• ➤ Trouble Dissociatif de l'Identité : le témoignage de Gloria Hass

     Même lorsqu'elle est seule, Gloria Hass a de la compagnie...
     
    Il y a Camille, Dee Dee, Dina, Julie, Lori, Maria, Marta, Matthew, a woman know as Mrs Hastings, Patricia, Patrick, Peter, Stephanie, Tom and Wendy.
    Ils vivent dans une tête de 60 ans, mais ils vivent tous ensemble depuis très récemment. À présent, Mrs Hass vit seulement avec Maria et Martha. L'une est hypersensible, l'autre est une tyran. Les 13 autres ont fusionné avec sa personnalité principale, dit-elle. Mais cela n'a pas été facile.
     
     
     ➤ Trouble Dissociatif de l'Identité : le témoignage de Gloria HassLors de son récent entretien avec news.com chez elle en Arizona, Mrs Hass a déclaré qu'il était temps de grandir pour que ses personnalités alter reprennent totalement son corps.
     
    "Dans ma trentaine, Julie prenait le relais et allait à mes rendez-vous."
     
    "J'allais me coucher en pensant que tout était normal, et je me réveillais le lendemain matin dans le lit d'un étranger."
     "Je me levais, je m'habillais et j'y allais. Souvent, je me retrouvais dans un coin de la ville que je ne connaissais pas, devant alors m'arrêter pour demander ma direction."
     
    "D'autres fois, au Collège, je perdais des "morceaux de temps". Des choses que je pensais avoir rêvé, ce sont avérées être ce qu'une autre personnalité alter faisait. Certaines fois, c'était comme de regarder un film."
     
    "Les amis disent que vous avez agi étrangement ou ils vous appellent par le mauvais nom et je ne sais pas de quoi ils parlent."
     
    Mrs Hass dit que son trouble est apparu lorsqu'elle était petite fille, dans les années 60. Une époque où les problèmes de santé mentale n'étaient pas diagnostiqués et ceux qui en souffraient restaient dans le silence.
     
    Elle dit que sa mère avait bien remarqué qu'elle parlait "à d'autres" dans sa chambre.
     
    "J'étais en maternelle lorsque je me souviens avoir parlé pour la première fois à mes amis intérieurs et j'ai alors entendu une voix en retour" dit-elle.
     
    "Maman est venue et m'a demandé à qui je parlais. À une occasion, elle a rencontré un de mes alter, ne sachant pas comment faire face à cela."
     
    Elle a déclaré que ses parents lui mettaient la pression pour qu'elle soit "normale", même si cela signifiait la battre avec une ceinture.
     
    Son père a aussi abusé d'elle sexuellement lorsqu'elle était toute petite. Elle pense que ce sont les abus sexuels qui ont développé chez elle des personnalités protectrices.
     
    "Si je ris, je suis dans le pétrin. Je ne suis pas autorisée à avoir des sentiments. Mon cerveau a développé une armée pour me protéger."
     
    Pendant 59 ans, elle n'a pas été diagnostiquée. L'année dernière, un thérapeute lui a expliqué que ce qu'elle avait était à la fois diagnosticable et traitable. Depuis, elle travaille pour faire taire les voix.
     
    "J'ai combiné dix d'entre-elles en quelques mois" explique-t-elle.
     
    "Mon thérapeute me fait parler avec celles qui sont prêtes. Nous leur demandons : Quel est votre rôle ? Lorsqu'elles me disent ce qu'elles sont, nous travaillons pour leur développement afin que je n'ai plus besoin d'elles."
     
    Sa routine comprenait de l'EMDR (Eye Movement Desensitisation and Reprocessing), un traitement de psychothérapie conçu pour accéder aux mémoires traumatiques et travailler sur la détresse qu'elles peuvent causer.
     
    Elle pense que cela fonctionne ; mais Maria et Martha ne sont pas tout à fait prêtes à fusionner. "J'aimerais bien" dit Mrs Hass, "Elles sont persistantes".
     
    Mrs Hass a écrit un livre intitulé "Navigating Life with Multiple Personality Disorder". Depuis sa publication en juillet dernier, d'autres personnes lui ont tendu la main pour partager des histoires similaires.
     
    Elle dit que certaines personnes veulent se débarrasser de ce trouble, tandis que d'autres sont parfaitement heureuses avec cette vie là, même si cela signifie le partage d'un seul esprit avec de multiples alter.
     
    "Les personnes ayant un T.D.I. ne souhaitent pas forcément intégrer/fusionner leurs alter, elles veulent les garder auprès d'elles. Lorsque vous les intégrez, votre vie devient très différente. Aujourd'hui, c'est le calme dans ma tête."
     
    Après être passée par là, son message pour les autres est simple : "Tout écrire et chercher de l'aide."
     
    "Cela ne va pas se produire en une nuit, cela peut prendre cinq ans (pour faire taire les voix), tout comme cela peut prendre deux ans. L'essentiel est de continuer à aller de l'avant."
     
     
    Source: http://www.news.com.au - 11/09/2016
    Traduction: MK-Polis
     

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :