• ➤ L'amnésie traumatique/dissociative expliquée sur le plateau de C à Vous + Extrait du livre MK

    Flavie Flamand était l'invitée de l'émission C à Vous (7/11/2017 - France 5) à l'occasion de l'adaptation télévisuelle de son livre "La consolation" et de la diffusion prochaine (15 novembre) de son documentaire "Viols sur mineurs, mon combat contre l'oubli". À cette occasion nous avons eu droit à une explication détaillée du fonctionnement de l'amnésie traumatique/dissociative...

    À quand l'IRM cérébrale ordonnée par la justice dans les dossiers de pédocriminalité ?

    Source : https://www.youtube.com/watch?v=cr0UQZLpY0g

    Amnésie traumatique : Flavie Flament témoigne dans son livre la consolation

    Extrait du livre MK :

    Il serait intéressant de passer au scanner cérébral certaines de nos "élites" pour voir l'état de leur complexe amygdalien et de leur hippocampe, des structures du cerveau qui peuvent actuellement prouver grâce à nos outils scientifiques qu'il y a eu de profonds traumatismes chez la personne. Des études ont en effet révélé que ces structures du cerveau avaient un volume significativement plus petit chez les personnes qui ont subi de graves traumatismes, notamment chez ceux qui souffrent d'un trouble dissociatif de l'identité. Cette connaissance neurologique concernant la variation des volumes de l'hippocampe et de l'amygdale en relation avec de graves traumatismes pourrait par exemple servir à valider des témoignages de victimes disant avoir subi les pires atrocités, mais étant incapables d'apporter un récit cohérent.

    Comme nous l'avons vu, le système judiciaire discrédite systématiquement tout témoignage dérangeant relatif à des abus rituels, en mettant en avant l'état mental "perturbé" du témoin, donc "non fiable" et par conséquent ne pesant aucun poids dans la balance de notre justice... Pourtant une IRM cérébrale pourrait prouver et certifier qu'il y a bien eu un grave impact traumatique chez cette personne, d'où le fait qu'elle est dans un état l'empêchant d'expliquer clairement et chronologiquement son vécu. Suite à un tel examen médical validant le fait qu'il y a bien eu de profonds traumatismes entraînant de sévères troubles dissociatifs, il faudrait par conséquence étudier de plus près les déclarations de la personne afin de mener une enquête sérieuse. Au lieu de cela la justice s'en remet à des pseudos experts des "faux souvenirs" non formés en psychotraumatologie : le dossier est ainsi très vite refermé...

    C'est une question compliquée, mais le constat est que le Réseau s'applique à faire de la rétention d'informations concernant les avancées scientifiques en matière de psychotraumatologie et de toutes ces études neurologiques récentes liées à l'impact que peuvent avoir les traumatismes sur le cerveau humain. Ceci afin que ces informations ne puissent pas être mises en avant d'une manière officielle dans les cours d'assises pour défendre efficacement les victimes. En effet, si les universités de médecine ne forment pas (ou très peu) les étudiants sur toutes les découvertes récentes en matière de psychotraumatologie et des processus dissociatifs, il devient très difficile pour un avocat de faire venir à la barre une personne pouvant expliquer clairement et scientifiquement ces choses là... Quand à demander à la justice d'ordonner des scanners du cerveau pour prouver qu'il y a bien eu de sérieux traumatismes, c'est toutes les institutions verrouillées qui font ici obstacle. En effet, force est de constater que les IRM des voix basses et l'anuscopie, qui seraient des examens essentiels dans les dossiers de pédocriminalité, sont très rarement pratiqués... donc un IRM cérébral relève de l'impensable...

    Toute cette question de la reconnaissance des victimes permettrait surtout de les prendre en charge d'une manière efficace en leur apportant les thérapies adéquates.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


  • Commentaires

    1
    Kilam
    Mardi 14 Novembre à 00:59

    8000 pédophiles interpellés, 800 condamnés, la plupart du temps avec des peines absolument ridicules. Même en étant conscient des réseaux, en voyant les chiffres je me suis arraché les cheveux. Les gens dorment et continueront à dormir les jeux sont fait. la justice ne sera pas pour ici bas...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :