• ➤ Interview d'une survivante de contrôle mental : Kathleen Sullivan (2005)

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Voici la traduction d'une interview publiée en 2005 par Jeff Wells sur son blog Rigorous Intuition. Kathleen Sullivan est l'auteur du livre Unshackled: A Survivor's Story of Mind Control (2003 ➤ PDF) et fondatrice de la NAFF (North American Freedom Foundation). Voir son profil Linkedin.

    Une interview traduite datant de 1998 est déjà en ligne sur MK-Polis.

    Format PDF

     Jeff Wells : Un argument fréquent venant de ceux qui doutent des récits de rescapés de MK est de dire que vos mémoires retrouvées ont été quelque peu contaminées. Quelles mesures avez-vous prises pour vous assurer que vos mémoires soient authentiques ? Pouvez-vous nous fournir un exemple de mémoire refoulée pouvant apparaître comme contaminée mais qui a finalement été validée ?

     Kathleen Sullivan : Je suis très chanceuse car lorsque je suis rentrée pour la première fois en psychiatrie, une unité spécialisée était conçue pour aider les patients souffrant de troubles dissociatifs sévères (notamment le trouble de la personnalité multiple, aujourd'hui renommé trouble dissociatif de l'identité) et l'un des professionnels m'avait mis en garde d'éviter de lire les écrits d'autres survivants. C'était au cours de l'été 1990. Il a déclaré qu'il avait vu trop de rescapés absorber mentalement les détails de ces récits, brouillant ainsi leurs propres souvenirs et les rendant de plus en plus incertains sur la question de savoir si leurs expériences réelles s'étaient effectivement produites. Il a dit qu'il ne voulait pas que la même chose m'arrive. (ndlr: voir amnésie traumatique)

    J'ai reconnu qu'il y avait une certaine sagesse dans ce qu'il me disait et j'ai choisi de suivre ses conseils. Ensuite, si j'avais absolument besoin de rechercher des informations dans des livres (généralement des ouvrages de référence) pour trouver des vérifications sur certaines parties de mes mémoires, je commençais par passer en revue rapidement le sommaire pour trouver les pages spécifiques qui auraient pu contenir les informations que je cherchais. Ensuite je couvrais ou repliais toutes les autres pages du livre afin d'éviter de voir ce qu'elles contenaient. J'étais devenue très soucieuse pour protéger mes mémoires de toute contamination extérieure. Je savais que si je ne pouvais pas avoir confiance en l'authenticité de mes souvenirs, je ne serais pas capable d'accepter thérapeutiquement mes expériences bloquées, c'est à dire de les intégrer dans la mémoire narrative de ma vie et de m'accepter enfin pleinement.

    Pour cette même raison, j'évitais autant que possible de discuter de mes mémoires avec d'autres survivants. J'évitais également de lire les témoignages sur internet de tout individu semblant avoir une histoire similaire à la mienne. Même si la lecture de leurs souvenirs pouvait m'aider à vérifier la validité des miens, le risque de contamination ou de confusion est tout simplement trop grand. J'ai évité aussi tout film ou vidéo qui pourrait, de quelque façon que ce soit, se rapporter à ce dont je me suis souvenue.

    En ce qui concerne la diffusion sur internet : ce que la plupart des gens ne savent probablement pas, c'est que lorsque des survivants publient des témoignages et des informations dans des groupes de soutien, ils doivent aviser les autres survivants qui reçoivent ces données que certains contenus peuvent causer des problèmes aux lecteurs. Pour alerter les destinataires, les auteurs écrivent souvent le mot "spoilered" puis laissent suffisamment d'espace entre ce mot et la section plus sensible/intense du texte, de sorte que le regard du lecteur ne tombera pas accidentellement sur du contenu pouvant ne pas lui être bénéfique. Cela semble fonctionner assez bien. Bien sûr, certains survivants choisissent de ne pas s'inquiéter de savoir si leurs souvenirs peuvent ou non être contaminés, et ils liront l'ensemble des témoignages, c'est leur choix.

    Durant la première partie de mon rétablissement, de nombreux flashbacks et souvenirs émergeaient et je croyais qu'ils venaient de mon imagination ou peut-être de vieux films que j'avais visionné. Cette croyance venait du besoin que j'avais de me protéger face à cette nouvelle prise de conscience encore trop bouleversante pour moi. J'ai alors mis ces mémoires "dans le placard", sans les juger de quelque manière que ce soit. Depuis que j'ai commencé mon rétablissement en 1989, j'ai été étonnée de voir combien de ces souvenirs, à l'époque laissés de côté, ont pu être vérifiés.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Je peux également vous donner l'exemple d'un problème que j'ai vécu au milieu des années 90. J'ai rencontré une survivante du programme gouvernemental de contrôle mental, Cathy O'Brien, dont l'ami m'a conseillé de lire les documents qu'elle avait écrit sur ses expériences passées. Je n'ai lu qu'un de ces documents dans lequel elle décrit un acte sexuel bizarre et très spécifique qu'elle aurait du accomplir avec un certain politicien. Bien que je me souvienne de ce même politicien, j'ai toujours eu des trous dans mes mémoires le concernant. À cause de cela, j'ai adopté par inadvertance certains détails de l'histoire de Cathy et j'ai fini par avoir le souvenir d'une sordide rencontre avec ce politicien qui ne s'est jamais réellement passée. Malheureusement, les détails de son histoire s'étaient tellement mélangés avec une de mes propres mémoires émergentes concernant cet homme politique que je n'arrive toujours pas à les séparer. J'appelle ça comme un "brouillage de la mémoire", c'est comme brouiller des oeufs ensemble, une fois que l'espace amnésique est rempli d'informations externes, il devient très difficile de "déchiffrer" la mémoire authentique.

     

     Vous parlez d'un certain nombre de groupes formant un réseau pratiquant les abus et le contrôle mental. Certains sont des organismes gouvernementaux (CIA, NSA, NASA) et certains non (crime organisé, un groupe occulte/aryen nommé "Octopus"). Pouvez-vous nous parler de la structure de ce réseau : comment interagissent ces groupes, quelle est leur hiérarchie, si vous en avez observé une ?

    En tant qu'esclave humain je n'étais pas au courant des informations concernant la structure du réseau, mis à part ce que l'on m'en a dit et ce que j'ai pu observé. Mais tout ce que m'ont dit les bourreaux pouvait viser à me désinformer pour produire de la confusion dans mon esprit.

    La plupart des gens savent que la CIA, la NSA et d'autres agences de renseignement fédérales ne sont pas autonomes. Leurs budgets doivent régulièrement être approuvés et reconduits. Certaines de ces agences avec leurs responsables doivent régulièrement rendre des comptes aux membres du congrès, aux comités spéciaux et même au Président. Il n'est pas rare qu'une personne d'une agence soit transférée dans une autre agence ou un autre département. Certains de ces➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005) organismes et services de renseignement sont presque "incestueux". Comme la plupart d'entre vous le savent, Bush sr. était le directeur de la CIA des années avant qu'il ne devienne vice-président puis président. Cela signifie que notre président actuel (ndlr: Bush fils en 2005) est le fils d'un ancien directeur de la CIA. Un fait qui, curieusement, est rarement mentionné dans les médias. Les médias qui oublient également que le grand-père de l'actuel président, Prescott Bush, aurait eu des interactions commerciales avec Hitler, tout comme le père de JFK. Il s'agit d'une connexion familiale qui a peut-être affecté les décisions de certains politiciens quand à savoir si l'existence du réseau aryen devait être maintenue ou non sous silence.

    il faut également considérer que - tout en travaillant main dans la main avec les criminels de guerre nazis disposés à partager les informations obtenues grâce aux expérimentations humaines en camps de concentration - certains de nos fonctionnaires gouvernementaux peuvent devenir des amis proches d'immigrants nazis. Après tout, ces hommes (et ces femmes ?) étaient humains, ils n'étaient pas des monstres, certains d'entre eux pouvaient même être tout à fait sympathiques.

    Je crois comprendre que la NASA, au moins à cette époque, composait une grande partie de ce réseau parce qu'elle a été➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005) initialement formée par des membres de ce même groupe de criminels de guerre nazis amenés aux États-Unis par notre gouvernement dans les années 1940 (ndlr: Opération Paperclip). Cela comprend évidemment Werner Von Braun.

    Ma conviction personnelle à partir des informations que j'ai reçues de plusieurs enquêteurs privés, est que la CIA et d'autres organismes de renseignement ont travaillé main dans la main avec la NASA et certains de ses employés afin de poursuivre les expérimentations sur le contrôle mental. Bien que certains programmes de la NASA, comme l'exploration spatiale, soient surement légitimes, je pense qu'elle est impliquée beaucoup plus profondément que cela et qu'elle a été utilisée comme une façade pour cacher certaines activités dépassant ses fonctions officielles. Je crois que c'est un jeux de poupées russes car lorsque des enquêtes ont été menées sur la CIA, certains dossiers ou activités ont été transférés dans d'autres agences, ce qui a permis aux porte-paroles de la CIA d'affirmer que les expériences de type MK-Ultra avaient été interrompues !

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Il est également assez connu, même si la CIA continuera évidemment à le nier, que l'agence a été impliquée pendant des décennies dans du trafic de drogue, y compris via ses opérations avec Air America pendant la guerre du Vietnam afin d'alimenter les budgets noirs visant à financer les activités irrégulières. J'ai été témoin de la fabrication massive de médicaments et de distribution de drogues dans les rues et parfois été forcée de faire transiter illégalement de la drogue et de transmettre des messages verbaux dans le cadre de ces trafics. Cela signifie-t-il que la CIA, dans son ensemble, est coupable de trafic de drogue et bien plus encore ? Bien sûr que non, ce sont des individus et des groupes d'individus au sein de l'organisation qui sont impliqués dans de telles activités, tandis que les autres employés ignorent totalement l'existence de ces activités illégales.

    Comment le crime organisé s'intègre-t-il au réseau ? Alex Constantine a écrit un certain nombre de livres informatifs qui relient les points entre ces différentes organisations. Ma compréhension de base est que des individus ou des petits groupes d'individus de certaines agences gouvernementales coopèrent régulièrement avec les familles et les réseaux du crime organisé. C'est purement commercial, il s'agit d'argent, d'énormes sommes d'argent...

    Certains employés gouvernementaux - en particuliers les barbouzes ou prétendus barbouzes - sont des sociopathes avec des agendas criminels. Ces fonctionnaires utiliseront tout ce qui est à leur disposition pour arriver à leurs fins ; c'est aussi simple que cela. La vie devient encore plus facile pour ces criminels lorsqu'ils sont capables d'utiliser les ressources de leurs agences pour piéger certains politiciens afin de les faire chanter sous la contrainte, y compris ceux qui sont impliqués dans les comités de surveillance du Congrès, afin qu'ils agissent et votent en leur faveur. J'ai moi-même été obligée de participer à des opérations de chantage sur des politiciens de Washington DC. Je sais qui ils sont et d'après ce que je sais, certains d'entre eux sont très mécontents d'être dans l'incapacité de pouvoir faire ce qui est juste et honorable. Ils sont contraints de s'entendre avec ces agents véreux, parce que si la vérité sur leur passé éclatait, leur carrière et leur réputation seraient détruites à tout jamais. Je suis désolée pour eux et je les considère surtout comme des victimes.

    Maintenant pour le réseau aryen, je suis convaincu qu'il existe des liens solides avec plusieurs agences de renseignement américaines pour les raisons suivantes :

    1/ De nombreuses cellules aryennes ont été formées par les immigrants nazis qui ont été ramenés aux États-Unis par l'OSS/CIA, l'armée américaine, etc.

    2/ Les relations personnelles et commerciales qui se sont développées entre certains de ces immigrants nazis et des employés du gouvernement des États-Unis, dont certains continuent à exercer un pouvoir politique considérable.

    3/ La crédibilité de notre gouvernement serait gravement remise en cause si le monde accédait aux preuves que des employés gouvernementaux ont non seulement autorisé mais ont même aidé des criminels de guerre nazis à torturer, violer, terroriser et même assassiner médicalement des enfants américains et canadiens dans le cadre d'expériences secrètes menées par la CIA (MK-Ultra).

    4/ Je sais de source sûre que certains de nos magnats les plus influents sont des aryens cachés.

    5/ Toutes les cellules aryennes que j'ai côtoyé par le passé participaient activement à de lucratives activités clandestines, comprenant l'exploitation sexuelle d'enfants, le trafic d'enfants, le trafic d'esclaves adultes, le trafic d'armes et de drogues, etc.

    6/ Chacun de ces groupes aryens que j'ai connu participaient également à l'élevage de bébés destinés à l'expérimentation humaine et à l'esclavage. Ils participaient aussi activement à l'utilisation du MK-Ultra et d'autres techniques de contrôle mental afin de briser le psychisme des enfants victimes. Je pense que cela était fait pour préparer ces enfants à être utilisés ultérieurement par notre gouvernement dans des activités clandestines et illégales qui ne remonteraient pas jusqu'à la CIA ou la NSA.

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Le lien avec les abus rituels occultes et criminels n'est pas un hasard, même si tout est fait pour couvrir leur existence. Encore une fois, de tels crimes contre des enfants et des adultes sont généralement - mais pas toujours - commis par des groupes qui fonctionnent dans le culte du secret, c'est à dire dans un environnement empêchant tout "étranger" de découvrir ces activités criminelles (ndlr: sociétés secrètes).

    L'abus rituel occulte et criminel est une forme extrême de traumatisme. Cela est très efficace pour briser le psychisme d'une jeune victime et ainsi créer un trouble dissociatif de l'identité chez l'enfant. Je ne connais pas de façon plus rapide et plus efficace pour sévèrement dissocier une petite victime. Malheureusement, la plupart des immigrants nazis que j'ai rencontré enfant étaient de fervents dévots d'une religion à laquelle Hitler semblait adhérer. Cette religion, que je considère comme Luciférienne, implique un culte au Soleil avec cette croyance selon laquelle on peut être littéralement revivifié par ses rayons et devenir ainsi un dieu. Malheureusement, ces pratiques religieuses incluent celles de l'Égypte ancienne, de la Franc-maçonnerie, de la Kabbale avec parfois des enseignements d'Aleister Crowley. Ce sont des pratiques particulièrement bestiales et dangereuses, en particulier pour les enfants. Certains de ces nazis ont cru qu'ils pourraient également être revivifié en ingérant le sang de bébés torturés et/ou mourants, ainsi que par des interactions sexuelles avec des enfants ou des animaux (magie sexuelle). Je n'ai pas besoin d'entrer dans les détails sur la façon dont de telles activités "religieuses" peuvent gravement traumatiser les enfants qui y survivent ; et cela en fait d'excellents candidats pour les expériences de contrôle mental.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)Je voudrais attirer l'attention sur une autre connexion : dans les années 90, une nouvelle organisation à but non lucratif, la False Memory Syndrome Foundation (ndlr: syndrome des faux souvenirs), a contribué à discréditer les mémoires retrouvées des survivants d'abus rituels sexuels et criminels. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une coïncidence que cette fondation des "faux souvenirs" ait été créée par le Dr Martin Orne, Pamela et Peter Freyd et plusieurs autres personnes qui ont été directement impliquées dans le programme MK-Ultra de la CIA ou bien liés à des personnes qui y ont travaillé. Ironiquement, certains survivants du MK-Ultra se sont souvenus - de façon indépendante - et ont pu identifier certains de ces individus comme les bourreaux leur ayant fait du mal lorsqu'ils étaient enfants.

     

     J'aimerais connaître votre point de vue sur la question de la désinformation concernant le sujet du contrôle mental. Dans quelle mesure est-elle présente et quelles sont ses caractéristiques distinctives ? Comment ceux d'entre-nous, en dehors de la communauté des survivants, peuvent-ils se prémunir contre cela ?

    J'ai trouvé beaucoup de désinformation dans la littérature et dans des articles sur le contrôle mental en ligne sur internet. Ceci en grande partie parce que des auteurs crédules citent des agents de désinformation.

    Avant d'aller plus loin, je dois préciser que presque tous les agents de désinformation ont été indépendamment identifiés par des survivants de contrôle mental comme ayant eux-mêmes pratiqué le MK par le passé - soit en tant que programmeurs, soit en tant que handlers (maître / propriétaire / manipulateur) - L'un de ces auteurs a lui-même reconnu avoir été employé par la CIA dans le passé et être toujours en contact avec l'agence.

    Il y a certains traits communs que j'ai relevé dans les documents produits par les agents de désinformation :

    1/ Ces agents mettent généralement en avant un ou deux survivants de contrôle mental crédibles en leur promettant d'aider et protéger d'autres survivants. Certains agents ont en effet influencé des survivants afin de pouvoir rentrer dans leur vie privée, leur maison, leur vie sexuelle, leurs comptes bancaires, etc. Ces agents gagnent ainsi une crédibilité illégitime en encourageant leur(s) nouveau(x) protégé(s) à co-écrire avec eux et à apparaître à leurs côtés lors de conférences sur le contrôle mental.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)2/ Les agents propagent des théories conspirationnistes très chargées en informations douteuses, par eux-mêmes et par leurs "protégés". Par exemple, une théorie actuelle parmi les agents reconnus est d'amener les gens à croire que les bourreaux de "haut niveau" (politiciens de rang mondial, etc) sont des extraterrestres avec un corps humain qui peut changer de forme ; et qui secrètement travaillent à établir un nouvel ordre mondial dont nous serions les esclaves mentaux. Il n'est pas difficile pour ces agents, qui sont très doués dans la manipulation et l'hypnose, de convaincre leurs protégés à haute suggestibilité que certains politiciens se transforment parfois en lézards puis reviennent à la normale (ndlr: Voir David Icke et le témoignage de Arizona Wilder)

    En adhérant à ces croyances, nous sommes susceptibles de devenir totalement irrationnels et nous laisser happer dans des sentiments d'impuissance et de peur. Je crois que tant qu'ils focalisent notre attention sur des sujets de type "reptilien", attisant nos peurs, ils nous rendront quasiment inefficaces pour pouvoir accéder à la vérité et à l'utiliser efficacement.

    3/ En apportant de fausses informations supplémentaires aux survivants qu'ils "protègent", les agents les utilisent pour promouvoir encore plus de désinformation dans le grand public. En recevant cette information venant de la part des agents et de leurs protégés, nous sommes censés penser qu'elle est crédible. Ma plus grande préoccupation face à cela, c'est que les protégés n'apportent pas seulement une crédibilité aux mensonges de ces agents de désinformation, mais ils sont également utilisés pour influencer le public à croire que tous les survivants de contrôle mental doivent croire aux mêmes mensonges. Au-delà de ça, toute personne qui est un minimum éduquée et suffisamment intelligente pour reconnaître la désinformation en tant que telle, ne peut donc pas faire automatiquement confiance à l'information présentée par ceux d'entre nous qui disent des choses fiables et légitimes.

    4/ Un autre facteur intéressant est que la plupart des agents de désinformation se retrouvent dans des conférences liées aux "théories du complot" et/ou dans la lignée pro-aryen, ou encore "patriote / nationaliste". Cela dit, toutes les personnes du mouvement patriote ne sont pas pro-aryen mais j'ai appris que la plupart des agents du contrôle mental sont, en privé, sinon publiquement, des racistes avérés. Cela semblerait être une connexion assez étrange si l'on ne savait pas que beaucoup de groupes ou d'organisations de type aryens utilisent le contrôle mental basé sur les traumatismes sur leurs membres, ceci afin d'assurer soumission et conformité.

    5/ Certains agents déclarent publiquement qu'ils sont "en conflit" avec d'autres agents de désinformation, tout en travaillant avec eux dans les coulisses.

    6/ Certains affirment qu'ils ont été attaqués et blessés par les "méchants" afin de les dissuader, mais sont incapables de fournir les preuves réelles de tels événements.

    7/ Lorsque des survivants légitimes, des enquêteurs ou des journalistes débusquent les taupes (agents), ceux-ci accuseront habituellement les survivants d'être "dérangés" ou d'avoir été induits en erreur. Ils accuseront ces survivants et les autres parties concernées de travailler pour la CIA, le NWO (nouvel ordre mondial, etc) pour tenter de les décrédibiliser/réduire au silence.

    8/ La plupart des agents de désinformation ont une étrange "aura", un charisme pouvant facilement attirer à eux les gens, mentalement et émotionnellement. Ils peuvent influencer les personnes crédules à croire que leurs informations sont valident sans même fournir les preuves suffisantes. Le signe le plus important lorsque l'on est en présence d'un agent est de repérer si l'on ressent à un moment un grand besoin de se détendre et de laisser son cerveau à la porte ; alors, c'est qu'on est déjà probablement sous l'influence de ses compétences hypnotiques.

    9/ Tous les agents de désinformation ne sont pas des conférenciers publics. Certains gardent un statut inférieur. Ceux-là citent à l'occasion les mensonges des agents plus connus pour ajouter plus de crédibilité à leurs propres documents et présentations.

     

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005) Avez-vous eu des contacts, en tant que survivante ou avec un de vos alter en particulier, avec des protagonistes ou des victimes de l'affaire "Franklin" ? (ndlr: voir le documentaire Conspiracy of Silence)

    Je dois préciser plusieurs choses avant de poursuivre cette série de questions.

    Tout d'abord j'ai encore beaucoup de lacunes au niveau de ma mémoire et je ne peux pas me souvenir de tous les lieux et de toutes les personnes que j'ai rencontré.

    Deuxièmement, beaucoup de gens que j'ai rencontré utilisaient des pseudonymes.

    Troisièmement, il y a des gens mentionnés dans le livre (?"Franklin Cover-up" - John De Camp?) dont je ne parlerais pas pour mon propre intérêt ; par conséquent, je partagerais ces informations sans les nommer.

    Quatrièmement, il y a des personnes nommée dans le livre dont je ne parlerais jamais comme personnes de mon passé. Malheureusement, après leurs morts, ils sont souvent sanctifiés. Ce serait une situation défaitiste pour moi de les nommer, qu'ils soient vivants ou morts.

    Cinquièmement, je ne vivais pas dans le Nebraska, j'ai vécu en Pennsylvanie puis au Maryland, à Atlanta, en Georgie et à Chicago pendant trois ans. Par conséquent, je n'ai probablement jamais eu l'occasion de rencontrer des habitants du Nebraska.

    Enfin, je dois préciser que je ne développerais pas plus en détail les informations suivantes.

    1/ L'un de mes handlers (maître/manipulateur) pour les opérations clandestines était un expert en psychologie, un pédophile sataniste qui est mentionné dans le livre. Cette personne a par la suite participé à ma re-traumatisation en me terrorisant lors d'une agression sexuelle de groupe en 1997, suite à ma prise de parole publique dans le cadre d'une série radiophonique sur le contrôle mental (ndlr: CKLN series).

    2/ Bien que je n'ai aucun souvenir d'être allée à Boys Town (ndlr: un village d'accueil pour jeunes au coeur du scandale Franklin), mon grand-père maternel - qui prétendait être de l'OSS/CIA et qui a contribué à m'impliquer en tant qu'enfant dans le MK-Ultra et bien au-delà - prenait ses vacances au Boys Town et il leur envoyait souvent des dons. J'ai toujours pensé que c'était étrange qu'il passe des vacances là-bas et surtout qu'il leur donne de l'argent, étant donné que c'était quelqu'un de très modeste et d'égoïste. En sachant ce que je sais aujourd'hui... il devient clair que c'était un pédophile.

    3/ Un ancien politicien de haut rang, également connecté à la CIA, a été l'un de mes premiers "propriétaires". J'ai effectué un certain nombre d'activités illégales pour lui, y compris des assassinats. J'ai également, et malheureusement, convoyé pour lui des enfants par avion à Washington DC. Ces enfants avaient reçu l'ordre de m'appeler "Tante/Tata". Ce politicien était un fervent pédophile... et probablement qu'il l'est encore. Ce n'est certainement pas dans mon meilleur intérêt de le nommer publiquement dans le climat politique actuel. Bien qu'il ait aujourd'hui un statut moins important, je le considère toujours comme extrêmement dangereux.

    4/ J'ai rencontré et eu des relations avec deux anciens directeurs de la CIA mentionnés dans le livre. L'un d'eux était une véritable ordure, un pédophile particulièrement discret. Il m'avait personnellement qualifié de "papillon pour la collection n°3" lorsque j'étais adolescente, ce qui était probablement une allusion au nom de code pour l'opération "Monarch" liée au contrôle mental. L'autre directeur était quelqu'un d'honnête et que j'admirais sincèrement. Bien qu'il savait ce qu'il se passait, il ne semblait jamais en accord avec tout cela. Malheureusement, il a été résilié plus tard.

    5/ La CIA, cela va sans dire. Lisez mon livre pour plus d'informations.

    6/ J'ai été présentée à un autre politicien de haut rang qui est mentionné dans le livre, mais pas en tant qu'abuseur. La personne qui lui a présenté mes services gratuits était un vieux politicien totalement corrompu. Cet homme a eu la droiture morale de refuser mes services (assassin), mais semble plus tard avoir été compromis avec un autre esclave dont l'entraînement/programmation devait plus être à son goût...

    7/ Mon père, qui était mon principal bourreau et programmeur, était très instruit dans les enseignements et pratiques de Aleister Crowley. Il les a incorporé dans ses rituels occultes extrêmement gores et meurtriers. En particulier dans les années 60.

    8/ Le "George Town Club" m'a l'air TRÈS familier : J'ai été utilisée au moins une fois dans un bâtiment similaire dans la zone de Washington DC à des fins similaires à celles mentionnées dans le livre : c'est à dire compromettre puis faire chanter des politiciens de DC. Bien que ma formation principale concernait les opérations clandestines, j'avais également des personnalités alter qui avaient été formées dans l'enfance pour "servir sexuellement" (les hommes autant que les femmes).

     9/ J'ai été exposée à un "membre du personnel NSC" mentionné dans le livre. Je le connaissais comme un agent dangereux, totalement sociopathe, qui ne prêtait aucune attention à la vie humaine si ce n'est pour violer les esclaves d'une manière extrêmement brutale. Voilà pourquoi cela m'amuse de voir sa façade publique montrant un personnage à la morale héroïque et droite. Il s'agit d'un commentateur politique.

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)

     

     Vous mentionnez que vous avez entendu Georges W.Bush être nommé comme le "webmeister". Pouvez-vous me dire ce que cela signifierait pour vous ? Avez-vous déjà entendu ce nom dans un autre contexte ?

    Tout d'abord, l'un des noms de code pour la CIA était "The Web". D'autres directeurs ont peut-être été surnommés "webmeister", mais je me souviens seulement de Bush père qui était appelé comme ça par des agents. Il semble qu'il y ait plusieurs raisons derrière cette appellation :

    1/ Le mot "meister" (maître en allemand, par opposition à "master" - maître en anglais) faisait référence aux relations d'affaires que son père avait entretenu avec Hitler et aux prétendues tendances aryennes du directeur.

    2/ On m'a dit que Bush père était extrêmement habile pour utiliser les ressources de l'Agence - les "fils", les "liens" du web - pour atteindre ses objectifs personnels. Il s'agissait notamment d'établir des liens avec les nombreuses personnes influentes et ainsi utiliser des informations auxquelles il n'aurait pas eu normalement accès (je soupçonne qu'il ait continué à affiner ces pratiques suite à son départ de la CIA). Il semblait être particulièrement respecté pour cette compétence car il le faisait tranquillement sans tambour ni trompette, ce qui est toujours une de ses particularités.

    3/ Il était également surnommé comme ça car il était le chef du "Web".

    4/ Les individus qualifiés dans le contrôle hypnotique de l'esprit et la programmation mentale ont reçu le titre honorifique de "master" (maître). Pour cette raison, il était considéré comme un master / maître à plus d'un niveau.

     

     Un point de résistance à l'acceptation des témoignages de survivants est que ces crimes sont tout simplement trop horribles pour être compris. Beaucoup diraient : Pourquoi le gouvernement ferait-il de telles choses à des enfants ? Que répondez-vous à cela ?

    Après avoir été torturée et bien plus encore pendant des décennies par de nombreux individus sadiques, travaillant pour certains organismes gouvernementaux américains, j'ai mis longtemps avant d'arriver à ne pas rejeter en bloc l'ensemble de notre gouvernement fédéral. En réalité, certains individus et groupes d'individus avaient des agendas personnels spécifiques que les autres employés ne connaissaient pas. Je me suis souvenue que certaines personnes qui participaient à ce qui m'a été fait (et à d'autres enfants) durant les expériences MK-Ultra montraient des expressions faciales et corporelles indiquant qu'elles étaient très mal à l'aise avec ces pratiques.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)Un autre facteur qui doit être pris en compte est que la plupart de ces expériences illégales étaient conduites dans des endroits secrets, des environnements ignorés des "étrangers". Je crois que dans n'importe quel groupe, il peut y avoir des individus qui auront plus de penchant que les autres pour nuire à leur prochain. Si vous mettez un groupe dans un environnement fermé et inaccessible, puis que vous supprimez toutes les règles de moralité ainsi que les contraintes juridiques, je crois que certains de ces individus non seulement blesseront volontairement des innocents ciblés, mais encourageront même d'autres membres du groupe à en faire de même. Bien sûr, ce problème se pose d'autant plus lorsque le groupe a le feu vert officiel du gouvernement pour outrepasser les lois. Si vous pensez à ce qu'il s'est passé à Abu Ghraib - le secret, l'autorisation implicite (voir explicite) d'ignorer les contraintes légales - vous pouvez voir ce que cela produit comme conséquences.

    Le monde extérieur sera vraisemblablement horrifié par les témoignages de survivants. C'est parce que, dans l'ensemble, nous ignorons l'existence de telles atrocités, nous ne sommes pas assez désensibilisés pour pouvoir accepter les histoires de ces survivants à l'état brut (hors champ émotionnel). C'est une face de la vie extrêmement moche et désagréable. Bien sûr que nous ne voulons pas croire que des humains soient capables de faire ce genre de choses à d'autres humains !

     Pour aller plus loin. Pourquoi les bourreaux font-ils cela aux enfants ? Je pense que les raisons varient d'un individu à l'autre.

    Peut-être que la raison la plus courante est que certains d'entre eux perpétuent inconsciemment les abus qu'ils ont enduré durant leur propre enfance. Un enfant maltraité n'a généralement aucun pouvoir. Cet enfant peut décider, consciemment ou inconsciemment, que le jour où il ou elle sera assez grand, il deviendra enfin responsable. Il est facile pour une telle personne de suivre ce chemin en grandissant et en répandant toute la rage venant de son enfance sur la génération suivante d'enfants vulnérables.

    Certains des adultes impliqués dans ces expériences et qui ne semblaient pas offusqués par les abus qui nous ont été fait, n'ont peut-être pas été eux-mêmes victimes dans leur enfance. Ils étaient peut-être dans un esprit scientifique, uniquement cérébral. Certains d'entre eux semblaient tellement absorbés dans la logique et la pensée d'abstraction qu'ils n'étaient peut-être pas capables d'empathie envers leurs congénères. Mon père était un ingénieur (électricité, chimie, mécanique) et j'ai remarqué que lui et certains de ses collègues ingénieurs avec lesquels il travaillait chez Western Electric semblaient avoir cette même déconnexion émotionnelle.

    Étrangement, je me considère comme chanceuse d'avoir été exposée à plusieurs reprises, enfant, à des chercheurs très brillants. Bien que j'ai évidemment souffert de leur incapacité à reconnaître et à ressentir les effets de ce qu'ils m'infligeaient, leur génie et leur créativité ont vigoureusement contraint mon esprit et l'ont aidé à se développer beaucoup plus qu'il ne l'aurait fait autrement. Aujourd'hui, cela continu d'être à mon avantage, bien que j'ai aussi choisi de travailler dur pour développer l'empathie envers les autres.

     

     Pourriez-vous nous parler un peu de vos premières rencontres avec d'autres survivants ? À quoi ressemblait cette expérience d'entendre pour la première fois des témoignages d'abus choquants ?

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)J'ai commencé à entrer en contact avec d'autres survivants d'abus rituels occultes criminels durant l'été 1990, lorsque je suis entrée pour la première fois dans une unité psychiatrique spécialisée pour les survivants de traumatismes sévèrement dissociés. J'ai été hospitalisée dans cette unité parce que même si je n'avais pas encore été diagnostiquée avec un trouble dissociatif, j'avais des flashbacks horribles et répétitifs semblant indiquer que j'avais vécu des abus rituels. J'étais toujours en train de nier cette possibilité, car cela impliquait l'acceptation que mon père était également un bourreau m'ayant fait subir, à moi et à d'autres petits innocents, des choses terribles lors de rituels déjantés.

    Avoir été en présence d'autres survivants d'abus rituels dans cette unité hospitalière m'a aidé à comprendre que je n'étais pas la seule personne à qui cela était arrivé. Cela a été, d'une façon limitée, m'a première expérience de "normalisation". Bien que nous n'avions pas la permission de nous raconter nos histoires d'horreur (je suis très reconnaissante pour cela), j'ai pu constater que les effets psychologiques de ce qu'ils avaient enduré étaient très semblables aux miens. Mais j'essayais toujours de retomber dans le déni et je voulais absolument quitter cette unité. Cette réalité était trop dure pour moi. Je ne voulais pas croire que j'étais l'une de ces patientes, et je n'ai certainement pas aimé apprendre que j'avais un trouble dissociatif de l'identité. Lorsque je suis rentrée chez moi, je n'ai plus jamais repris contact avec les autres patients de cette unité.

    L'été suivant j'ai vécu une crise (grosse dépression, flashbacks, idées suicidaires...) et j'ai donc été internée dans une autre unité hospitalière, située dans un autre État. Bien que le personnel de cette unité ai déjà travaillé avec des survivants sévèrement dissociés -  en particulier les survivants d'abus rituels occultes - ils étaient également ouvert à la possibilité que d'autres types de traumatismes pouvaient créer des dissociations et d'autres symptômes chez les patients. Autant que possible, je me suis renfermée sur moi-même. J'avais toujours été solitaire et je n'avais aucune intention de changer. Après plusieurs semaines, un autre patient a été admis dans l'unité. Il ne se souvenait pas de comment il avait atterri là. Une de mes personnalités alter l'a immédiatement reconnu en sachant avoir fait des opérations clandestines avec lui par le passé. Il m'a également reconnu. C'est à partir de ce moment là que les souvenirs concernant les activités gouvernementales ont commencé à émerger. Je ne comprenais pas comment j'avais pu être impliquée dans ce type d'opérations clandestines mais les souvenirs étaient vifs et très clairs ; et je sentais une connexion très forte, non sexuelle, avec cet homme. Il semblait ressentir la même chose envers moi (ces sentiments ne sont pas rares entre les anciens partenaires dans ce type d'opérations). Il a quitté l'unité tout aussi furtivement qu'il y était entré, c'est son frère ainé qui l'avait fait sortir. Bien que je ne l'ai plus jamais revu depuis lors, sa présence m'avait aidé à me rappeler, à explorer et à parler de cette partie de ma vie plus profondément enfouie. J'ai également rencontré une femme qui se souvenait avoir "opéré" à mes côtés. Même si je ne me souvenais pas d'elle, nous avons comparé - par le biais d'un membre du personnel médical - certains souvenirs de lieux et d'abuseurs qui semblaient identiques. Elle ne m'aimait pas du tout et elle se sentait menacée par ma présence, je me suis donc éloignée d'elle. Nous nous sommes retrouvé dans une unité similaire un an plus tard et nous avons pu, avec une aide thérapeutique, nous asseoir ensemble dans une pièce sans nous agresser. Nous avons pu reconnaître calmement que nous avions été toute les deux victimes par le passé.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)À la maison, j'ai eu la remontée des souvenirs sur les activités gouvernementales pendant plusieurs années, avant de rejoindre un groupe de soutien à la déprogrammation. Alors que je communiquais avec d'autres membres de ce groupe, j'ai pris grand soin de me concentrer uniquement sur mon propre travail de récupération personnel. Les autres membres m'ont aidé à me sentir à moitié humaine pour la première fois de ma vie. Avec leurs encouragements, j'ai réalisé que je pourrais peut-être "déprogrammer" tout ce parcours pour vivre enfin une vie "normale". Dans ce groupe, nous ne nous focalisions pas sur les souvenirs. Au lieu de cela, nous nous sommes concentrés sur ce qui nous avait été fait dans le but de nous rendre conformes aux bourreaux qui voulaient contrôler nos esprits et nous utiliser pour des activités illégales.

    Après plusieurs années de récupération, j'ai senti que j'avais suffisamment retrouvé de mémoires pour savoir ce que j'avais subi, et qui me l'avait fait subir. À ce moment-là, je sentais que si je lisais d'autres témoignages de survivants, je n'adopterais pas les détails de leurs histoires pour les calquer sur la mienne. Cependant je n'arriverais jamais à ne pas être dérangé par les histoires d'autres survivants. Une partie de mon problème est que j'ai récupéré assez de mémoires personnelles pour reconnaître la validité de beaucoup de leurs témoignages. J'ai beaucoup de peine lorsque je me rends compte qu'il y a d'autres personnes qui ont traversé cet enfer et qui y ont survécu pour pouvoir en parler. Je suis étonnée de voir comment ces personnes ont pu survivre à tout ce qui leur a été fait. Pour moi, chacune d'entre elles est un miracle humain.

     

     En observant les personnalités publiques et les hauts fonctionnaires, avez-vous déjà suspecté que certaines d'entre elles étaient des (personnalités) alter ? Dans l'affirmative, quels sont les indicateurs ?

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Je crois que notre actuel président a un sévère trouble dissociatif (ndlr: Bush fils). Je ne peux pas trop entrer dans les détails là-dessus, si ce n'est que depuis quatre ans j'ai reçu un peu d'information provenant de journalistes et d'enquêteurs qui ont identifié un certain nombre de comportements qui sont communs à beaucoup de victimes dissociées sous contrôle mental. Mon exemple préféré a été sa réponse - montré dans Fahrenheit 911 - après qu'on lui ait parlé de l'attentat terroriste à New-York. Son état de transe durant sept minutes est assez surprenant. Se dissocier, ou entrer dans un état de transe profonde, est typique chez les survivants de traumatismes qui tendent mentalement à se déconnecter lorsqu'ils rencontrent une situation émotionnellement trop lourde. Sept minutes... c'est très long pour un commandant en chef devant un groupe d'enfants, devant une caméra, alors que ses conseillers se tiennent dans les coulisses en attendant sa réponse.

    J'ai essayé de détecter si d'autres politiciens éminents avaient des tendances dissociatives, mais je trouve franchement qu'il est très difficile d'y arriver (ndlr: Bill Clinton ?). J'ai entendu dire que des journalistes et enquêteurs avaient "découvert" d'autres politiciens mais je n'ai rien vu de convaincant pour valider leurs théories. En revanche je connais plusieurs politiciens qui, en privé, régressaient dans des états d'alter enfant (ndlr: voir cet article). Cela est différent d'un individu dont la personnalité primaire, ou de façade, est un état altéré de conscience. Les individus auxquels je fais allusion semblent avoir le plein contrôle d'eux-mêmes et sont conscients de ce qui se passe autour d'eux. En d'autres termes, leur "hôte" ou personnalité primaire étaient généralement "sortie" et au contrôle, en particulier en public. Mais parfois, en privé, ils semblaient basculer dans un état de conscience beaucoup plus jeune. À ce moment-là, leur vocabulaire devenait plus simpliste et ils utilisaient d'avantage la pensée concrète plutôt qu'abstraite. Leurs voix et leurs visages devenaient également plus jeunes. Je n'aimais pas lorsqu'ils basculaient dans cet état, parce que ces alter enfants étaient brutaux et sadiques. Ils étaient plus susceptibles de perdre le contrôle d'eux-mêmes et de me faire des choses particulièrement horribles. Dans ces moments-là, ils oubliaient qui j'étais et me traitaient comme si j'étais une femme de leur passé qu'ils détestaient. Ce sont des expériences particulièrement difficiles et dangereuses.

     

     Vous mentionnez la découverte d'occultistes opérant sous la couverture du fondamentalisme Chrétien, selon vous est-ce quelque chose de répandu ?

    Par le passé, j'étais moi-même une fondamentaliste chrétienne. Cela faisait partie du contrôle mental auquel j'étais soumise. De nombreuses écritures et enseignements traditionnels étaient utilisés pour diriger mon esprit et me soumettre/conformer. Cela comprenait l'enseignement que je ne pouvais pas divorcer de mon premier mari, qui était un handler, à moins de pouvoir prouver qu'il me trompait. Dans plusieurs églises fondamentalistes, on m'a rappelé qu'en tant que femme je devais me soumettre à lui comme je le fais avec le Seigneur, même s'il devait me battre pour cela (...)

    J'ai connu de nombreux occultistes criminels, ainsi que de sérieux pédophiles, qui gagnaient la confiance des dirigeants d'une église, devenaient eux-mêmes des leaders de cette même église, puis accédaient aux clés de cette dernière et bien sûr aux enfants des autres membres. Un criminel sociopathe qui a passé toute sa vie à imiter les autres - pour être cru et accepté - sera spécialement habile pour faire croire qu'il est un chrétien authentique, croyant en la Bible et en Jésus. Plusieurs Pasteurs de Géorgie, qui avaient été prévenu par d'autres personnes que des occultistes locaux s'infiltraient dans leurs églises, m'ont demandé si je croyais en l'efficacité d'un test consistant à faire dire au suspect : "Jésus est le Seigneur". Ils pensaient que cela fonctionnerait car la Bible affirme que les démons ne peuvent pas faire cette affirmation. Ils ont été déçu lorsque je leur ai rappelé qu'il s'agit de personnes qui choisissent de faire le mal par leur propre initiative/libre arbitre. De tels individus malhonnêtes peuvent déclarer tous les jours avec un grand sourire que Jésus est le Seigneur, tout en faisant les pires choses à d'autres être humains.

    Le seul test qui ait fonctionné pour moi avec ces individus - qui peuvent en outre dire et faire des choses "justes", ils peuvent même être exceptionnellement charismatiques et convaincant - est que je n'ai aucune connexion avec eux, c'est à dire que je suis incapable de ressentir quoi que ce soit au niveau des tripes. C'est parce que les personnes qui font semblant d'être ce qu'elles sont, ne sont pas - au moins dans ces moments là - capables d'être authentiques et de se connecter émotionnellement avec les autres.

    Je précise que bien que je choisisse d'être chrétienne non-fondamentaliste, je ne m'oppose pas au droit de chaque personne à choisir une autre religion. Ce à quoi je m'oppose, c'est aux personnes qui utilisent leurs religions - chrétienne, sataniste ou quoi que ce soit - pour restreindre les droits des autres ou leur faire du mal.

    Cette infiltration est-elle répandue ? Je ne sais pas. Il faut se rappeler que les personnes qui vont à l'église sont encore pleinement humaines, sauvées ou non, changées ou non, engagées ou non envers Dieu, elles peuvent toujours faire des choses merveilleuses ou bien horribles. Chaque jour nous met face à de nouveaux choix. Tant que nous nous voilerons la face en croyant que nous sommes "à l'abri" en rejoignant une église, nous ne serons pas suffisamment protecteurs ; et nos enfants auront un plus grand risque d'être touchés. Le Dr Anna Salter a expliqué ce danger dans son excellent livre "Predators". Je pense qu'il serait nécessaire que chaque chef religieux le lise, ainsi que toute personne se sentant responsable du bien-être des enfants. (ndlr: voir le témoignage de l'évêque Mormon Elder Glenn Pace)

     

     Avez-vous déjà observé un "shape-shifting" (ndlr: terme signifiant la métamorphose physique d'un être humain) ou d'autres phénomènes paranormaux lors des rituels ?

    Je me souviens seulement d'avoir vu deux choses bizarres se produire lors de rituels occultes. Mon père, qui était "grand prêtre" dans un modeste culte de Pennsylvanie, me disait parfois qu'il était "Lucifer". Quand il entrait dans ce qui semblait être un état altéré par ce nom, ses yeux devenaient rouges ; cela me terrorisait. Il y a environ sept ans, un ancien agent de la CIA m'a expliqué qu'il s'agissait en fait d'un truc de famille, pouvant avoir une composante génétique. Il m'a dit que des gens comme mon père, ayant des racines druidiques ont appris à concentrer la quantité de sang dans les yeux. Je ne sais pas si cet agent m'a raconté la vérité, mais à l'époque cela m'a aidé à réaliser que mon père n'était pas possédé par Lucifer.

    J'ai vécu un autre phénomène lorsque j'étais enfant et que j'ai été contrainte à me coucher sur un autel en pierre. Mon père a tracé un cercle avec une poudre autour de l'autel, puis l'a enflammé. Une grande "créature" masculine a traversé le feu, complètement nue ; mon père m'a dit que c'était un "Incubus". Après avoir fait son affaire avec moi, il est reparti. Aujourd'hui je soupçonne que cet "Incubus" était probablement un gros homme avec la tête et le corps entièrement rasé, la peau teintée. Tout ce que je sais, c'est qu'ils auraient filmé la scène pour la vendre ensuite sur le marché pédo-pornographique.

     

     Pouvez-vous nous parler un peu des mémoires liées au phénomène OVNI ?

    Je ne peux que partager avec vous ce que j'ai personnellement connu. Ce que je vais dire peut correspondre, ou non, avec ce que les autres survivants peuvent se rappeler.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)Une des méthodes qui a été largement utilisée pour tromper mon esprit, même à l'âge adulte, était l'hypnose ericksonienne. Cela fonctionnait bien parce que j'étais presque toujours dans un état de transe, de toute façon. Il était très facile, pour une personne douée en hypnose, de me dire certains mots ou phrases afin de m'influencer et me faire croire par exemple qu'un hélicoptère en vol stationnaire était un OVNI et que ses occupants étaient des extra-terrestres d'Uranus. Cependant, en me souvenant de ces expériences, même si je croyais que l'hélicoptère était un OVNI, j'ai effectivement vu un copilote militaire.

    J'ai vécu une expérience étrange lors de laquelle j'ai été emmenée dans une installation souterraine avec de grands tunnels. J'ai été présentée, par des adultes habillés en costumes blancs, à ce qu'on m'a dit être des enfants "aliens". Bien qu'à cette époque je croyais qu'ils étaient des extra-terrestres, plus tard un handler m'a dit qu'ils étaient le résultat de décennies d'expérimentations génétiques. Il m'a également expliqué que ces enfants sont élevés pour croire qu'ils sont d'origine extra-terrestre et reçoivent même l'enseignement d'une langue très différente. L'un de ces enfants ressemblait remarquablement à certaines représentations traditionnelles des "aliens" que j'ai pu voir dans des publications sur le sujet.

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)À une autre occasion, j'ai été escortée par l'individu que j'appelle "Lucian" dans une grande salle d'entrepôt qui avait été configurée pour ressembler à l'intérieur d'un OVNI. Nous y sommes entrés par un sas de la taille d'un douche composé d'une substance métallique argentée brillante et douce. Dans cet OVNI "en carton", un certain nombre d'adultes portaient des costumes clairement "aliens". Lucian s'est vanté, comme à son habitude, que d'autres personnes comme moi avaient été emmenées dans cette installation spécifique pour y recevoir une programmation de type abduction OVNI/alien. De par le fait que je n'avais pas été hypnotisée pour croire que cet endroit était l'intérieur d'un OVNI et que Lucian avait eu besoin de se vanter de son intelligence, je n'ai jamais oublié qu'il s'agissait là d'un décor mis en place.

    Je crois aujourd'hui que ces types de faux souvenirs sont créés dans l'esprit des esclaves afin de les discréditer si jamais ils se souviennent des "extraterrestres" et qu'ils se mettent à en parler. Je pense également que ces faux souvenirs sont installés pour bloquer les souvenirs liés aux vrais bourreaux et aux expériences traumatiques réelles.

     

    Dans son livre "Unshackled", Kathleen mentionne un vieux politicien, "maître hypnotiseur" et pédophile, qu'elle appelle 'Lucian' et qui avait obtenu la propriété de plusieurs de ses personnalités alter alors qu'elle était encore une adolescente.

     

     Pouvez-vous nous parler un peu de Lucian et de ses croyances lucifériennes dont il vous a fait part ?

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Lucian est très apprécié dans les rangs des illuminés, bien que sa popularité auprès du public ait nettement diminué au cours de ces dernières années. C'est un ancien haut politicien de Washington DC qui, en raison des circonstances de sa naissance, ne peut pas devenir président (ndlr: Henry Kissinger ? Allemand naturalisé américain donc dans l'impossibilité d'accéder à la présidence). Pour cette raison, et parce qu'il semble avoir un besoin extrême et permanent de contrôler/maîtriser tout le monde et tout ce qui l'entoure, il a exercé dans presque tous les gouvernements successifs depuis au moins les années 70. Extrêmement riche, une de ses perversités est de piéger des politiciens en utilisant des preuves accablantes pour les faire chanter tout au long de leur carrière. Il aime surtout piéger des politiciens qui se prétendent être des chrétiens "nés de nouveau". Plus d'une fois il m'a dit que c'était tous des hypocrites et qu'il était déterminé à prouver cela. Mais il n'est pas en reste quand il s'agit de faire d'horribles choses aux personnes qui le gênent et qui lui causent des problèmes. La dernière fois que je l'ai vu, peu de temps après l'investiture de Clinton, Lucian m'a informé que quand "ils" auront un pouvoir total sur notre gouvernement, il me ramènera avec lui comme son "animal de compagnie".

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)

    En ce qui concerne les croyances lucifériennes que Lucian m'a enseigné ; en tant que personne ne provenant pas d'une famille chrétienne, Lucian semblait s'intéresser principalement à l'Ancien Testament. Il m'a dit que lui et d'autres lucifériens considéraient Jésus-Christ comme un usurpateur, en ce sens que Jésus aurait volé la position légitime de Lucifer en tant que véritable Fils de Dieu. D'une manière Yin/Yang, il m'a dit que Lucifer avait été rejeté pour dominer la terre, il est alors devenu Satan, celui qui est mauvais pour la plupart des gens. Mais Lucian et ses associés le connaissent comme Lucifer, le porteur de la lumière. Voilà pourquoi ils préfèrent le mot "illuminati", les "illuminés" (vs "satanistes"). Lui et bien d'autres ont des projets grandioses visant à développer une religion unique avec un gouvernement mondial, prétendant au début tolérer le christianisme mais visant à convertir tous les chrétiens à cette religion pour leur éviter de fâcheuses conséquences. Bien sûr, Lucian - qui est un fervent pédophile - est également convaincu qu'ils seront en mesure de convaincre les masses que le sexe entre un adulte et un enfant devrait être légalisé.

    Tout comme les autres adorateurs de ce culte, il appelait le soleil "Ra", et affirmait que lorsque la lumière du soleil entrait dans nos corps, nous nous transformions petit à petit en un dieu supérieur. À un certain endroit, ils avaient un mur en cristaux sphériques de la taille d'une balle de golf. Ils pensaient qu'en se tenant devant ce mur exposé, les rayons du soleil seraient en quelque sorte concentrés par les cristaux afin d'accélérer leur transformation. Il m'a affirmé que lui et d'autres se transformeraient en êtres divins gouvernant le monde et l'univers. Il a également mentionné quelque chose que je trouve extrêmement étrange car je ne l'ai entendu par aucune autre source. Il a parlé de "Saint Peter's Net". Il a dit qu'en tant qu'êtres divins, ils formeraient un réseau et captureraient l'énergie spirituelle des êtres décédés afin de se diviniser encore plus. (d'une certaine façon, cela me rappelle le cannibalisme et l'ingestion de sang par certains occultistes lors de rituels afin d'absorber la vie de leurs victimes mourantes)

    Certaines des femmes de ces politiciens illuminés doivent adorer, en tant qu'esclaves, les traditions religieuses greco-romaines dans leurs rituels quotidiens. Le sexe entre femmes, entre adultes et enfants, est souvent imposé lors des rituels. À chaque rituel, quelques femmes devront avoir des rapports sexuels entre elles. Ils ne croient pas au cannibalisme ni au sang. Au lieu de cela (pardonnez moi pour la grossièreté) ils ingèrent le sperme après l'avoir transformé et "purifié". Ils croient que cela augmente aussi leur énergie, moi non.

    Lucian, qui a souvent donné des ordres à mon père, était (comme mon père) depuis au moins les années 50 étroitement lié avec les immigrants nazis ramenés aux États-Unis par l'OSS/CIA et l'armée américaine (Opération Paperclip). Tout comme mon père, Lucian baignait dans le Gnosticisme et semblait vraiment croire qu'en souffrant physiquement et en se privant de certains plaisirs (à l'exclusion du viol des enfants...) il deviendrait spirituellement plus divin. Cependant, cela ne semblait pas, lui et papa, les empêcher de maltraiter et priver leurs victimes. Peut-être n'ont-ils pas réalisé qu'ils nous rendaient aussi spirituellement plus forts, si leurs croyances étaient vraies....

     

     Vous avez entendu pour la première fois le nom "Maitreya" par Lucian ?

    Oui.

     Est-ce que quelqu'un d'autre du Réseau parle de Maitreya ?

    Lucian était l'une des très rares personnes illuminati à parler "avec moi", au lieu de "à moi". Mais il ne le faisait que lorsque j'étais seule avec lui. Tous les autres semblaient me voir comme un objet, une esclave - marchandise commerciale - qui n'avait aucune importance hormis ce que je pouvais faire pour eux. Donc pour faire une réponse courte, je n'ai aucun souvenir de quelqu'un d'autre mentionnant Maitreya devant moi. J'ai cependant appris depuis que Lucian a des liens solides avec la Lucis Trust, et donc avec Maitreya.

     

     Selon Lucian, quel est le but de Maitreya ?

    Tout d'abord je vais donner un peu plus d'informations concernant mes expériences avec Lucian. Je ne prétends pas que tout ce que m'a dit Lucian est vrai. Lui et les autres personnes qui pensaient me "posséder" croyaient que je ne pourrais jamais me souvenir de ce qu'il s'était passé lorsque j'étais en leur présence, y compris ce qu'ils avaient dit. J'avais ce qu'ils appelaient une programmation "à risque". C'est à dire que si tout cela échouait, je devais me suicider lorsque les mémoires commenceraient à émerger. Heureusement, j'ai eu plusieurs thérapeutes compétents qui m'ont maintenu en vie lorsque le conditionnement pour le suicide menaçait ma vie. J'étais habituellement hospitalisée afin de me mettre en sécurité - jusqu'à ce que je puisse passer au travers cette programmation - avec un diagnostic de "dépression majeure avec idées suicidaires".

    Parce que j'étais considérée comme "à risque" et parce que Lucian était un maître en hypnose et en contrôle mental, il semblait convaincu que je ne me souviendrais jamais de lui et encore moins que je puisse raconter ce qu'il m'avait dit. En tant que pédophile et survivant d'abus (je ne développerais pas plus), il semblait avoir de grandes difficultés pour se sociabiliser convenablement avec d'autres hommes. Cela a peut-être été une des raisons pour lesquelles - contrairement à la plupart des propriétaires d'esclaves MK - il a choisi de m'apprendre, à partir de mon adolescence, ce qu'il se passait dans le monde et en politique, même la vie privée des politiciens. Et cela comprenait "leurs" plans avec Maitreya. 

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Il m'a dit que le Lucis Trust était vraiment un tremplin pour la création d'une religion unique. Il a déclaré qu'ils utilisaient Maitreya, dont Lucian m'a dit qu'il était un grand hypnotiseur et qu'il effectuait déjà des faux "miracles", ceci afin de convaincre les masses qu'il était le retour du Christ. Lucian et ses associés discutaient parfois de la possibilité d'utiliser des techniques de manipulation comme par exemple les hologrammes dans le ciel, pour convaincre le "bétail" (il avait un sérieux mépris pour quiconque qui lui était socialement inférieur) que Jésus était revenu. Mais aussi pour singer d'autres Prophéties Bibliques.

    Lucian a déclaré que s'ils réussissaient, alors ceux parmi la masse qui croiraient en l'enlèvement abandonneraient tout pour attendre que cela se produise. Il a dit que ces personnes seraient des "cueillettes faciles".

    Il a également déclaré que Maitreya était mentionné comme étant la possible figure de proue pour la nouvelle religion mondiale, qu'il espérait centralisée à Rome. Mais encore une fois, ce sont des choses qu'il a dites il y a plus d'une décennie. Je ne sais pas à quel point c'était vrai, au moins pour lui.

     

     Croyez-vous que tous les bourreaux sont des occultistes authentiques ou des "agnostiques" ? Ou utilisent-ils simplement une symbolique occulte pour traumatiser leurs victimes ?

    Je pense qu'il faut voir cela au cas par cas.

    Mon père, dont le père gallois était druide et fier de l'être, s'est révolté contre lui pendant un certain temps en rejetant les rituels du druidisme pour se tourner vers les écrits de Aleister Crowley et les enseignements des médecins et scientifiques nazis lucifériens (immigrés aux US via Paperclip). Papa s'est également intéressé à quelques-uns des enseignements d'Anton LaVey bien qu'il ne semblait pas très impressionné par cet individu. Papa a également incorporé des rituels et des enseignements druides.

    Même si papa semblait croire dans tous ces enseignements, il fréquentait régulièrement les églises chrétiennes (luthérienne, convention baptiste du sud, méthodiste). Il chantait dans les chorales, c'était un leader et professeur d'école le dimanche (il préférait enseigner aux jeunes). Donc mon père était un véritable occultiste qui utilisait le christianisme comme couverture. Il était pourtant un manipulateur méthodique, addict du contrôle. Il devint très habile dans l'utilisation du contrôle mental basé sur les traumatismes, sur moi et sur d'autres enfants. Il appréciait beaucoup l'utilisation de l'occultisme pour nous terroriser, nous intimider et nous torturer.

    Une personne m'a déjà interpellé parce que j'ai écrit que lorsque j'étais enfant, mon père était un "grand prêtre". Je dois préciser que je ne donne aucune importance à ce titre. Mon père était extrêmement narcissique et grandiose. Il était craint et doué dans le contrôle. Je crois que c'est la raison pour laquelle au lieu de se soumettre à un autre leader occultiste local, papa a formé son propre petit groupe à Reading en Pennsylvannie. Il exigeait une obéissance totale des membres. Celui qui défiait son autorité le payait au prix ultime, et était utilisé comme exemple pour garder dans la "droite ligne" le reste d'entre nous. J'ai très bien appris ses leçons. Dans mon esprit, mon père était à la fois Dieu et le pire monstre de la terre. Je ne doute pas qu'il puisse exister des milliers de "grands prêtres" auto-proclamés opérant dans des petits cultes au travers des États-Unis et du Canada. (...)

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)J'ai rencontré d'autres bourreaux sadiques qui ne croyaient pas du tout à l'occultisme mais qui étaient très doués pour utiliser des enseignements occultes, des instruments de rituels, des autels en pierre, etc, pour terroriser, torturer et contrôler les victimes. Il existe un réseau considérable de telles cellules/groupes opérant dans et autour du comté de Cobb, en Géorgie. Un autre grand réseau fonctionnerait à l'est de Chattanooga sous la couverture d'une dénomination religieuse spécifique. Comme le réseau aryen dans le comté de Cobb, le réseau du Tennessee ne prend pas ces pratiques occultes au sérieux. Cependant, elles sont utilisées - de manière mafieuse - pour intimider, effrayer (maintenir le silence) les outsiders.

    Personnellement, je suis arrivée à la conclusion que l'occultisme n'est plus un gros problème pour moi. Ma plus grande préoccupation est que des groupes d'adultes sadiques se rencontrent pour violer en groupe, terroriser, torturer et même tuer de précieux enfants et d'autres humains de la façon la plus atroce qu'il soit. Certains de ces groupes d'adultes psychopathes gèrent également des trafics lucratifs comme la fabrication et la vente de drogue, l'achat et la vente d'enfants, la création et la vente de pornographie illégale ; y compris la pédopornographie, obligeant des enfants esclaves à en "servir" d'autres. C'est ce qu'on appelle l'exploitation sexuelle des enfants.

    Aucun enfant ni aucun adulte ne devrait avoir à subir ne serait-ce qu'une minute les horreurs que les victimes endurent (si elles le peuvent) jour après jour, semaine après semaine, année après année, sans aucun espoir de se libérer. Mes nombreuses expériences horribles avec de tels groupes - à la fois comme enfant et comme adulte dissocié - rendraient les atrocités d'Abu Ghraib bien pâles en comparaison.

     

     Depuis que vous êtes devenu un personnage public, avez-vous été harcelée et menacée ?

    Bien sûr, voici quelques exemples:

    (...) Au début de ma thérapie, souvent, lorsque j'allais au bureau de poste ou à l'épicerie du coin, un membre du culte m'attendait là pour me donner un message verbal - "Si tu fais _______ ; nous allons _______"

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)

    Une fois je me suis rendue dans une bibliothèque que je n'avais jamais visité auparavant, afin de faire des recherches sur une société liée à certains abuseurs. Rapidement, un homme s'est assis à mes côtés et a insisté pour que je lui dise le nom de la compagnie sur laquelle je faisais des recherches, et il m'a dit - dans un langage codé reconnaissable - que si je continuais cette recherche, je serais tuée.

    À une autre occasion, je suis rentrée dans notre maison d'Atlanta par la porte de derrière et j'y ai trouvé une petite balle - une relique de la guerre de Sécession - qui se trouvait devant la porte, comme un message me disant qu'un membre du réseau du comté de Cobb s'était arrêté par là (il vend toujours ces reliques).

    Une fois, alors qu'un "déprogrammeur" était en visite chez nous, un hélicoptère militaire a presque atterri sur notre toit. Je suis sortie dehors pour leur faire des signes avec un grand sourire : "Salut !" ; tandis que les hommes assis à l'intérieur du cokpit restaient de marbre en me regardant fixement. Notre maison n'était pas sur une ligne aérienne, et l'hélicoptère n'était qu'à une distance de notre toit équivalente à deux étages.

    J'ai également été abordée par des bourreaux en public. À chaque fois, ils parlaient et souriaient tout le temps, comme si nous étions les meilleurs amis du monde ; et à chaque fois, j'étais totalement terrifiée. Certains posaient leur main sur mon épaule, ce qui suffisait à me mettre dans un état de transe totale. Ils faisaient toujours attention à ne faire que des choses qui semblaient plutôt bénignes, de sorte que si je me plaignais à quiconque, c'est moi qui aurait semblé être le problème, pas les bourreaux (j'ai appris depuis qu'il s'agit d'une technique commune utilisée pour terroriser les victimes de ce type d'abus).

    La pire forme de harcèlement que j'ai subi lors de me premiers stades de rétablissement était lorsque de jeunes enfants - toujours différents, garçons ou filles - appelaient chez nous, tard dans la nuit, en demandant spécifiquement à parler à un de mes alter, en le nommant afin de lui délivrer un message avec un code déclenchant un changement d'état et que seul cet alter pourrait comprendre. Les appels téléphoniques se produisaient toujours peu de temps avant une date de rituel du calendrier lors duquel un enfant serait probablement tué en tant que "sacrifice" pour le groupe. Peu importe qui répondait au téléphone, les enfants transmettaient toujours les messages et mon mari ainsi que mon fils adolescent protecteur étaient très en colère. Je devais souvent les calmer pour ne pas qu'ils engueulent ces enfants qui faisaient simplement ce qu'on leur disait de faire. Chacun de ces messages étaient donnés sur un ton très plat, j'en encore un de ces enregistrements. Ces harcèlements téléphoniques étaient ce qu'il y avait de plus difficile pour moi, car j'étais totalement effondrée en sachant que ces enfants étaient utilisés par les bourreaux et que je ne pouvais rien faire pour les aider, surtout s'ils étaient choisis pour le prochain sacrifice rituel. (ndlr: Michael Salter, Australie, décrit le même genre de harcèlement téléphonique sur les victimes en voie d'émancipation du réseau)

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Une autre forme de harcèlement et de menaces vient de personnes dites "concernées", qui prétendent avoir aidé d'autres survivants et qui expriment leur désir de me venir en aide également (ndlr: les taupes). Après un certain temps, je me détendais et je baissais ma garde, croyant sincèrement qu'elles étaient honnêtes. Elles m'influençaient suffisamment pour gagner ma confiance afin que je leur rapporte régulièrement ce qu'il se passait dans ma vie. Une fois qu'elles m'avaient rendu dépendante de leurs conseils, elles m'influençaient à ne plus compter que sur elles et à couper les liens avec mes autres soutiens réguliers ; puis elles commençaient à me donner des ordres. Les menaces et le harcèlement sont arrivés lorsque j'ai compris que c'était de mauvaises personnes, que j'ai refusé de leur obéir et qu'elles fassent partie de ma vie. Une de ces personnes m'avait par exemple proposé d'éditer gratuitement mon livre. Un couple, qui vit encore dans notre petite communauté a fait de même, la femme était devenue ma conseillère, et même si elle reconnaissait que son premier mari (aujourd'hui décédé) était le frère d'un ancien chef de la NSA, j'ai continué à lui faire confiance. Ce n'est que lorsque j'ai vu une demande d'emploi vierge de la CIA sur l'ordinateur portable que l'ami de son mari lui avait donné que j'ai pris conscience qu'il fallait s'éloigner d'eux.

    Il y en avait d'autres, comme Mark Phillips (CIA), qui a également été envoyé dans ma vie afin de m'épuiser financièrement, me séparer de mes soutiens, me rendre totalement dépendante d'eux, me mettre dans la tête de troller pour obtenir des informations cachées, récupérer toute ma documentation, puis - lorsque je ne leur était plus utile - m'ont laissé tombé comme une patate chaude, me disant que tout ce que je leur avait dit était fabriqué, que j'étais psychotique. Je ne peux pas vous dire combien cette période a été dangereuse pour moi. Ils m'ont monté contre toutes les personnes qui se souciaient réellement de moi, faisant que je n'avais plus personne vers qui me tourner lorsqu'ils m'ont laissé tomber. C'était la période où j'étais suicidaire et si je n'avais pas eu un mari aimant et patient, je n'aurais pas survécu.

    Le pire qui m'a été fait, et je me souviens entièrement de cette nuit-là, c'est quand j'ai été violée en groupe à l'aéroport Hartsfield-Jackson à Atlanta en octobre 1997 ; deux jours après une conférence sur le contrôle mental. Il a fallu beaucoup de manipulations au groupe de bourreaux pour réussir à me coincer dans une pièce du sous-sol près d'un des ascenseurs. Cela a été des heures horribles. Malheureusement, mon mari était à la maison à Chattanooga et personne ne m'attendait les heures suivantes. Le pire est que l'un de mes "parents" masculin, qui était devenu un mini-papa de l'enfer, faisait partie des violeurs. Il est toujours trop dangereux et trop connecté pour que je le nomme. Et encore une fois, c'était une de ces situations où après qu'ils aient fait leurs affaires avec moi, je me suis retrouvée errante dans le hall, sans avoir conscience que je venais de perdre plusieurs heures... Comment pouvais-je savoir que je l'avais éprouvé alors que je ne pouvais même pas m'en souvenir ? Tout ce que je savais, c'était qu'une partie de mon anatomie me brûlait horriblement et je trouvais cela assez bizarre. Heureusement, j'avais à l'époque un thérapeute qui prenait les appels d'urgence de nuit. Un groupe d'alter qui ont émergés dans le hall de l'aéroport lui ont dit - par morceaux - ce qui je venais de subir. Lorsque j'ai été violée et que ma vie a été verbalement menacée, ils m'ont dit qu'ils "avaient dû" le faire car j'avais nommé deux politiciens ayant des liens avec la CIA dans mon interview radio sur CKLN (voir ici), plusieurs semaines plus tôt. L'un des "spectateurs" masculins m'a également donné le message qu'ils n'étaient "pas contents" à propos d'un roman, MK, que je venais de terminer au cours du mois et qui avait été partagé avec quelques survivants. ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)

    Avant que la "session de reprogrammation" de l'aéroport soit terminée, les hommes - tous des barbouzes de base - ont quitté la salle et un ancien psychiatre/programmeur MK-Ultra est entré. Parce que j'étais complètement traumatisée, il était facile pour lui d'implanter hypnotiquement dans mon esprit deux nouvelles séries de commandes pour le suicide. En d'autres termes, si un ensemble de commandes ne fonctionnait pas, l'autre devrait être opératif. Je crois qu'il l'a fait pour m'empêcher de pouvoir parler de lui et des choses terribles qu'il m'a faites, dès le plus jeune âge.

    Plus tard, lorsque ces séquences de commandes implantées ont commencé à violemment s'activer, j'ai eu la chance d'avoir l'aide de professionnels de la santé mentale qui ont compris comment démanteler ces programmations de suicide et j'y ai survécu. Le meilleur, c'est que ce vieux bâtard est mort plusieurs années après, d'un cancer.

    Je partage avec vous ces choses là, même s'il est encore très difficile pour moi de l'écrire, pour que vous compreniez qu'il existe plusieurs niveaux d'intimidation et de menaces. Habituellement, lorsqu'une victime commence à comprendre les choses, les bourreaux utiliseront des techniques discrètes et apparemment inoffensives pour l'intimider, comme chuchoter des messages dans des lieux publics ou en envoyant des taupes qui sauront comment lui venir en "aide". Généralement, cela ne va pas plus loin pour pouvoir maintenir la victime dans le silence. Après ça, si nous continuons à crier/dénoncer, ils tirent au gros canon... Depuis 1997, plusieurs personnes m'ont été envoyées, les unes après les autres. J'ai commencé à remarquer certains comportements parmi elles (jusqu'à présent, les sociopathes ne peuvent que jouer un rôle) et je les ai expulsé de ma vie. Aujourd'hui, si quelque chose d'étrange se produit, je ne panique pas ; au lieu de cela, ma réaction est "Oh, en voilà un autre, ces gens ont besoin d'avoir une VRAIE VIE !"

     

     Depuis que vous vous êtes rétablie, avez-vous déjà reçu des paroles de remords ou des encouragements de la part de membres du réseau ?

    Il y a un officier militaire à la retraite ("Poppa" dans mon livre) que j'ai d'abord rencontré clandestinement en 1985 ; et pas par choix... au début. Je n'avais confiance en personne, alors pourquoi aurai-je du croire qu'il était devenu une meilleure personne ? Au fil du temps, c'est devenu l'une des principales personnes à m'avoir progressivement extirpé du réseau aryen, centré dans le comté de Cobb, qui avait un contrôle local sur moi. Au cours de notre première rencontre clandestine, Poppa a exprimé de profonds remords pour ses actions antérieures dans le cadre des opérations sur le contrôle mental. Ses paroles semblaient être sincères. J'ai également vu une nouvelle douceur sur son visage que je n'avais jamais constaté auparavant. Les choses qu'il m'a confié lors de cette rencontre puis d'autres, ont participé à ma guérison. Il est devenu un modèle nouveau et très positif pour moi car il semble avoir mis en priorité son devoir envers son pays ; et grâce à son propre réseau clandestin d'anciens militaires sous son commandement, il m'a aidé ainsi que d'autres victimes (en particulier des groupes d'enfants) à se libérer. 

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Parce qu'il savait que j'avais l'habitude de mémoriser certaines phrases et de vivre selon elles, il m'a dit que, malgré toute la technologie utilisée pour contrôler l'esprit des victimes, ses proches collaborateurs ont découvert une technique qui brise inévitablement la programmation, sans avoir besoin de séances de "déprogrammation" (ndlr: Thérapie Fabian ?). Encore une fois, son visage était très doux lorsqu'il m'a dit que leur formule, en travaillant avec des victimes programmées "Delta" (assassins), était :

    "Compassion, soin et gentillesse".

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)À chaque fois que j'ai rencontré Poppa et ses proches durant les années qui suivirent, le fait d'être en leur présence était tout comme il l'avait prédit : comme de l'eau coulant dans une grotte remplie de recoins cachés et de crevasses (symbolisant les programmes mentaux les plus profondément implantés). Leur volonté de me démontrer une sincère gentillesse et préoccupation participait à court-circuiter beaucoup de programmations qui, ironiquement, avaient d'abord été installées par des sociopathes incapables de démontrer certaines émotions. Poppa et ses proches m'ont apporté ce dont j'avais été affamée durant toute ma vie. Ils ont ressuscité mon âme fragilisée. Alors que je m'étais considérée toute ma vie en tant qu'un être totalement éviscéré avec de la pourriture à la place du coeur, je me sentais maintenant comme un minuscule semis, ayant encore beaucoup à apprendre mais déjà au courant de ce qui était le plus important : empathie, soins, gentillesse, compassion. Le plus important pour moi est que j'ai moi aussi développé ces parties de mon humanité. Je n'ai plus un coeur de pierre glacé ; aujourd'hui je me soucie des autres.

     

     Est-il préférable pour la sécurité des survivants que la plupart des gens refusent toujours d'accepter que de telles choses puissent se produire ?

    Bien que cela soit préférable pour la sécurité de certains survivants, le déni persistant concernant l'existence de ces crimes cause de sérieux problèmes à de nombreux survivants. Surtout à cause de la False Memory Syndrome Foundation ayant attaqué avec succès plusieurs professionnels de la santé mentale, il est aujourd'hui plus difficile pour les survivants de trouver des thérapeutes acceptant de les aider. Les survivants sont également plus susceptibles d'être mal diagnostiqués, comme par exemple avec un "trouble bipolaire" (la nouvelle mode) parce qu'il est moins coûteux de les droguer pour apaiser les crises de rages et comportements maniaques générés par les émotions des mémoires traumatiques émergentes, qu'un autre traitement durant des années et des années ; c'est autre approche.

    Le déni du grand public est également un grand problème pour les survivants qui sont tellement handicapés (mentalement, émotionnellement et/ou physiquement) par les horreurs auxquelles ils ont survécu, qu'ils ont désespérément besoin d'une aide financière. Malheureusement aujourd'hui aux États-Unis, il plus plus difficile que jamais d'obtenir des aides sociales. Si un survivant n'est pas suffisamment fonctionnel pour occuper un emploi, il ne peut pas être admissible pour une SSD (social security disability), il peut toutefois postuler pour une SSI (social security income). Mais de tels avantages laissent tout de même le survivant dans la pauvreté.

    En conséquence, des survivants (certains n'ayant même pas la SSI) n'ont pas les ressources suffisantes pour améliorer leur vie et leur sécurité ; les choses basiques comme les serrures blindées, les téléphones portables pour les urgences et autres. Ils auront également du mal à obtenir une aide thérapeutique psychiatrique adéquate.

    ➤ Interview de la survivante Kathleen Sullivan (2005)Un autre problème connexe se situe au niveau du système judiciaire américain. J'ai été en contact avec plusieurs femmes survivantes qui étaient mariées avec un bourreau qui avait suffisamment de ressources financières (y compris pour le soutien des autres membres du culte) pour obtenir la garde à plein temps des enfants, loin de la mère.  Certaines de ces mères ont même été informées que si elles commençaient à dire au juge que les enfants étaient victimes d'abus rituels, elles seraient considérées comme des malades mentales. Les mères qui recevaient déjà de l'aide au niveau de la santé mentale étaient particulièrement vulnérables à ce niveau là. Certaines mamans agissent de façon émotionnelle et frénétique en voyant les comportements bizarres de leurs précieux enfants lorsqu'ils sont "autorisés" à les visiter, résultat direct des abus en cours. Et il n'y a rien qu'elles puissent faire... (ndlr: voir, entre xxx autres, les cas Linda Wiegand et Patricia Poupard)

    Plusieurs mères et au moins un père ont tenté de protéger leurs enfants des abus en allant se réfugier à l'étranger, mais ils ont vite été rattrapés par le FBI qui les a rapatrié aux USA ; les accusant d'avoir "kidnappé" leurs propres enfants. Certains ont même été incarcérés pour cela. Malheureusement, si le parent protecteur est mis en prison, il devient de fait beaucoup moins efficace pour fournir un soutien physique et moral aux enfants.

    Peut-être que l'effet le plus préjudiciable du déni public à long terme, est que les enfants continuent à être violés, torturés, achetés et vendus et parfois même tués. Même si nous ne nous soucions pas de ces enfants, nous devons toujours avoir cela en tête : si les victimes ne sortent jamais de ce système criminel occulte/souterrain, que pouvons-nous attendre d'environ la moitié d'entre-elles - selon les statistiques actuelles - lorsqu'elle deviendront adultes ? Qu'est-ce qui les empêchera de faire aux autres ce qui leur a été fait ? (ndlr: voir le documentaire "Child of Rage" - enfant de la rage)

    Qu'est-ce qui empêche certaines victimes devenue elles-mêmes agresseurs d'infliger indifféremment leur rage explosive générée par des jours et des années, voir des décennies de douleurs insupportables, de terreur, de désespoir et d'impuissance, sur nous ou nos enfants ? (Souvenez-vous de Timothy McVeigh)

    La société peut subir de sévères conséquences si nous continuons à nous protéger par le déni en prétendant que ces victimes n'existent pas ; si nous ignorons leurs cris et leurs prières désespérées, souvent silencieuses, pour une aide qui - du moins pour l'instant - ne vient pas.

     

    ➤ Interview d'une survivante MK : Kathleen Sullivan (2005)

     

    Interview de Kathleen Sullivan par Wayne Morris (CKLN FM - 1998)

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


  • Commentaires

    1
    Le rakshasa
    Dimanche 4 Juin à 01:08
    Merci pour cet interview qui confirme tout encore une fois. Pour mark Philips cia ? C'est pas le même que le conjoint de cathy o brien ?
    2
    Zhiak
    Lundi 5 Juin à 04:35

    Même remarque que le voisin du dessus, je n'arrive pas à saisir par rapport a Phillips, ayant lu "L'Amérique en pleine transe-formation" Cathy O'Brien dit elle même que Phillips a joué le rôle de dé-programmeur. Je tombe des nues et je suis confus pour le coup...

      • Lundi 5 Juin à 13:20

        Mark Phillips a libéré Cathy O'Brien du réseau dans lequel elle était exploitée et l'a bien aidé à se déprogrammer ; c'est un fait. Et ce couple a, je pense, beaucoup apporté par leurs livres et leurs conférences pour informer et sensibiliser les gens sur ce sujet essentiel.  ➤ Cathy O'Brien

        Cela dit, avec un panier de crabes pareil, il nous est difficile de connaître le dessous des cartes concernant Mark Phillips et ses diverses connexions, mais aussi d'être certain que Cathy O'Brien soit totalement déprogrammée et 100% autonome. La simple lecture d'un livre ou une conférence ne permettent pas d'en avoir une certitude.

      • Le rakshasa
        Lundi 12 Juin à 07:27
        Merci du retour, il y a donc anguille sous roche avec ce mark, pas étonnant vu d'où il débarque, ce qui voudrait dire qu'il tient cathy entre ses mains et qu'il y a de la manipulation dans l'air.
      • Bina
        Lundi 12 Juin à 21:02

        Salutations,

        Vraiment intéressant. Merci. cool

         

        Cordialement

    3
    _667_
    Lundi 5 Juin à 21:33
    https://youtu.be/VBVoc-NHisg
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :