• ➤ Dissociation / Décorporation (((extase))) dans la Mystique Kabbaliste - Extraits de "Kabbalah"

    ➤ Dissociation et Décorporation dans la Mystique KabbalisteLes nombreux témoignages d'abus rituels rapportent une volonté des agresseurs à provoquer une peur et des douleurs extrêmes chez les petites victimes. Ces pratiques ignobles, au premier abord totalement incompréhensibles pour le profane, ne prennent du sens que lorsque l'on s'intéresse à l'aspect ésotérique de ce type de rituels pédocriminels. Les agresseurs visent à dissocier l'enfant, à brutalement provoquer chez lui une sortie astrale et la connexion à d'autres dimensions ; le viol spirituel contre-initiatique.

    Dans son livre "Religion: An Anthropological View" (Religion: une vue anthropologique), Anthony Wallace décrit un "processus d'apprentissage rituel" qui fonctionne essentiellement avec ce qu'il nomme la "loi de la dissociation". Il écrit que ces pratiques visant à induire un état spirituel extatique en manipulant directement et crûment le fonctionnement physiologique de l'humain se retrouve dans tous les systèmes religieux (antiques et primitifs).

    Voici quelques extraits du livre intitulé "Kabbalah - A Neurocognitive Approach to Mystical Experiences" (une approche neurocognitive des expériences mystiques), illustrant comment la dissociation, la sortie hors du corps (ex-stasis ; l'extase ou l'illumination) est un point essentiel dans la mystique kabbaliste ; sachant bien que cette gnose est au cœur des sociétés secrètes fraternelles de type maçonnique, nous commençons à comprendre pourquoi autant de survivants rapportent l'existence d'initiations traumatiques imposées à de jeunes enfants. En faire des membres à part entière du culte luciférien, pour cela c'est dès la petite enfance que la programmation doit se faire... Le livre Kabbalah n'aborde pas les techniques à proprement parlé permettant d'atteindre les profonds états dissociés visant la sortie astrale (passer de l'autre côté du miroir). La méthode la plus directe et la plus radicale sur un sujet non consentant comme un enfant, étant le traumatisme extrême, pouvant même provoquer une EMI (expérience de mort imminente), ce que certains groupes occultes nomment cérémonie de la résurrection.

    Les rituels traumatiques extrêmes servent à provoquer cette "illumination" : la transcendance du corps physique par le biais du phénomène dissociatif. Le cœur de la perversion satanique consiste à arracher l'âme de la victime pour vampiriser son énergie et contrôler son esprit. Ce ne sont pas les rituels en eux-mêmes qui comptent vraiment mais plutôt leurs effets à des niveaux qui dépassent le monde matériel.....

    Dans ce livre, nous étudions la phénoménologie, la neurologie et les mécanismes cognitifs sous-jacents des expériences mystiques extatiques telles que décrites dans les écrits des mystiques provenant des grandes tendances de la Kabbale juive : kabbale Prophétique, Kabbale Lourianique, la Sabbataïsme et l'Hassidisme. (...)

    Les mystiques extatiques de diverses traditions et époques ont utilisé les états corporels altérés afin de développer les concepts d'esprit et de conscience. Cela se traduit par le terme "ex-stasis", pouvant être compris littéralement comme une "expérience hors du corps". Certaines écoles mystiques juives extatiques, dont beaucoup étaient dirigées par d'éminents kabbalistes, ont consacré leurs efforts au développement et à la mise en pratique de techniques cognitives visant à induire des expériences hors du corps afin d'élargir les concepts de l'esprit, de l'incarnation et du monde mental. (...)

    Lors du déroulement d'une expérience extatique, la prise de conscience de ce qui se passe pendant cet événement est difficile. Se tenir à l'extérieur de soi ("hors du corps"), qui est le sens direct de l'extase (ex-stasis), et ressentir ce qui se passe à l'intérieur est une énigme et un défi humain extrême. De plus, cela nécessite la modification de certains mécanismes neurocognitifs qui agissent normalement autrement lors de l'unification du soi et du corps. (...)

    Au début du XXè siècle, Martin Buber a écrit sur le sens ancien de l'extase : "L'extase est à l'origine une entrée dans dieu, être rempli de dieu. Il y a également la notion de consommation du dieu, l'inhalation de l'haleine du feu divin, l'union d'amour avec le dieu, renaître par le dieu, l'ascension de l'âme vers le dieu, dans le dieu." (...)

    Mircea Eliade, dont le livre "Shamanism" a pour sous-titre "techniques archaïques d'extases", considère l'extase comme un état de conscience au cours duquel le chamane monte dans d'autres mondes. Le livre Expériences de l'extase. Extase, ascension et récit visionnaire de l'hellénisme au Moyen Age (Couliano loan P.), l'un des ouvrages les plus érudits et les plus novateurs sur les extases, est malheureusement resté en marge. Dans ce livre, le terme "extase" désigne essentiellement le voyage de l'âme à travers divers royaumes, cieux ou planètes de la littérature grecque, hellénistique et juive de l'antiquité. Dans d'autres ouvrages de Couliano (...) nous retrouvons le terme "extase" lié aux expériences hors du corps, essentiellement un voyage céleste. On retrouve une similarité du terme "extase" dans le chamanisme asiatique ancien et les documents hellénistes et juifs, consistant à défier le soi habituel dans l'incarnation par une expérience hors du corps et / ou d'ascension de l'âme vers d'autres domaines à des fins diverses. (...)

    Jess B. Hollenback évoque avec le terme "extase" des expériences hors du corps de différentes catégories comme le voyage de l'âme (hors du corps) et l'autoscopie (voir son corps de l'extérieur) mais pas la catégorie de transe ni de possession : "L'extase apparaît souvent dans la littérature mystique comme faisant référence à un état d'intense exaltation, de félicité avec une excitation d'une telle intensité que le mystique perd conscience de son environnement physique et de son corps... L'extase a aussi une deuxième connotation impliquant un processus encore plus radical d'abstraction du corps et du monde physique." (...)

    Nous pouvons distinguer quatre sous-types principaux dans la Kabbale extatique :

    - L'extase autoscopique dans laquelle le mystique a l'impression de se voir lui-même (son corps physique) depuis l'espace extracorporel.

    - L'extase ascencionnelle dans laquelle le mystique quitte le corps, paralysé ou endormie, avec une expérience paranormale de rencontre avec des "entités célestes".

    - L'extase unitive, qui est l'expérience de l'unification avec le divin.

    - L'extase dissociative (possessive) dans laquelle une "entité externe" habite le mental du mystique.

    Ces quatre formes d'extase ont en commun l'intention de séparer "l'âme" du corps, comme l'indique le préfixe "ex" dans le terme "extase" (ex-stasis). (...)

    Pour rappel, contrairement à la plupart des phénomènes mystiques, décrits comme unitifs ou communitifs, l'extase implique un moment de changement radical dans l'expérience du Soi, car les techniques extatiques visent à défier l'expérience habituelle du corps et du Soi du mystique (...) Cette induction est réalisée à l'aide de certaines techniques qui opèrent sur des mécanismes neurocognitifs spécifiques qui modifient la perception habituelle du soi par le mystique. (...)

    De nos jours, les états dissociatifs pourraient constituer un avantage précieux pour les études sur la conscience et la compréhension neuropsychologique du "Moi" humain.

    Pour approfondir le sujet ➤➤➤ Traumatisme et connexion aux autres dimensions

     

    « ➤ Un peu d'art #13 : Oshitoshi Kanemaki➤ DUTROUX : Karl Zéro met les pieds dans le plat en parlant du réseau sur le plateau de France 5 »

  • Commentaires

    1
    FsocietyLIVE
    Mercredi 16 Octobre à 21:40

     

    Merci Alexandre  et paix  sur vous  la liste s 'agrandit  ORGANIGRAME

    https://app.thebrain.com/brains/ae1dcb20-0b87-4691-9529-8e7184fb5e2d/thoughts/34bfaead-fa6d-59e2-a02c-658fda4d5ebf/notes

     Réseaux Pédo criminels les Noms  et  Liens 

     Fsociety LIVE - Epstein / JUNKERMANN / IDF 8200 (mossad) / Ehub Barack et les attentats..



    https://www.youtube.com/watch?v=D0tI7TMYMJ0

    2
    No confusion
    Jeudi 17 Octobre à 00:50

    La confusion entre dissociation traumatique et spiritualité continue. Lol. 

    1) D'abord il est faux de dire que étymologiquement extase signifie sortie hors du corps. Le vient du grec ἐκ, « en dehors », et ἵστημι , « se tenir ». L'extase est donc un état hors duquel on se tient habituellement, autrement dit un état modifié de conscience (avec ou sans sortie du corps).
    2) Un état modifié de conscience peut aussi bien être neutre ou positif que négatif. Chacun en fait l'expérience dans sa vie (en étant somnolent, amoureux, déprimé, etc.) 
    3) L'expérience mystique est qualifiée d'extase dans le sens d'une sortie de son égo ou de ses limites habituelles. L'expérience hors du corps n'est qu'un épiphénomène (davantage présent dans ce que l'on nomme chamanisme). On peut aussi bien qualifier l'expérience mystique d'enstase (néologisme crée par Mircéa Eliade) au sens où le sujet sera davantage soi-même. Son identité n'est plus construite (socialement et psychologiquement) mais reconnue. Son expérience n'est donc pas dissociative mais au contraire unitive (pensée, émotions et sensations ne font qu'un).
    4) L'exploration des mondes intermédiaires (qui peut ou non accompagner l'expérience mystique) peut aussi bien se faire à des "étages" inférieurs que supérieurs (ou ailleurs au même "étage"). Le diabolique ne concerne évidemment que les mondes inférieurs. 5) Tout ceci vaut aussi bien pour les mystiques chrétiens (qui peuvent aussi avoir des sorties hors du corps) que juifs, musulmans, etc. - y compris les religions antiques. 

    Quand au parallèle entre dissociation traumatique et expérience mystique elle ne concerne que les sortie hors du corps (donc une minorité des expériences mystiques) mais avec des différences essentielles : la dissociation traumatique est (a) subie, le plus souvent (b) par un enfant, (c) à des fins de "vampirisation" énergétique ou/et de programmation mentale, la dissociation de type chamanique est (a) voulue, (b) par un adulte, elle n'est donc pas traumatique (je ne parle pas des excès ou des déviances), (c) pour acquérir un savoir, harmoniser un déséquilibre avec la nature ou guérir une personne. La dissociation traumatique a davantage de points communs (il peut même tous les cocher) avec le satanisme, qui n'est pas un mysticisme au sens propre mais une inversion. 

    Donc s.v.p. ne confondez pas tout : dissociation traumatique, mysticisme (avec ou sans sortie de corps) et satanisme. 

      • Jeudi 17 Octobre à 09:27

        Bonjour, ces extraits du livre Kabbalah permettent de faire comprendre à ceux et celles qui ne le savent pas, que les pratiques de dissociation/décorporation sont une discipline occulte de premier ordre (passer de l'autre côté du miroir, une symbolique récurrente dans la sous-culture MK). 

        Il ne s'agit pas de faire ici un cours de Kabbale ou de Gnose (merci de vous y être collé en commentaire) mais de rajouter une pièce au puzzle pour commencer à comprendre les "motivations" qu'il y a derrière le pédo-satanisme.

        Le fait est que la méthode la plus radicale pour accéder à ces profonds états dissociés est le trauma extrême, et je n'ai jamais dit qu'il s'agissait là d'une forme de spiritualité, je ne confonds pas véritable état mystique et torture criminelle contre-initiatique. Les gnostiques n'aiment généralement pas voir amalgamer Luciférisme (vulgairement appelé satanisme) et Gnosticisme, alors que ces deux courants ont une seule et même source : le porteur de Lumière émancipateur apportant la connaissance à l'homme voulant devenir son propre dieu.

        Les notions de Bien et de Mal étant absentes chez les gnostiques / lucifériens, adeptes du relativisme jusqu'au-boutiste cher aux FM, on peut alors comprendre que des pratiques "initiatiques" (ou plutôt contre-initiatiques) ignobles puissent être faites sur les plus innocentes créatures qu'il soit : les enfants, sans que cela ne soit considéré comme un mal, mais plutôt comme une forme d'initiation permettant de connecter l'enfant à d'autres dimensions/entités. Cdlt

      • Storm
        Jeudi 17 Octobre à 22:45

        Merci pour la vidéo et ces extraits (attention de ne pas faire qu'un avec les citations)

        Quoi qu'il en soit, l'extase unitive est bien la description du nirvana. C'est le sentiment de faire un avec tout, au point d'en oublier son corps tout en ayant un sentiment plénitude absolue. C'est plus subtile que de simplement flotter ou voler dans les airs comme le suggère l'illustration. Il ne faut pas prendre la définition étymologie au pied de lettre justement. Les "phénomènes mystiques" sont bel et bien des extases. Et dans les quatre citées, il y a la dissociative, celle qui permet éventuellement un contrôle via l'extérieur.

        Je pense que tu fais un lien entre gnose, extase, et mal. D'ou ton interprétation.

    3
    AirFire
    Jeudi 17 Octobre à 19:11

    Intéressant en effet! C'est tout à fait ce que vivent les gens qui font une NDE également, sauf que ce n'est pas provoqué. Ce qui est horrible c'est croire à un pouvoir lié à cette dissociation provoquée par des traumas. On sait que les personnes qui reviennent d'une NDE sont souvent reconnectés à une capacité hors norme malgré eux: magnétisme, voyance, médiumnité, et que sais je? Mais ici il s'agit de créer aussi des esclaves aux capacités hors norme je pense aussi en plus de la pratique du "vol" d'âme.

    Cathy O' Brien explique que, lors des abus qu'elle subissait, elle faisait tout le temps une NDE ou une décorporation spontanée. C'est un système de défense logique. Terrible! Derrière ces malades croient pouvoir s'abreuver des âmes de ces enfants.

     

    4
    Un beau 0 tout rond
    Samedi 19 Octobre à 10:03

    A propos de Culiano : 

     

     


    https://m.youtube.com/watch?v=SqfAABvFsTw

    5
    Un beau 0 tout rond
    Samedi 19 Octobre à 10:04

    Ioan Petru Colianu (1950-1991) mort assassiné. 


    https://m.youtube.com/watch?v=SqfAABvFsTw

     

     

    6
    DOMIDOMINO
    Dimanche 20 Octobre à 12:55

    Tout ceci a certainement un lien avec les initiations égyptiennes, où le pharaon/néophyte, enfermé dans un tombeau durant un temps "savamment" calculé, approchait un état d'expérience proche de la mort.

    Quant au néophyte "simple" l'initiation recouvrait toutes sortes d'épreuves traumatisantes, effrayantes donc dissociatives.

    La question est : quel âge avaient ces néophytes lors de ces initiations ???

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :