• Interview de Laurence Beneux, ayant notamment co-écrit avec Serge Garde "Le livre de la honte - les réseaux pédophiles", où elle revient sur ses travaux concernant différentes affaires de pédocriminalité dont l'affaire Zandvoort, mais aussi Outreau.


    7 commentaires
  • "Je pouvais aller dans ce parc (dans mon esprit) où ma mère et ma tante avaient l'habitude de m'emmener. Je suis donc là dans ce parc à courir et à jouer, c'était des journées tellement belles. Donc à chaque fois que quelqu'un me faisait quelque chose d'horrible et d'insupportable, je pouvais aller dans ce parc, à l'intérieur de mon esprit, jusqu'à ce que ce soit terminé (...) Tout ce dont je me souviens c'est qu'il (ndlr: son père) m'a violemment attrapé, j'ai été plaqué contre un grillage tellement fort que mes mains saignaient, et il me frappait... J'essayais juste de préserver ma vie... et je me suis senti en train d'essayer de me rendre à cet endroit, dans ce parc, dans mon esprit, là où je pourrais supporter ça... J'essayais d'atteindre ce parc et je n'y arrivais pas... Cela m'enrageais tellement... J'essayais encore et encore... Quand j'y suis enfin arrivé et que j'ai vu l'herbe dans mon esprit... Je me suis vu en train de courir hors de moi... Et je ne pouvais pas rattraper ce petit garçon... Je ne pouvais pas rattraper ce petit garçon pour le ramener vers moi... Je ne pouvais pas me ramener moi-même vers ma personne... J'ai alors pensé que je mourais et je ne comprenais pas... Cela m'a pris tellement de temps pour comprendre ce qu'il s'était passé."


    17 commentaires
  • En février 2018, l'actrice Evan Rachel Wood est venue témoigner devant le Congrès américain suite à l'affaire Harvey Weinstein et à l'avalanche médiatique qui s'en est suivi, contraignant les autorités à faire preuve d'écoute... Evan Rachel Wood nous parle de son expérience traumatique où elle décrit de profonds états dissociatifs lors de séances rituelles de viols où elle se retrouvait pieds et poings liés, croyant mourir et sortir hors de son corps... Elle déclare "avoir perdu une partie d'elle même", nous rappelant la notion de perte de l'âme, ou de fragments d'âme lors de traumatismes sévères. Elle parle de lavage de cerveau lors de ces rituels qui n'étaient ni plus ni moins que des séances de dressage. Qu'en est-il de ses bourreaux à l'heure actuelle ? Qui sont-ils ? Quel est ce milieu dans lequel elle a baigné ou baigne encore ?

    MK-Monarch


    15 commentaires
  • ➤ Anneke Lucas

    Transcription :

    Je viens de Belgique, mais à la fin de l'adolescence, je me suis échappée de là et je me suis enfuie en France, puis je suis partie vers l'ouest. Je suis d'abord allée en Angleterre, puis à New York, puis je me suis enfuie plus loin sur la côte ouest des États-Unis, puis ai débarqué à Los Angeles. Au bout de quelques années, je recommençais à m'agiter et je voulais m'évader à nouveau, mais je me suis rendu compte que si je voulais aller plus à l'ouest, j'allais me retrouver en Extrême-Orient.

     Le voyage vers l'extérieur, l'évasion, était donc terminé et je me suis rendu compte qu'il fallait que j'y aille, que je devais me regarder en face, alors j'ai commencé un voyage qui a duré 30 ans, un voyage absolument épique, faisant face à une mort sombre à oas, face à de grands gouffres où je devais sauter en sachant que quelque chose plus grand que mon petit égo était là pour m’attraper. Parfois, je ressentais la douleur du monde entier, mais après 30 ans, je suis sorti victorieuse, j'ai été capable d'être "Moi", j'ai eu la chance d'avoir une idée de ce que cela pouvait signifier : "Moi".

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • « Certes, la nostalgie du harem, qui peuple les fantasmes de Sade et de Fourier – ces sociétés, ces phalanstères où les objets les plus désirables de l’un et l’autre sexe sont à la portée de la main, et où il suffit de désirer pour obtenir – me traverse parfois, mais ma nature donjuanesque aime trop la conquête, la drague, la séduction pour s’y attarder, et mes amis pédophiles peuvent témoigner que ce n’est qu’exceptionnellement que j’utilise les réseaux de notre secte, où l’on se refile les gosses, et où l’unique séduction est celle du portefeuille (qui joue, de façon ou d’autre, un rôle d’importance dans les relations sexuelles entre adultes et enfants, où la frontière qui sépare l’amour de la vénalité n’est jamais clairement tracée). »

    "Les Passions schismatiques", édition 2005, chapitre 5, l'Enfant

    Fiction ou Réalité Mme Angot ?


    5 commentaires
  • Tammy Garcia, la mère de l'acteur Ricky Garcia, brise la loi du silence et témoigne sur les viols que son fils a subi dans les hautes sphères de l'industrie hollywoodienne.

    http://mk-polis2.eklablog.com/mother-of-sexually-abused-boy-bander-breaks-her-silence-tammy-ricky-ga-p1693734

    Entretien intégral : https://www.youtube.com/watch?v=hgtmZGiDy6s


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique