• ➤ Jersey, Haut de la Garenne : des officiers de police ont couvert le réseau pédocriminel

    ➤ Jersey, Haut de la Garenne : des officiers de police ont couvert le réseau pédocriminelSource : http://www.itv.com - 12/01/2016

    Traduction : MK-Polis

    ➤➤➤ Lire au préalable : Affaire de l'orphelinat Haut-de-Garenne à Jersey

    Un ancien chef adjoint de la police de Jersey a aujourd'hui déclaré que des hauts fonctionnaires de la police sont impliqués dans la couverture d'un réseau pédocriminel.

     Lenny Harper a mené une enquête sur les allégations d'abus sexuels qu'avaient fait d'anciens pensionnaires de l'orphelinat Haut de la Garenne en 2008.

    Il a révélé aujourd'hui que dans cette enquête concernant les abus d'enfants sur l'île, ce qui le préoccupe le plus est une couverture au plus haut niveau.

    "Je suis extrêmement préoccupé parce qu'il y a eu une couverture qui a été mise en place à Jersey et je crains que beaucoup de preuves aient été dissimulées et que les témoins aient été intimidés. Tout cela est devenu de plus en plus clair dans mon esprit, mais tandis que je ne peux pas utiliser le terme de réseau pédophile, mon avis est qu'il existait certainement une culture émergente d'abus systématiques des enfants sur l'île de Jersey." - Lenny Harper, ancien chef adjoint de la police de Jersey.

    Il a cité un certain nombre de fois où les agents de police avaient été contraints d'abandonner leurs enquêtes : "Un cas où un ancien détective a vu sa crédibilité et son intégrité remis en cause par deux pédophiles. D'autres étaient des officiers de police, dont un cas certifié où l'agent a reçu des intimidations tout au long de son enquête."

    Interrogé par l'avocat en charge du dossier concernant ce cover-up, il a répondu : "Il y avait un groupe d'individus qui étaient impliqués dans un certain nombre de cas. C'est l'implication des policiers qui me concerne, en effet des déclarations de jeunes officiers me conduisent à croire que certains de leurs supérieurs ont participé à la dissimulation."

    "On m'a dit que les officiers n'étaient pas autorisés à accéder à tous les dossiers, dont certains disparaissaient."

    "Un jeune enquêteur qui travaillait sur un des cas a déclaré qu'on l'a menacé de bloquer sa carrière. Deux autres officiers ont également déclaré qu'ils recevaient des pressions pour ne pas poursuivre leurs investigations."

    Il a également rapporté que les abus impliquant les enfants de Haut de la Garenne étaient "prêtés" à des membres de la communauté du yachting (bateaux de plaisance).

    "Il existait des allégations y compris plusieurs rapports de police impliquant des membres de la fraternité du yachting et des enfants issus de foyers. En effet, ces enfants étaient prêtés à des gens pour être embarqués sur des bateaux de plaisance. Il y avait un grand nombre d'accusations concernant des mauvais traitements, qui ne semblent pas avoir été traitées correctement."

    "Si il y avait de fréquents abus d'enfants et que cela continue aujourd'hui dans des endroits comme Haut de la Garenne, c'est qu'il s'agit de quelque chose de systémique. Nous recevons tellement d'accusations d'abus."

    La preuve de Mr. Harper sera donnée dans une vidéo depuis Édimbourg, dans les deux prochains jours.

    La police de Jersey dit n'avoir aucun commentaire à faire tandis que l'enquête se poursuit.

    http://www.itv.com/news/channel/2016-01-12/police-officers-involved-in-cover-up-of-paedophile-ring-says-former-deputy-police-chief/

    ______________________________

    L'orphelinat de l'horreur:


     

    La journaliste américaine Leah McGrath Goodman s'est faite interdire de résidence sur le sol anglais suite à son investigation sur l'affaire de l'orphelinat Haut de la Garenne :

     

     http://mk-polis2.eklablog.com/affaire-orphelinat-haut-de-garenne-a-jersey-p1125658


     

    « Garçons et filles étaient régulièrement abusés »

     

    Propos recueillis par Julien Laurens - lundi 03 mars 2008 | Le Parisien

    PETER HANNAFORD, ancien élève de l'institution


    Petit à petit, la maison des horreurs révèle ses secrets. Entre 1960 et 1986, le Haut-de-la-Garenne, cet ancien orphelinat, a été le lieu de toutes les atrocités. Après la découverte samedi d'un crâne enterré dans le sol du bâtiment, plus de 160 anciens pensionnaires ont affirmé à la police avoir été victimes de graves violences sexuelles et physiques.

    Les enquêteurs, qui ne se pressent pas puisqu'il n'existe pas de prescription en Angleterre dans ce genre d'affaires, possèdent une liste de 40 suspects. Un seul a été interrogé puis relâché.

    Trois pièces - deux sous le bâtiment et une souterraine dans le jardin -, d'environ 12 m2 et aujourd'hui murées, ont servi pour ces agressions. Les policiers ont eu accès à la première, où ils ont commencé leurs recherches. Ils ont déjà trouvé deux objets, qui pourraient être une baignoire et des menottes. Peter Hannaford, 59 ans, ancien pensionnaire, est une des victimes. Il est resté douze ans à la Garenne après la mort de ses parents. Nous sommes parvenus à le joindre par téléphone.

    Que s'est-il passé au Haut-de-la-Garenne ?
    Peter Hannaford.

    Les garçons et les filles y étaient régulièrement abusés par des membres du personnel et parfois par d'autres personnes que nous ne connaissions pas. Ce n'étaient pas toujours des hommes. Il y avait aussi des femmes qui s'acharnaient sur nous. Cela allait du viol aux attouchements sexuels, en passant par la torture et les coups.
    « Toute l'île a toujours su ce qui s'y passait »

    Ces agressions étaient-elles fréquentes ?

    Chaque nuit, ils venaient dans les dortoirs, « se servaient » en nous agrippant les bras, et les enfants qui étaient emmenés ne revenaient qu'au matin. Nous avions tous peur d'aller au lit parce que nous savions ce qui allait se passer. Ils nous emmenaient dans le donjon, cette pièce au sous-sol que la police vient de découvrir.

    Pourquoi n'avoir rien dit plus tôt ?

    Ils nous menaçaient pour que l'on ne raconte rien à personne. Nous étions terrorisés. Si nous avions parlé de cela à quelqu'un, cela aurait été terrible pour nous.

    Quelles séquelles avez-vous gardées de votre passage là-bas ?

    Ce qui m'est arrivé à la Garenne m'a traumatisé à jamais et a affecté toute ma vie. J'en ai fait des cauchemars jusqu'à récemment. Je ne pourrais jamais oublier cette période noire.

    Pensez-vous que le gouvernement de Jersey a étouffé ces affaires ?

    Je suis convaincu que le gouvernement local a fermé les yeux sur ces affaires, qui ont duré pendant des dizaines d'années. Toute l'île a toujours su ce qui s'y passait mais personne n'a jamais rien dit. Simplement parce que cela aurait terni l'image de l'île. C'est honteux.

    Que souhaitez-vous aujourd'hui ?

    Il faut démolir le bâtiment pour aider les victimes à faire le deuil de la Garenne. Et que les monstres qui ont fait cela aillent en prison.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/garcons-et-filles-etaient-regulierement-abuses-03-03-2008-3296104236.php

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :