• Il y a plus d’une quinzaine d’années, lorsque le fils du juge Roche rapportait publiquement les confidences de son défunt père, nous n’avions alors pas les clés de compréhension pour percer le mystère caché derrière la description de ces obscurs rituels...

     

    Pierre Roche décrivait les cultes à Mystères ; la dépravation sexuelle et les rites prétendument initiatiques visant à transcender la conscience via la "Loi de la Dissociation", terme employé par l’anthropologue Anthony Wallace pour qualifier ce processus d’apprentissage rituel visant à induire un état spirituel extatique par la mortification de la chair.

    L’exploitation de la douleur et de la peur peut en effet servir à provoquer l'illumination par une décorporation. Le cœur de la perversion luciférienne consiste à « arracher l'âme », que ce soit d’un initié consentant ou de son enfant soumis malgré lui à ces rites de passage. Arrivé à un certain degré, ce ne sont plus les rituels en eux-mêmes qui comptent vraiment mais plutôt leurs effets à des niveaux qui dépassent le monde matériel...

    Le livre intitulé "Kabbalah - A Neurocognitive Approach to Mystical Experiences" (une approche neurocognitive des expériences mystiques), décrit bien comment la dissociation, la sortie hors du corps, est un point essentiel dans la mystique kabbaliste. Enseignée dans les sociétés secrètes Gnostiques, nous commençons alors à comprendre pourquoi autant de victimes et survivants rapportent l'existence de rituels traumatiques basée sur cette Loi de la Dissociation. En effet, la méthode la plus directe et la plus radicale sur un sujet non consentant comme un enfant, étant le traumatisme extrême, pouvant aller jusqu’à provoquer une expérience de mort imminente, ce que certains groupes nommeraient cérémonie de la résurrection. Les rituels maçonniques de mort et renaissance symbolique utilisant un cercueil n’en sont que la préfiguration.

    La Kabbale extatique définie plusieurs formes d'extase qui ont en commun l'intention de séparer « l’âme » du corps, comme l'indique le préfixe - ex - dans le terme « extase ». Nous y trouvons l’extase dite « autoscopique » dans laquelle l’individu a l'impression de se voir lui-même (son corps physique) depuis l'espace extracorporel. Ainsi que l’extase dissociative (dite également possessive) dans laquelle une « entité extérieure » habite le mental de l’individu…


    2 commentaires
  • Vendre son âme au diable est une expression métaphorique populaire signifiant la mise au placard des valeurs morales pour obtenir une contrepartie financière et matérielle très confortable. Signer un pacte avec le diable relève pour la plupart des gens d’une imagerie symbolique signifiant qu’un individu se fourvoie avec un milieu peu recommandable pour accéder à la gloire matérielle de ce monde...

    ➡️ Transcription de la vidéo format PDF

    Laissons de côté l’aspect spirituel et occulte du pacte avec le diable pour nous intéresser aux moyens, simplement humains et matériels, pouvant faciliter l’accès d’un individu à la gloire et à la fortune. Bien évidemment, nous pensons en premier lieu au travail et au talent méritoire, pouvant apporter une fructueuse réussite… mais dans ce monde déchu, c’est le réseautage malin qui détrône le véritable talent au profit de la médiocrité et de la méchanceté. Comment donc un individu aux dents acérées, qu’il soit artiste ou Enarque, avide d’une réussite sociale et professionnelle rapide et fructueuse, va-t-il s’y prendre pour grimper l’échelle sociale ? Que lui conseilleront ses acolytes requins ? Quel est l’ascenseur le plus rapide et efficace dans ce bas-monde pour gravir sans mérite les échelons ?

    LA LOGE.

    La Franc-maçonnerie est la porte d’entrée vers un vaste réseau permettant, pour les plus malins et corrompus, de se frayer une ascension dans la pyramide sociétale actuelle… que ce soit dans le secteur privé, public/administratif ou artistique, l’évolution professionnelle se calquera sur l’évolution occulte, autrement dit la carrière professionnelle dans le monde profane évoluera en fonction des divers degrés initiatiques atteints en loge... L’ascension occulte pouvant tout aussi bien être bloquée que accélérée ; cela en fonction du profil de l’individu soumis progressivement au « décapage spirituel » visant à briser toutes ses barrières morales les unes après les autres pour aboutir au relativisme absolu : la suppression de toute notion de Bien ou de Mal. Ce processus morbide est amplement simplifié lorsque l’individu appartient déjà à la « Famille » ; il aura alors été soumis depuis sa plus tendre enfance aux protocoles traumatiques extrêmes visant d’un côté à développer chez lui les états dissociatifs nécessaires à la programmation mentale et de l’autre à supprimer toute notion de compassion pouvant entraver son ascension sociétale.

    Ce système maçonnique de cooptation et de réseautage possède des pistons bien huilés à fort potentiel de propulsion, permettant d’apporter « Gloire et Beauté » au plus sombre crétin ; et il sera d’autant plus facile de lui retirer cette lumière artificielle du jour au lendemain… les Frères Trois Points aux postes clés se chargent de pistonner l’initié pour le placer à sa juste place, selon son degré de soumission et de corruption.

    Si la franc-maçonnerie est effectivement de nature Luciférienne, travaille-t-elle en collaboration avec les anges déchus, les démons ? La Synagogue de Satan, comme certains l’appellent, pourrait-elle propulser dans la lumière de ce monde, par son réseau, les âmes ayant pactisé avec le Diable par l’intercession des Sorciers-Contrôleurs ?

    La Haute-Loge pourrait bien être ce médiateur entre l’humain et le diable, apportant l’outil matériel et logistique grâce à son vaste réseautage mondial cimenté par le culte du secret. Cet appareil invisible et diabolique, pourrait en effet grandement faciliter, et expliquer, la fulgurante ascension pyramidale de certains individus, ayant signé le « Pacte » et affichant publiquement et symboliquement leur allégeance… Ils recevront alors les fruits d’une réussite artificielle et peu glorieuse, pouvant leur être retirée du jour au lendemain…


    3 commentaires
  • Le XXème Siècle a vu naître un phénomène d’ampleur mondial, celui de l’idolâtrie de certaines personnalités propulsées par la lumière artificielle de ce monde : ce sont les nouvelles Prêtresses Babyloniennes ou Reines du divertissement et de la propagande luciférienne.

    ➡️ Transcription de la vidéo format PDF

    Ces figures publiques, généralement façonnées depuis la plus tendre enfance pour certaines fonctions, montrent pour beaucoup d’entre-elles des signes de fractionnement d’identité, de dissociation, voir de médiumnité et de possession… tout comme les anciennes prêtresses du monde antique païen avec ses cultes à la déesse et à la fertilité. N’est-ce pas Beyoncé qui a publiquement déclaré avoir une personnalité multiple et décrit ses états dissociatifs et autres amnésies lorsqu’elle est sur scène ?
    Les millions d’américains acclamant la poupée Katy Perry au Super Bowl ont-ils conscience qu’elle représente dans cette gigantesque scène la déesse babylonienne Ishtar chevauchant un lion, symbole de sa férocité non-domestiquée ? La déesse de la sexualité, la Grande Prostituée de Babylone… acclamée par une foule qui adhère ainsi indirectement à un culte antique païen, effectivement encore pratiqué de nos jours par les sorciers-contrôleurs babyloniens…
    Certaines productions dans lesquelles Katy Perry a été exploitée ont également une très forte symbolique relative à la personnalité multiple et au MK-Monarch…
    La sous-culture moderne du contrôle mental basé sur les traumatismes définit les esclaves sexuels par le code BETA ou Beta Kitten, aujourd’hui largement mis en scène par l’industrie du divertissement. Des individus fractionnés et programmés dès la petite enfance à des fins d’exploitation sexuelle, allant du rapport le plus basique et animal jusqu’aux plus hautes pratiques de magie sexuelle visant à lier le fœtus à des entités démoniaques ; voilà l'héritage de la tradition assyro-babylonienne… entretenue par des illuminés tels que le 33° Aleister Crowley et ses adeptes contemporains…
    Une personnalité alter dissociée, en transe, connectée à d’autres plans et ouverte à la possession démoniaque, peut servir de prêtresse lors de certains rituels. Selon Fritz Springmeier un des secrets des religions à Mystères antiques, en particulier le culte Égyptien des Mystères d'Isis était la capacité d'utiliser les drogues, la torture et l'hypnose pour créer des personnalités multiples chez un être humain, le fractionner pour le connecter à d’autres plans, d’autres dimensions. Cette connaissance initiatique ne s'est pas dissoute avec la chute de l'ancienne Égypte : le monde occulte n'a jamais cessé de briser et de programmer des esclaves par un processus de dissociation psychique. Ce savoir s'est transmis jusqu'au monde moderne par le biais de sociétés secrètes dites « initiatiques ».
    Le comte de Cagliostro, de son vrai nom Guiseppe Balsano, est reconnu comme ayant établi la Maçonnerie Égyptienne sur le Vieux Continent. Il est en effet le fondateur du rite de Misraïm ou Égyptien, essentiellement focalisé sur les anciens Mystères… il s’agit de la maçonnerie hermétique et ésotérique. Cagliostro qui voulait ressusciter les Mystères d’Isis, s’adonnait aux pratiques de magie, notamment à la science funeste des évocations d’esprits et de démons. Pour cela, il utilisait des jeunes filles qu’il exaltait jusqu’à l’extase pour leur faire rendre des oracles. Cagliostro nommait ses prêtresses médiums les Colombes… en référence aux Colombes dodoniennes, prêtresses du Temple de Jupiter de l’Italie primitive.
    Rappelons ici le témoignage de Maude Julien, dont le père Franc-maçon, visait à faire d’elle un « être supérieur », une « élue », une « déesse » capable de « circuler entre les univers et de communiquer avec les morts »… Pour cela, l’entrainement infligé par le père était purement de la torture physique et psychologique la réduisant à l’état de robot. Cet homme avait très probablement eu accès dans sa loge maçonnique à certaines connaissances ésotériques relatives aux processus dissociatifs ; et il tentait une mise en pratique hautement coercitive sur sa propre fille.
    Nous constatons que la franc-maçonnerie est un facteur commun dans beaucoup de témoignages relatifs à la culture et l’entretien du trouble dissociatif de l’identité et de ses murs amnésiques, résultant de l’inceste et des tortures : cela à des fins de contrôle mental et d’exploitation sexuelle. Touchons-nous ici à certaines pratiques occultes des antiques cultes à Mystères, ravivées par une obscure Maçonnerie que certains qualifieront de « déviante » ?
    Dans son livre « Mémoire de Sang », Alexandre de Danann semble évoquer ce type de programmation sexuelle dans certains cultes du monde antique. Il parle de « corporations » de femmes spécialement élevées et instruites pour devenir les instruments d’une certaine magie sexuelle. Il ne développera pas les méthodes employées pour élever et instruire ces femmes. Mais il précise que ces « collèges sacerdotaux » féminins, c’est à dire des prêtresses, avaient pour tâche de nourrir et de maintenir en vie certaines entités, ou de permettre l’incarnation temporaire de l’une d’elles. Cela n’est pas sans évoquer l’Enfant Lune, « MoonChild », cher au franc-maçon Aleister Crowley. Rituel consistant à lier un fœtus à une entité démoniaque lors d’une copulation basée sur la magie sexuelle : autrement dit consacrer un enfant aux démons dès sa conception pour une destinée on ne peut plus lumineuse…
    Alexandre de Danann semble également faire référence aux états dissociatifs, point essentiel de ces pratiques occultes, lorsqu’il écrit à propos de ces prêtresses : « Dans ce but, ces femmes étaient conduites à un degré très intense d’hypersensibilité et de stupidité en même temps, au moyen de drogues ou d’autres méthodes, pour parvenir, dans les contacts avec les « initiés », à n’éprouver ni désir ni amour mais plutôt un état de séparation qui permettait de conditionner profondément l’âme des individus qui se soumettaient à leur volonté. »
    Les anthropologistes, tels que Erika Bourguignon et Lenora Greenbaum, ont reconnus depuis longtemps la place essentielle que prennent les phénomènes dissociatifs dans certaines pratiques religieuses antiques et païennes, notamment le fait que les individus ayant eu une enfance traumatique (dissociative) étaient plus susceptibles d’accéder aux fonctions de prêtres ou prêtresses.
    De nos jours, plusieurs survivantes de sévices rituels sectaires, souffrant d’un trouble dissociatif de l’identité, rapportent que certaines de leurs personnalités alter avaient un rôle central lors des cérémonies : celui de Prêtresse. Ces personnalités alter satanistes/lucifériennes feront partie des programmations les plus profondes.
    Le livre Ritual Abuse and Mind Control: The Manipulation of Attachment Needs contient le témoignage d'une survivante de MK : « Ce que le programmeur faisait par exemple était de vous attacher pour vous infliger des chocs électriques jusqu'à ce qu'il détecte le moment où votre esprit s'est « brisé » (le point de rupture) et que vous avez quitté votre corps dans une extrême dissociation. C'est là qu'il va vous donner un autre nom, il va nommer ce nouvel alter et il lui dira par exemple : « Tu es une déesse Égyptienne et ta vie est dédiée à la mort et à la destruction ». Au début, pour mon conditionnement et ma programmation, on m'apprenait comment tuer des animaux et comment torturer d'autres enfants. »
    De nos jours, le côté glamour et roots de la Déesse-Mère et de ses mystérieuses prêtresses semble séduire bon nombre de néo-féministes à forte tendance paganisante, notamment chez les auto-diag TDI. Mais n’oublions pas l’envers du décors de ces cultes liés à la fertilité qui pratiquaient effectivement les orgies avec des sacrifices rituels de sang… ce que l’on qualifie aujourd’hui de satanisme…


    votre commentaire
  •  ➡️ Transcription de la vidéo format PDF

    ➤ NOYAU DUR #3 - Culte du Serpent et Pacte de Sang- Les forces obscures ont toujours cherché, sous leurs innombrables formes, à bouleverser les valeurs traditionnelles de l’esprit (…) elles se placent « au dessus et aux delà du bien et du mal » (…) il est important d’observer que, pour agir dans le monde et rendre « opératives » ses méthodes , il lui faut se créer préalablement un terrain favorable.
    Celui-ci est généralement constitué par une situation équivoque et chaotique à tout niveau : une relativisation des valeurs traditionnelles, qui tend à provoquer le défaut général du sens du discernement, et une incertitude et une angoisse très répandue. Si l’on voulait trouver une « devise » caractéristique de la « contre-initiation » (ndlr : ou Révolution), elle pourrait être : « Dans le chaos, je grandis ».
    Il est nécessaire d’ajouter qu’aujourd’hui la « contre-initiation » (Révolution) a tendance à n’être considérée que comme « un faux problème » : mais il ne faut pas oublier que le « coup de maître » des forces obscures est celui de faire croire qu’elles n’existent pas (…)

    Ce que nous tenons à démontrer, c’est que les centres, ou noyaux d’où émanent et se régénèrent les forces « contre-initiatiques » (Révolutionnaires) sont à chercher dans le cadre de certaines lignées bien déterminées. Ces lignées, détentrices d’un sang particulier hérité d’un ancien « pacte » avec les anges déchus, recréent ou réveillent à dessein des sociétés secrètes, des écoles, des sectes, par l’intermédiaire de certaines individualités spécialement préparées, que l’on pourrait considérer comme un genre particulier de « possédés » et chargées des pouvoirs nécessaires, toujours d’ordre psychique, bien entendu, qui leur permettent de provoquer pour une certaine période plus ou moins longue mais toujours limitée, des phénomènes qui constituent l’élément « catalyseur » autour duquel se créeront ces groupements occultes (…)

    Les détenteurs de ce « sang spécial » d’origine luciférienne eurent en effet la mission de faire adhérer à leur cause le plus grand nombre d’homme possible. Des structures adéquates à ce but furent alors créées, telles que des sociétés secrètes et des sectes à l’organisation toujours changeantes, jamais stables, où à un « cercle intérieur » succèdent d’autres de plus en plus « intérieurs », au bout desquels les postulants « les plus dignes » sont liés, au moyen d’un pacte de sang, à une « entité intelligente » qui leur confère certains pouvoirs ayant, entre autres, la caractéristique d’être temporaires. Si « l‘initié » accomplit n’importe quelle transgression, les pouvoirs obtenus jusqu’à ce moment lui sont tout de suite enlevés, ce qui est la preuve irréfutable que ces pouvoirs n’avaient pas été réellement obtenus par lui-même, mais grâce à « l’entité intelligente » avec laquelle il a fait un pacte et qui se nourrit de sa vitalité. Ces entités ne sont rien d’autre que les démons, c’est à dire les anges déchus et leurs auxiliaires, et c’est le pacte de sang qui leur permet de « contaminer » le genre humain (…)

    Ici, nous n’avons pas à faire à des sectes « pseudo-initiatiques » de constitution récentes, mais avec l’essence même de la « contre-initiation » (Révolution), avec l’essence de ceux qui se sont révoltés contre Dieu, et de ceux qui n’ont pas reconnu la venue de son Fils, ceux dont le sang a été contaminé par le péché d’orgueil.

    En fait, le Christ a donné à tout homme, par son propre sacrifice, la possibilité de se réaliser intégralement ; très évidemment, on ne peut parvenir à ce but qu’à travers une véritable et sévère discipline intérieure, des sacrifices réels, c’est à dire conscients, des pensées et des actions méritoires, et surtout avec l’aide du Saint-Esprit, car, sans l’intervention providentielle divine, l’homme ne s’élève pas, mais il déchoit, vaincu par les démons (…)

    C’est le Christ, le Verbe et lui seul qui doit être le Maître, qui doit être l’initiateur. C’est Dieu seul et son Esprit-Saint qui peut vous donner la vérité parfaite, mais il faut la lui demander humblement. Dieu donne la sagesse et il la répand largement sur ceux qui l’aiment… mais la refuse à l’orgueil et à la superbe…

    Et ce qu’il faut savoir, c’est que lorsque le sang, lorsque la vivante substance d’un être a été marquée, comme la cire, d’un cachet, et cela avec son consentement, il lui sera presque impossible, si plus tard il reconnaît que le cachet a des défauts, d’effacer cette empreinte. Il ne pourra le faire qu’en acceptant une empreinte plus forte, en se revêtant d’une armure plus puissante, et cela n’ira pas sans de grandes luttes et de très grands heurts. On en pourrait trouver plus d’un exemple. Parfois même celui qui a été accepté selon les rites, membre d’une confrérie initiatique ou occulte, puissante, paye automatiquement de sa vie, la faute pour lui de vouloir, non pas trahir la confrérie, mais seulement la quitter, s’en détacher. On ne joue pas impunément avec les mystérieuses lois du sang, et tout serment prêté attache par le sang, dans le sang (…) à l’intérieur de certaines sectes, on parle encore aujourd’hui de la « mort par épuisement » qui est la destinée de ceux qui révèlent le « secret initiatique ».


    votre commentaire
  • ➤ MK Le LIVRE - Les Traductions Bientôt Disponibles en 2022 ! Alexandre Lebreton / Omnia Veritas


    votre commentaire
  • Affaire Jeffrey Epstein - Les avocats de la Défense de Ghislaine Maxwell ont choisi de s’appuyer sur la théorie fumeuse des "faux souvenirs", il s’agit là d’une tentative pour saper et discréditer les accusatrices. La Défense espère ainsi convaincre les juges que la mémoire des victimes est défaillante... un classique lorsque acculé dans les derniers retranchements !

    La Défense de Ghislaine Maxwell sort la carte des FAUX SOUVENIRS avec "l'experte" Elisabeth Loftus

     

    La Défense a fait appel à Elizabeth Loftus, professeur à l’Université de Californie, psychologue cognitive spécialiste auto-proclamée de la mémoire humaine et membre du Conseil de la FMSF (False Memory Syndrome Foundation). Régulièrement appelée à la barre en tant qu’experte de la fiabilité de la mémoire, Loftus a participé au célèbre procès de l’école Mc Martin pour réduire à néant la parole des enfants, elle est également intervenue au procès d’Harvey Weinstein pour tenter de discréditer la parole des victimes.

    Faire appel à ces pseudo-experts des "faux souvenirs" est un schéma classique dans ce type de dossiers. En France, lors du procès Outreau 3 à Rennes, c’est Hubert Van Gijseghem qui est venu à la barre pour éclairer de sa lumière la cour sur la validité de la parole de l’enfant.

    Il y a quelques jours, à New York, Elisabeth Loftus a expliqué aux jurés que ses recherches l’avaient poussée à conclure que le fait d’être exposés à des faussetés pouvait conduire des gens à former de faux souvenirs qu’ils considèrent comme réels. « Au fur et à mesure que la mémoire s’amenuise, elle devient plus vulnérable à la contamination », a déclaré Loftus en réponse à une question de Bobbu Sternheim, une des avocates de Ghislaine Maxwell. « Les gens deviennent la proie de la désinformation. Ça devient leur mémoire », a-t-elle ajouté.

    Il est évident que les avocats de la défense se serviront de ses théories sur les faux souvenirs lors de leurs plaidoiries finales. Étonnamment, l’experte Loftus n’a commenté aucun des témoignages de la poursuite, qui ont pris fin vendredi dernier par celui d’Annie Farmer.

    Les procureurs fédéraux avaient demandé en vain à la juge Alison Nathan, de refuser à la défense le droit d’appeler la professeure Loftus à la barre. Lors de leur contre-interrogatoire, ils ont mis en cause l’intégrité de cette experte en laissant entendre que son témoignage pour la défense était inspiré par la soif du gain. Loftus a alors admis être payée 600 $ de l’heure par les avocats de Ghislaine Maxwell. En réponse à une question de Lara Pomerantz, l’experte a admis que la mémoire pouvait devenir plus fiable si une personne a été victime d’expériences traumatisantes répétées. « Plus vous êtes exposé à quelque chose, meilleure est votre mémoire », a-t-elle déclaré.

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-12-17/proces-de-ghislaine-maxwell/la-defense-entre-en-scene.php

    http://mk-polis2.eklablog.com/lorsque-le-syndrome-des-faux-souvenirs-refait-surface-pour-couvrir-la--a117869068

    http://mk-polis2.eklablog.com/syndrome-des-faux-souvenirs-p646525

    https://news.isst-d.org/the-rise-and-fall-of-the-false-memory-syndrome-foundation/


    votre commentaire
  • ➤ NOYAU DUR ∴ Les Frères des Cavernes, une très vieille histoire...

    Le monde souterrain, par sa richesse infinie et inviolée, hante l'imagination de l'homme. Ce domaine mystérieux ne se révèle que rarement ; la caverne obscure et profonde inspire la terreur et la superstition. Ces bouches de l'enfer, accessible après un long parcours dans les entrailles de la Terre peuvent servir de d’initiation pour en revenir transfiguré : la descente de l'Esprit dans la matière, au cœur de ce que certains gnostiques appelleront la Terre-Mère… une descente dans l’Hadès conduisant aux Mystères les plus obscurs…

    Les sociétés secrètes modernes de type maçonniques sont la descendance des religions antiques dites à Mystères… Les archives rapportent que ces cultes à Mystères avaient un attrait tout particulier pour le monde souterrain, l’univers obscur des arcanes interdites aux profanes… Nous allons voir que la franc-maçonnerie contemporaine a elle-même une accointance toute particulière pour les cavernes et autres grottes des profondeurs…

    Voici une série de sites souterrains, cavernes ou mines, accaparés par des loges maçonniques, ce sont les plus connus, il en existe probablement des centaines, voir des milliers…

     

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique