallimard, n° 59, automne 1997, « La Question pédophile »)

      "Les enfants sont le dernier bastion de la haine du sexe. Autant dire qu’il est farouchement protégé. Pourtant, si on pensait vraiment que le sexe est tout à fait innocent ; si on était tout à fait convaincu, comme je le suis, que par essence il est tout entier du côté de la douceur, de la bienveillance, de la gentillesse, de l’humour, et bien sûr de la plus complète liberté de chacun ; si on acceptait de l’envisager comme un des plus grands bonheurs de la vie, certes, mais aussi comme l’un des rapports humains les plus riches, les plus complexes, les plus chargés de civilisation et de sens ; si on croyait vraiment tout cela, que l’on dit croire, mais que l’on ne croit pas sérieusement, la preuve, on ne trouverait pas si monstrueux que des adultes initient des enfants à ces plaisirs-là, pourvu qu'il s'agisse de plaisirs, et véritablement de liberté."

    (Extrait des "Vaisseaux brûlés")

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    7 commentaires
  • En cette période de grand "challenge mondial" humanitaire en matière de balle au pied, voici quelques archives :

    http://fr.rec.sport.cyclisme.narkive.com/KsXctCuS/quand-zidane-conseillait-sa-clinique-a-johnny

    L'information est curieusement passée inaperçue. Interrogé sur les secrets
    de son éternelle vitalité, en octobre 2003, sur le plateau de l'émission de
    Canal+ "Merci pour l'Info", Johnny Hallyday explique qu'il a séjourné dans
    une clinique suisse spécialisée dans l'oxygénation du sang et révèle que
    l'adresse lui a été recommandée par... Zinédine Zidane. "Zidane y va deux
    fois par an et je le comprends", ajoute le chanteur après avoir précisé que
    ce traitement - qui, explique Johnny, consiste à prélever du sang, à
    l'oxygéner et à le réinjecter - lui a procuré un bien fou.
    Novembre 2004, Riccardo Agricola, le médecin chef de la Juventus Turin -
    dont Zinédine Zidane a porté le maillot de 1996 à 2001 - avait été condamné
    en première instance à un an et dix mois de prison pour fraude sportive et
    utilisation abusive et dangereuse pour la santé de médicaments en dehors de
    toute justification thérapeutique entre 1994 et 1998.
    Dans son rapport, l'hématologue commis par le parquet de Turin avait
    notamment conclu que les fortes variations de paramètres sanguins observées
    chez certains joueurs de la "Juve", dont l'ancien capitaine de l'équipe de
    France, Didier Deschamps, relevaient de "l'utilisation quasi certaine de
    traitements pharmacologiques tels que l'érythropoïétine ou les
    transfusions".
    Depuis, l'ancien coureur Jesus Manzano - dont les révélations sont à
    l'origine de l'enquête qui a permis à la police espagnole de mettre au jour
    un vaste réseau de dopage organisé depuis Madrid - a assuré qu'il avait
    croisé des footballeurs dans l'appartement madrilène où on lui pratiquait
    des transfusions sanguines.

    AUCUN CONTRÔLE SANGUIN
    Plusieurs footballeurs ont reconnu avoir eu recours à des transfusions pour
    améliorer leurs performances. " J'ai une méthode particulière pour demeurer
    au top niveau : l'injection de mon propre sang", expliquait en 1977 dans une
    interview au magazine Stern Franz Beckenbauer, l'ancien capitaine de
    l'équipe d'Allemagne championne du monde 1974 et patron de la Coupe du monde
    2006.
    Pendant le Mondial allemand, la Fédération internationale de football (FIFA)
    ne pratiquera aucun contrôle sanguin pour détecter d'éventuelles
    transfusions. "Nous considérons la probabilité de cette pratique dans le
    football tellement faible que ce serait une perte de temps, d'argent et
    d'énergie que de faire des contrôles sanguins", explique au Monde Jiri
    Dvorak, le médecin chef de la FIFA.
    St. M.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    7 commentaires
  • Le psychiatre Patrick Lemoine nous parle de "glaner de l'information" (dans d'autres dimensions) relatives aux mémoires traumatiques dissociatives, il nous parle ici du lien entre les troubles dissociatifs et les connexions à d'autres dimensions. Il est indéniable que l'aspect multidimensionnel doit être prit en compte pour avoir espoir d'un jour pleinement comprendre les troubles dissociatifs sévères, les phénomènes d'amnésie traumatique et de fragments de personnalité dissociés, comme  "congelés" dans un autre espace temps. C'est une clé de compréhension pour commencer à cerner le but des pratiques pédo-sataniques, et de contrôle mental, relevant de l'occultisme le plus noir.

    ➤➤ Traumatismes dissociation et connexion aux autres dimensions

    ➤➤ Traumatismes et facultés psychiques paranormales

    ➤➤ Mémoires dissociatives comme "congelées" dans un autre espace-temps

    Les rituels traumatiques extrêmes servent à provoquer cette "illumination" : la transcendance du corps physique par le biais du phénomène dissociatif. Le coeur de la perversion satanique consiste à "arracher l'âme" de la victime pour vampiriser son énergie et contrôler son esprit. Ce ne sont pas les rituels en eux-mêmes qui comptent vraiment mais plutôt leurs effets à des niveaux qui dépassent le monde matériel..... Extrait MK

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    1 commentaire
  • Le 10 juin dernier, la chaîne M6 a diffusé un court reportage consacré à l'activiste anti-pédocriminalité Christian "Stan" Maillaud. "Paranoïaque", "adepte de la théorie du complot", le ton est donné dès les premières secondes dans ce reportage à charge contre Stan Maillaud et par voie indirecte contre l'activisme anti-pédocriminalité. La chaîne M6 a-t-elle déjà traité de manière sérieuse la question des affaires pédocriminelles, pour mettre en lumière l'énorme lacune avérée des institutions policières et judiciaires en la matière ? On peut reprocher beaucoup de choses à Maillaud, mais il est indéniable qu'il a permit d'exposer - via internet - cette problématique essentielle, notamment par son documentaire "Les réseaux de l'horreur", dont M6 n'a évidemment pas parlé... mais qui continue de réveiller les consciences sur ces horreurs, tandis que les journalopes continuent leurs basses besognes de décrédibilisation et d'étouffement... Mieux vaut boycotter totalement cette caste "journalistique" dont l'intégrité est passée, depuis belle lurette, aux oubliettes, tout comme l'a fait Jérémy Lehut en refusant l'invitation à participer à cette mascarade télévisuelle pédo-compatible !

    ➤➤ Stan Maillaud

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    32 commentaires
  • Voici un manga que l'on trouve en vente actuellement. Cette production malsaine de Urû Okabe intitulée "World War Demons" (世界鬼) ne comporte aucune mise en garde ou limite d'âge.

    ➤ World War Demons: un manga très malsain basé sur les troubles dissociatifs

    Quatrième de couverture du Tome 1 :

    ➤ World War Demons: un manga très malsain basé sur les troubles dissociatifsAzuma, jeune collégienne, vit chez la famille de son oncle depuis la disparition de ses parents. Battue par son cousin, violée par son oncle, mal nourrie, elle développe très vite une curieuse maladie psychologique : le syndrome d'Alice de l'autre côté du miroir. Mais tandis qu'une vague de catastrophes commence à s'abattre sur Terre, son syndrome pourrait bien s'avérer être une arme redoutable ! Car, une nuit, transportée dans un univers parallèle, elle devra détruire, aux côtés de six autres individus aux passés traumatiques et atteints du même trouble, six "démons de l'univers" qui semblent à l'origine des catastrophes. La force de son désespoir lui permettra-t-elle de sauver le monde entier ?

     

     

    Azuma Shinonome (présentée comme une "collégienne", mais dessinée comme une très jeune enfant) se trouve effectivement transportée dans un univers parallèle... après avoir été violée par son oncle ! La référence de l'auteur à la traversée du miroir d'Alice au pays des merveilles représente le profond état dissociatif la faisant basculer dans un autre univers où résident des démons qu'elle devra combattre... mais où elle rencontre également d'autres "élus" (terme employé par la série) passés comme elle de l'autre côté du miroir suite à des traumatismes. Le terme "élus" est plutôt troublant sachant que les conditions à remplir sont les traumatismes dissociants (viols, etc). Ceci nous ramène à la question des rituels "initiatiques" traumatiques visant à apporter l'illumination à l'enfant en le connectant à d'autres dimensions et à certaines entités. Cette notion "d'élus" (par les traumas sic) sauvant le monde des démons peut-être à relier à la notion de "rédemption par le péché" ou la "sainteté à travers le mal" (doctrine de type sabbatao-frankiste)... La série "World War Demons" (Vol.3) nous apprend également qu'un démon a prit possession d'un des "élus" fractionné, dissocié, lors de ses "vadrouilles" de l'autre côté du miroir... (qu'on se rassure, tout ceci n'est que fiction hein).

    L'auteur de ce manga, Urû Okabe, expose ici de façon très malsaine (représentations graphiques des violences) la triste réalité des états dissociatifs créés par les traumas et connectant l'enfant à d'autres dimensions. Le problème étant que cela est présenté sous la forme d'une fiction destinée aux enfants et adolescents, sans aucune mise en garde ou topo quand au contenu graphique choquant et à la source d'inspiration d'une telle série... Urû Okabe a-t-il trouvé son scénario uniquement grâce à son imagination débordante ? Ou bien s'est-il inspiré de son propre vécu ou connaissances initiatiques en la matière ? Bref, le pédo-satanisme sous forme de divertissement est en vente libre dans les rayons de vos supermarchés...

    La force de son désespoir lui permettra-t-elle de sauver le monde entier ? Pour rester sur une note positive, il est indéniable que les survivants peuvent développer certaines capacités pouvant surpasser la moyenne ambiante....

    Lupin III, Fujiko Mine : une série japonaise 100% MK-Monarch

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    22 commentaires
  • ➤ La série Ally MacBeal expose le MK-Monarch et le trouble dissocitaif de l'identitéL'épisode n°20 de la saison 5 de la série Ally McBeal a pour sujet central le trouble dissociatif de l'identité. L'épisode traite le sujet d'une manière plutôt correcte en abordant par exemple son aspect psychophysiologique, mais sans toutefois donner les causes réelles de tels états extrêmes de dissociation (les traumas de la petite enfance). Comme par hasard, le scénario introduit cet épisode consacré au trouble de la personnalité multiple avec une référence directe au papillon Monarque, symbole récurrent de la programmation basée sur les traumatismes. Il est aussi fait référence au Dr Green...

    Le Trouble Dissociatif de l'Identité (T.D.I.)

    MK-Monarch

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique