• Interview de Lynn Shirmer

     

    Source:   http://www.madhattersreview.com/issue6/gallery_interview_lynn.shtml

      Traduction: MK-Polis

      Télécharger le PDF

     

    Une entrevue avec Lynn Schirmer

    Par Tantra Bensko

    TB: Mad Hatters est fier de recevoir l'artiste Lynn Schirmer, une peintre de grand talent dont l'oeuvre est d'une beauté étrange, troublante, envoûtante. Son travail décrit ses propres expériences en tant qu'enfant qui a grandit dans une secte créant systématiquement de multiples personnalités  chez l'individu (résultat de douloureuses expériences traumatiques). Le gouvernement et l'armée utilisent ces techniques couramment pour créer de multiples personnalités par des programmes tels que MK Ultra, cela est bien documenté. Lynn a vécu cela à un âge précoce. Elle a également été l'objet d'expériences scientifiques par différents médecins, cela est un phénomène fréquent, comme dans les expériences d'irradiation. Beaucoup de gens répugnent à affronter ces questions, alors que plus nous prenons conscience de cela, avec la compassion pour les survivants, qui sont légion, plus nous pouvons réellement saisir la réalité de notre nature humaine et de la société. L'art de Lynn et ses mots sont extraordinairement révélateurs, bien pensé et articuler, c'est une exploration de ce qui se passe derrière des portes closes et de ces programmes qui sont bien souvent derrère le contrôle de la société.

    LS: Peut-être qu'une introduction générale pourrait être utile.

    Je suis une survivante de la torture privée financée par l'impôt, cela a débuté dans l'enfance. Je suis née dans une secte dont le système de croyance consiste (entre autre) à l'abus rituel et sadique des enfants. Ce groupe profite également de la traite des enfants, de la pornographie et de la prostitution. À l'âge de 3 ans, j'ai été testé et introduite dans un programme gouvernemental de contrôle du comportement et d'expérimentation médicale. Les enfants des familles de ce culte sont particulièrement recherchés car ces programmes utilisent les réactions dissociatives communes aux enfants traumatisés. Les parents de la secte ont été facilement convaincus ou forcés, et certains parents, comme dans mon cas, ont reçus des statuts privilégiés en acceptent cela pour leurs enfants.

    Ce programme gouvernemental a duré tout au long de mon enfance. Quatre à cinq fois par an j'ai été transportée sur diverses installations, y compris des hôpitaux, des universités et des bases militaires, pour formation et expérimentation. En tant qu'adulte, j'ai été utilisée contre ma volonté de multiples façons, y compris en tant que sujet d'expérimentation.

    Le programme gouvernemental auquel j'ai été soumis est maintenant communément appelé Trauma-Based Mind Control.

     

    Trauma-Based  Mind Control utilise des techniques de conditionnement, avec un système de récompense et de punition pour obtenir le comportement souhaité. Le but du traumatisme infligé est que le conditionnement ait lieu alors que le sujet est dans un état de dissociation de sorte qu'il ne sera  pas au courant de la source/raison de ses comportements futures et il ressentira comme des automatismes. Par comportement, je veux dire à la fois le comportement externe, comme une action, mais aussi interne tel que l'accès à une partie spécifique du cerveau, de la connaissance, de la mémoire ou la capacité intrinsèque. Mettre un enfant dans ce genre de processus sur une période de plusieurs années, tandis que son cerveau et sa personnalité se développent, cela est très efficace, comme vous pouvez l'imaginer.

    Je vous remercie beaucoup de nous parler de ces choses, c'est un sujet très important qui nécessite plus d'attention. Je suis vraiment désolé de ce qui vous est arrivé, et je sais que cela se produit à grande échelle. Comment êtes-vous sortie de ce contrôle gouvernemental ? Avoir été capable de vivre votre propre vie et être libre de parler avec nous aujourd'hui ?

    Aujourd'hui, je suis capable de parler de ces choses, après avoir travaillé pendant de nombreuses années sur moi-même et avec des thérapeutes compétents et dévoués. Il y a des thérapeutes dans tout le pays qui aident tranquillement les survivants à se libérer du conditionnement, et lentement réintégrer les parties d'eux-mêmes et l'histoires de leur vie. En général, les victimes sont vulnérables à la manipulation tant qu'ils restent amnésique, avec des personnalités (alters) coincés dans un état conditionné. Il y en a un certain nombre qui se sont libérés et régénérés eux-mêmes. Pour diverses raisons compréhensibles, beaucoup choisissent de ne pas rendre cela public.

    Et pensez-vous que vous êtes toujours en danger ?

    Je ne me sens pas en danger pour le moment, mais certainement qu'avec la nature même de ce sujet, il faut rester raisonnablement vigilant. Nous sommes confrontés au plus grand danger lorsque l'exposition de ces programmes et réseaux criminels approchent d'une crédibilité, c'est ironique. Tant que les gens sont convaincus que nos revendications sont des affabulations, du délire, nous ne sommes pas une menace. Il ne s'agit pas de décourager qui que ce soit, au contraire. Il faudra soit une série d'évènements bien équilibrés/synchronicités ou soit une lame de fond dans l'activité publique pour apporter des changements sérieux.

    Êtes-vous d'accord pour nous en dire plus sur ce que vous avez vécu, plus particulièrement contre votre gré ?

    Je ne suis pas prête à partager beaucoup plus que ce que j'ai vécu à l'âge adulte. Je ne suis pas encore venu à bout de la plupart des expériences. Je peux ajouter que j'ai été consulté pour des problèmes sexuels, et cela parce qu'une programmation élaborée a été testé sur moi, j'ai été utilisé comme une sorte de prototype, étant parfois dans des laboratoires.

    Pouvez-vous donner aux lecteurs des suggestions pour les aider à être en mesure de discerner si elles ont été impliquées dans la programmation, et que cela aurait été supprimé de leur mémoire ?

    L 'esprit d'un sujet MK ne se rendra pas compte du temps manquant quotidiennement (période d'amnésies), c'est un bon marqueur. Il m'a fallu pas mal d'années, parce que j'avais rationalisé toutes mes pertes de mémoire comment étant normatif. Un test serait de mesurer la quantité de souvenirs d'enfance que vous avez, par rapport aux autres personnes que vous connaissez. Votre mémoire fonctionne-t-elle bien ? Une autre solution serait de simplement écouter vos propres pensées. La personne multiple (trouble dissociatif de l'identité - TDI) entendra des variations distinctes dans la voix intérieure en expérimentant qu'il y a plus d'une conversation.

    Qu'espérez-vous que les spectateurs fassent une fois qu'ils aient vu vos peintures ?

    J'espère qu'ils vont s'intéresser aux informations que j'apporte sur le sujet, faire des recherches, et, idéalement, répondre d'une manière positive et active.

    Vous avez donné quelques suggestions sur votre site web pour l'activisme. N'hésitez pas à développer quelques idées pour les lecteurs: ce qu'ils doivent faire s'ils se sentent poussé à aider à cause de ce problème omniprésent qu'est l'abus rituel. Aider pour le bien des individus sous programmation.

    La chose la plus importante est d'accepter que les abus rituels et le contrôle de l'esprit sont réels. Avec les abus rituels, nous avons suffisamment de cas pour le démontrer maintenant, comme Dutroux en Belgique et récemment Ponchatoula en Louisiane. L'affaire Dutroux a également souligné l'implication d'élites dans le trafic d'enfants, la pornographie et la prostitution. Pour les financements de ces programmes MK par nos impôt, nous avons des documents déclassifiés appelant expressément l'utilisation des enfants et la manipulation des états de dissociation, sans parler des témoignages de survivant, des mémoires et des livres publiés par les chercheurs.

    L'activisme dans ce domaine est très difficile. Non seulement il y a la négation, mais les autorités locales et nationales peuvent être compromises comme nous avons vu dans le cas de l'affaire Franklin. Il ya des petits groupes et des organismes sans but lucratif qui travaillent pour obtenir la reconnaissance de ces crimes. Pour commencer, je suggère que les gens soutiennent ces groupes de la manière qui leur semble bonne.

    Il y a d'autres choses que nous pouvons faire, comme mettre la pression sur le gouvernement pour tenir des relevés précis des enfants disparus. Ils ont un meilleur suivi des voitures volées pour le moment.... Nous devrions mettre plus de pression sur les institutions universitaires pour étudier les effets du traumatisme précoce et le phénomène de dissociation, également former les cliniciens à le reconnaître.

    Pouvez-vous décrire quelques-unes de vos peintures pour nous ?


    Perfluorocarbon Drowning © Lynn Schirmer
    Voici une peinture récente, nommée «La noyade perfluorocarbone". Les personnes qui pratiquent la programmation mentale sont des scientifiques et des militaires. Un grand nombre de ces chercheurs ont participé activement à divers programmes d'expérimentation militaire et médicale, y compris les armes à rayonnement, armes biologiques et chimiques. Leurs expériences en laboratoire ont souvent eu un double objectif. Non seulement  traumatiser les sujets pour induire des états dissociatifs, mais aussi les utiliser pour des expériences médicales. Si une expérience peut atteindre les deux objectifs en même temps, de leur point de vue c'est tant mieux.

    De nombreux survivants ont décrit des cas de noyade simulées. J'y ai également été soumise à plusieurs reprises. Il est très intéressant d'apprendre que non seulement le perfluorocarbone existe mais il est maintenant disponible sur le marché libre et est utilisé en milieu hospitalier, le plus souvent en post-opératoire pour les problèmes pulmonaires. Le perfluorocarbone est un 'liquide respirable'. J'ai souvenirs d'avoir été jeté dans un réservoir pour être noyée, j'étais consciente et vivante tout en respirant "sous l'eau" (inutile de dire la panique avant d'avoir fait entrer ce liquide dans les poumons). Si vous effectuez une recherche sur Internet avec 'perfluorocarbone' vous allez trouver une photo d'une souris ou rat immergé dans un liquide et respirant normalement. C'est ce qu'ils ont fait avec nous, les enfants aussi.




    J'ai une peinture liée à «La noyade perfluorocarbone" en ce qu'elle exprime comment je me sentais au cours d'une telle expérience proche de la mort. Elle est appelée "Enterrement". Cette torture a été pratiquée par le culte alors que j'étais très jeune. Ce fut une expérience absolument horrible et destinée au contrôle. La pratique consistait à prendre une boîte en bois ou pseudo cercueil et enterrer l'enfant en vie pendant un certain temps. Parfois, les rituels étaient centrés sur la renaissance ou l'accueil dans le culte était réalisé lorsque l'enfant était déterré. De nombreux survivants d'abus rituels parlent d'expériences similaires.

    Oui, la noyade, et surtout l'enterrement, sont très fréquents dans les rituels de sociétés secrètes, y compris le culte de Mithra, avec l'enterrement du dieu soleil étant effectué le 25 décembre. Le mythe de la mort d'Osiris pratiqué par les francs-maçons. Les cultes ont utilisés l'aspect rituel de ces "enterrements" comme une tactique de peur également. Je suis persuadé qu'il est horrible d'être sous terre comme ça, et cela traumatise aussi les autres enfants présents et qui regardent la scène.

    Lynn, bravo pour votre organisation si bien documenté pour informer le public sur la question du contrôle mentale par traumatismes. Vos citations, votre bibliographie, cette approche avec
    sang-froid vous rendent totalement convaincante, même pour les sceptiques qui doutent encore que le gouvernement utilise un culte comme un moyen de programmation pour faire faire ce qu'ils veulent à des gens.

    Personnellement, je suis très attachée à ce problème trop répandu et qui est déchirant, je suis moi-même une militante, ayant travaillé pour MK Zine, par exemple. Cette revue porte sur les programmes gouvernementaux de contrôle mentale comme MK Ultra et Monarch, ou les femmes sont victimes d'abus sexuels et transformées en esclaves sexuelles, en assassins, en messagers ou encore en espions. Après de nombreuses années de recherche intensive, je n'ai aucun doute sur la véracité des abus rituels, des agressions sexuelles, y compris par des membres de la famille, cela est très répandu car cela fonctionne très bien pour la création de personnalités multiples. J'ai toujours été attirée pour aider parce que je compatis avec les victimes.

    Et sachant ce genre tortures bouleversant des âmes, cela peut également soulever des questions dans l'esprit des gens au sujet de la nature de l'humanité. Je dois dire que je crois qu'à un certain niveau il y a bien une victime. Je ne crois pas à l'idée du Nouvel Âge qui consiste à dire que nous créons notre propre réalité, ce qui semble blâmer la victime d'une certaine manière. Je pense que nous co-créons notre réalité mais la théorie du chaos permet également à d'autres forces d'œuvrer dans nos vies.
    Que pensez-vous de «Vous créez votre propre réalité; changer vos croyances et vous changerez votre vie" ?

    Je dirais que c'est un mécanisme d'adaptation. Il est très difficile pour les gens à la fois de reconnaître la capacité d'exercer le mal tout en maintenant un statut/lien à la communauté/société. Ces mécanismes d'adaptation sont au cœur de la plupart des systèmes de croyance. Celui-ci est particulièrement insidieux pour la raison que vous avez donné. Je ne nierai pas cependant qu'une fois quelqu'un habitué à la victimisation, qu'il ou elle devient plus vulnérable à celle-ci par la répétition. Dans ces situations, il peut sembler que l'on est attiré par des expériences négatives contre soi-même. Ces groupes du Nouvel Age ont mal interprété cela et ça s'est répandu dans le domaine spirituel.

    Pensez-vous que nous choisissons notre vie avant notre naissance ?

    Je ne suis pas contre cette idée, mais les fois où je me suis questionné sur cela pourrait être expliqué par mon besoin de compenser en partie un certain état émotionnel ou un autre. Comme un être humain avec des capacités limitées de par l'existence dans cet environnement, je ne peux pas connaître les réponses à des questions comme celles-ci. Je suis plus à l'aise et je me sens plus humble quand je reconnais que je ne sais pas.

    Comment le fait de peindre vos souvenirs a-t-il changé votre expérience ?

    Je ne suis pas certaine de pouvoir quantifier cela. Être un artiste fait partie de qui je suis. Je suis reconnaissant parce que je crois que cela m'a aidé à faire face, car je n'arrivais pas à m'exprimer de manière adéquate.

    Cela a-t-il été utile pour l'intégration de vos alters ?

    L'art a été utile pour m'aider à me sentir plus connecté et empathique envers mes alters. Il est très stimulant de voir des représentations visuelles de certains d'entre eux dans mes créations. Je suis très attachée à mes créations, et il peut être parfois difficile de les voir partir, surtout chez un étranger.

    Pensez-vous que vous peignez avant tout comme un processus cathartique personnel ou est-ce plus dirigé pour faire passer un message artistique aux spectateurs ?

    J'ai rarement ce sentiment de catharsis comme la plupart des gens pourraient l'imaginer, du moins je n'ai pas conscience de cela pendant que je  travaille. La création me permet de libérer une certaine tension, d'une manière générale. Je ne connais aucun artiste ayant une réponse facile à ce type de questions. Pourquoi dois-je peindre ? Eh bien, parce qu'il le faut, cela fait partie de moi-même. Certes, la capacité d'exprimer au public ce qui est pour moi indicible est quelque chose d'incommensurable. Quiconque a vécu un traumatisme important a besoin de la reconnaissance de la communauté/société, cela fait partie de la guérison. Ce qui m'est arrivé est encore largement nié par les autorités et la société en générale, il n'y a aucun recours. Le besoin de faire prendre conscience n'est pas tant un facteur de motivation à créer, mais c'est de montrer mon travail et de parler de ses origines.

    Qu'est-ce que vous sentez avoir accompli par votre travail, globalement ?

    Sur un plan personnel, la chose la plus profonde que j'ai accompli enfreint les règles. J'ai été sévèrement puni dans mon enfance, y compris avoir mes doigts abimés, pour avoir dessiné des images de traumatisme que je vivais. J'ai été menacée à plusieurs reprises de fâcheuses conséquences si jamais je parlais. On m'a ordonné de ne pas peindre. Eh bien, je peins, et je le dis. Ils ont cherché à éteindre cela. Être capable de peindre est une victoire personnelle sur la tyrannie et ce contrôle.

     

    J'espère fournir une documentation visuelle de cette expérience interne d'une chose très mal comprise et inutilement polémique: le TDI (trouble dissociatif de l'identité. J'espère que des images aideront à valider les expériences des survivants de traumatismes extrêmes. En fin de compte, j'espère combler le fossé pour la compréhension de ceux qui n'ont pas vécu ces expériences.

    Parlez-moi de votre technique de peinture.

    Ma technique a changé au fil des années, mais le processus pour obtenir une image est resté le même. Je m'approche d'une toile vierge ou du papier et je commence avec des lignes simples. Je n'utilise pas de modèles, et rarement de références, les images émergent spontanément. La plupart du temps, je n'ai aucune idée de ce qui va sortir.

    Quels sont vos autres intérêts dans la vie qui ont influencé vos œuvre d'art et vos perspectives ?

    Je suis très impliqué dans ma communauté artistique locale, et j'aime beaucoup ce travail. J'ai toujours été intéressée par les sciences biologiques et la politique, cela en parallèle avec la recherche et la compréhension sur ma propre histoire. Honnêtement, mon principal intérêt dans la vie a toujours été de récupérer et de pouvoir mener une vie aussi normale que possible. Faire face "à tout" est une tâche majeure. Finalement, je veux être libre pour profiter de toutes les facettes de la vie comme la plupart des gens le font - l'amour, l'amitié, même la banalité d'une semaine normale de travail.

    Lynn, vous avez vécu quelque chose d'extraordinaire, le fait d'explorer les multiples facettes de la psyché déchirée et de les réintèger. Votre conscience a voyagé à travers les mailles du filet, a pris des mesures extrêmes pour pouvoir survivre et est allée dans des endroits que personne ne s'imagine - et, peut-être, à certains égards, cela est semblable à un rêve -  Diriez-vous que vos différentes facettes étaient très imaginatives et créatives ?




    Elles étaient très créatives. Fait intéressant, elles ont exposé tout type de traitement, ce qui est typique pour leur âge, et souvent employé la pensée magique. J'ai un tableau intitulé «Ralph». Ralph est le caractère bestial, ressemblant un peu à un ours en peluche. Ralph était un alter de protection qui a aidé à supporter la douleur physique. Il était couvert de fourrure, plutôt que de la peau, il ne pouvait pas être blessé. J'ai aussi eu des alters s'imaginant être un chien, un lion, un cheval et autres animaux. Il est en effet étonnant de voir ce que l'esprit peut faire pour protéger l'individualité dans des circonstances extrêmes.

    S'il vous plaît, pouvez-vous nous donner un aperçu de vos expériences glanées dans les confins et les recoins de la personnalité.

    Je travaille avec des personnes dont la croyance principale est que nous avons tous un "noyau de base"/une personnalité principale. Celle-ci est inviolable, et c'est ainsi que nous guérissons. Ce n'est pas le concept traditionnel de la personnalité que l'enfant avait avant le traumatisme, mais une partie de l'être qui reste fondamentalement intact, même s'il est dépouillé et dépersonnalisé par le traumatisme et la dissociation.

    Vous pouvez remarquer des détails infimes sur la personnalité d'une personne, un mouvement singulier du visage ou une variation dans le ton de la voix, cela peut indiquer que la personnalité est scindée en plusieurs parties, des morceaux d'un puzzle géant. Les fragments peuvent être si petit qu'ils ne ne comportent qu'une seule mémoire ou le silence règne. C'est assez incroyable de penser au niveau de désintégration qu'il peut y avoir, et ce que cela signifie pour les survivants, lorsque nous nous retrouvons (mémoires et intégration des alters). Il y a des moments de joie dans la récupération, je ne crois pas que je pourrais l'expliquer avec précision par des mots. Retrouver un
    mouvement naturel authentique du corps, retrouver de la spontanéité dans son discours, ce que la plupart des gens tiennent pour acquis, est pour nous un but à atteindre.

    Notre très chère webmaster, Shirley Harshenin, est une personne merveilleuse qui, de par mon expérience avec elle dans le magazine, reste stable, équilibrée et claire, en dépit d'avoir été élevée elle-même dans une famille pratiquant l'abus rituel. J'ai beaucoup d'empathie et de respect pour elle, et j'étais très heureuse qu' elle ait prévu une liste de questions passionnantes pour vous, Lynn, qui venez nous apporter plus de détails au sujet de vos expériences. Vous décrivez des choses semblables à celles dont parle Shirley. Nous pouvons voir cette libération
    émotionnelles qui peut se produire lorsque les survivants partagent leurs histoires. Cela peut nous aider à mieux comprendre l'art de Lynn dans un contexte plus large, et plus personnel.

     

     

     

    Shirley Harshenin continue l'interview ...

     



    SH: Je tiens d'abord à dire combien je suis heureuse que vous ayez accepté notre invitation ! Ayant vécu "l'abus rituel satanique transgénérationnel" moi-même, j'ai un vif intérêt à ce que ce sujet soit traité - la connaissance est le pouvoir ! Bravo à vous, et à ceux qui comme vous, sont en mesure de partager leurs expériences - des défenseurs d'une cause que la plupart des gens ne veulent pas voir, ni même entendre parler. Je suis tellement contente !

    LS: Salut Shirley, je suis désolée que vous ayez vécu des horreurs semblables. J'espère que vous avez bien récupéré.

    Ça va, je vous remercie. Je suis curieuse de savoir comment les souvenirs vous sont remontés ? Vous-êtes vous toujours rappeler ? Était-ce au cours du traitement ? Ou comme moi, après avoir demandé de l'aide parce que vous pensiez devenir folle ?

    Il ya eu des abus ou je n'ai jamais dissocié (qui sont restés en mémoire). Puis, au fil du temps, par la dé-programmation, j'ai eu accès à des morceaux de mémoires amnésiques. Autant pendant la thérapie qu'en dehors. Il a fallu plusieurs années pour être en mesure d'accepter que les informations les plus extrêmes étaient bien réelles.

    J'ai des souvenirs à différents stades dans ma vie «normale» (ma vie a été divisée, très divisée, entre ce genre de choses qui ne devaient pas être mentionnées et des choses "normales" de tout les jours, comme aller à l'école publique, regarder Sesame Street, monté sur un vélo.) Un jour j'ai vu quelque chose que je n'étais pas censée voir, comme une robe noire à l'arrière du placard de mes parents. C'était un étrange sentiment, parce que je l'ai vu et je savais ne pas être autorisée à la voir. Ce fut une sensation comme une petite image devenant de plus en plus petite et se rapprochant de plus en plus près du centre de ma tête jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Je me souviens de deux occasions bien distinctes où cela s'est produit. L'autre fois, cela impliquait un livre que je ne devais pas voir ni lire. Ce genre d'expérience vous est-il arrivé, Lynn ?

    Oui, je me souviens de quelques incidents où le côté secret a été révélé à "la lumière du jour", et je me souviens avoir été punie pour en avoir parlé.

    Avez-vous été abusé / programmé à la maison et dans les laboratoires ? Y avait-il une connexion  maison - laboratoires / gouvernement?

    J'ai été abusée et il y avait une certaine manipulation précoce des alters dans les lieux de culte, mais tout le fractionnement formel et la mise en place de mon système interne a eu lieu dans les laboratoires. Ma famille avait un lien avec quelqu'un qui travaillait dans les programmes gouvernementaux, c'est comme cela que j'ai été recrutée. Beaucoup de ces docteurs, pas tous, ont été actifs dans les cultes également. Ils étaient au moins au courant de cette activité et utilisaient les alters créés par la torture rituelle à des fins diverses.

    Je peux m'identifier à beaucoup de choses dont vous parlez. Votre peinture "The Pick One Game», qui est en plein dans le sujet du culte - Nous faire choisir celui qui nous fera quelque chose, nous faire sentir que l'on fait partie du «jeu», que nous sommes responsable. Comment pourrions-nous dire ? Nous faisions partie de celui-ci et nous irions également en "prison".

     


    The Pick One Game © Lynn Schirmer

    Rendre la victime complice est une technique d'endoctrinement assez commune, et pas seulement dans les milieux sectaires.

     

    La menace d'aller en prison est également fréquente. J'ai souvent dit que la pire chose qu'ils aient jamais faite sur moi a été de me forcer à blesser les autres.

    Vous avez raison à propos de "The Pick One Game». Quand je l'ai peinte j'ai pensé à une pratique ou les enfants sont testés dans les laboratoires. Nos personnalités sont évaluées en fonction de la rapidité que nous mettons à administrer des chocs à d'autres enfants ou à nous-mêmes.

    Il n'y a pas un mot qui peut décrire cette horreur.

    Quel est l'élément déclencheur pour ces visages ? Il me font penser à des démons. J'ai vu des visages de démons, mais étaient-ils de vrais démons ? Étaient-ils des gens costumés juste pour nous terroriser ? Ont-ils été défiguré pendant l'enfance ? Ou bien tout cela en même temps ?

     

     

    Burial © Lynn Schirmer

     

     

     

    Je n'ai pas de souvenirs de visages démoniaques, mais j'ai des souvenirs de différents costumes qu'ils portaient. Certains ont été utilisés pour montrer le rang ou jouer un rôle dans un rituel, certains pour terrifier, et certains pour décrédibiliser ce que nous pourrions éventuellement raconter.

    En effet. J'ai lu des situations où les enfants de garderie parlaient de voyages à des endroits comme Las Vegas (Alors qu'ils vivaient dans l'Oregon, et un tel voyage pendant la garderie ne serait pas possible - donc, discrédite la parole) ou ils auraient rencontré Barney et Betty Rubble (les abuseurs étant costumés - ils sont Barney et Betty pour les enfants).

    Non seulement le visage "Burial" est un déclencheur (trigger) pour moi, mais l'idée de l"enterrement" est aussi très utilisée dans le culte d'où je viens. Être enterré vivant, Je me souviens avoir été dans un cercueil et c'est l'oncle qui m'a sauvé. C'était un coup monté pour me faire me rapprocher de lui, un test pour voir si j'allais parler, et si oui, je serais alors torturé. Je me souviens aussi avoir été enterrée dans une ancienne fosse septique, vide, mais
    dégoûtante, et de la douleur de la lumière du soleil dans mes yeux lorsque le couvercle a été retiré. des trucs de malades.

    Je suis désolé pour ce qui t'est arrivé, Shirley. J'ai entendu des histoires similaires de la part d'autres survivants, moi aussi j'ai été enfermée dans une grande variété de conteneurs et petits espaces.

    Vous n'avez pas souvenir d'avoir vu des "visages de démons", mais je vois beaucoup de cela dans l'art des survivants du contrôle mentale - comme le visage de votre tableau "enterrement". Je serais curieuse de savoir d'où viennent ces visages ? Sont-ils des souvenirs de visages vus, et si oui, sont-ils des «démons», sont-ils des masques ou du maquillage, ou sont-ils des enfants défigurés ? Les visages sont étranges, en ce sens qu'ils ne sont pas "normaux", ils sont, à mon avis (et je ne suis pas religieuse) tels des démons.

    Je n'avais jamais fait le rapprochement qu'il s'agissait de visages démoniaques. Je ne crois pas aux démons. Le visage de "Burial" est une expression physique de l'horreur que je ressentais à avoir été enterrée, comme une peur intense, la rage et la haine de soi aussi.

    Je vous remercie, Lynn. Oui, c'est tout à fait logique. La terreur déforme les visages. Une amie qui a vécu une expérience semblable a partagé avec moi son choc en voyant son expression faciale lors d'une vidéo pendant une thérapie de REM (rapid eye movement - EMDR ?). Elle a eu du mal à se reconnaître elle-même. Le moment de clarté, quand elle a réalisé que son visage était déformé par la terreur, était profond pour elle, et pour moi aussi lorsqu'elle m'a raconté cela.

    En parlant des visages, des expressions, les avez-vous vu "switcher" - c'est à dire passer de la normale, comme maman et papa, à "EUX" ?
    Vous pouvez sentir le changement dans l'air, vous pouvez voir le changement dans leurs yeux, vous savez qu'il y a un mal-être, et il n'y avait rien que vous puissiez faire.

    J'ai appris à détecter les changements de comportement très tôt, cela faisait partie de la survie. Je suis familière avec ce sentiment angoissant que ça allait être une mauvaise nuit.

    Ont-ils fait des trucs avec des chiffres aussi ? Les chiffres sont de grands déclencheurs pour moi.

    Oui, des nombres ou des suites de nombres peuvent avoir une grande signification pour les groupes occultes. Ils ont également utilisé des chiffres comme déclencheurs ou comme systèmes de référencement pour les alters dans les programmes gouvernementaux.

    Chiffres, et aussi des comptines modifiées.

    Dans votre cas, est-ce qu'ils étaient tous impliqués ? les parents ? grands-parents ? tantes ? oncles ? cousins ? frères et sœurs ?

    Votre art et les titres de vos oeuvres sont tellement déclencheurs pour moi. Comment les gens peuvent faire ce genre de choses ?
    Je ne comprendrais jamais.


    La famille, les gens dans la communauté, les médecins et les chercheurs, le personnel militaire.

    Je suis désolée que mon travail soit déclencheur. Il est une aide et un support, cependant. Il est choquant que certaines personnes soient capables de faire ça. Je n'ai pas de réponses moi-même, juste beaucoup de théories.

    Je suis très sensible sur ce qui se passe à l'intérieur de moi, et je sais ce qu'il faut faire pour passer à travers les moments difficiles - beaucoup d'années de traitement - tout est bien, tout est nécessaires. Je suis de travailler avec vous à faire cette interview en ligne.

    Famille, communauté, médecins, chercheurs, personnel militaire - je crois que c'est pour cela que le grand public est sceptique quant à ce type d'abus / contrôle mentale, parce que cela implique la communauté toute entière - la police, les médecins, les enseignants , et dans mon cas, les parents, grands-parents, tantes, oncles, cousins, frères et sœurs. J'ai lu le fascicule descriptif de la clinique ***  Transgenerational Satanic Ritual Abuse , et cela semble assez bien correspondre à ce que j'ai vécu. Croyez-vous qu'il existe un lien entre ce type de contrôle gouvernementale que vous avez vécu et les techniques de contrôle d'endoctrinement / esprit, c'est sûrement à mettre en parallèle.

    mes grands-parents tant maternels que paternels étaient impliqués - les deux grands-pères étaient des militaires, bien que mon grand-père maternel ne soit jamais allé à la guerre. Ce qui fait que à la fois le côté maternelle et paternelle aient participé rend mon histoire encore plus incrédule vis à vis du  grand public. Cela est incompréhensible pour eux. Et je le comprends. Je ne veux pas y croire non plus. Mais je n'ai pas cette option.
    Cela s'est passé.

    J'ai parlé de l'association dans mon introduction et j'ai écris à ce sujet sur mon site. Certaines de ces techniques fonctionnent en parallèle. Il y avait chevauchement entre le personnel du gouvernement l'activité du culte. Il existe des preuves selon laquelle les premiers chercheurs dans le domaine des programmes proviennent d'une tradition occulte et cela est une source pour la technique d'endoctrinement par traumatisme.

    Quant au SRA (satanice ritual abuse), ce type de violence semble bien être transgénérationnel, mais les chercheurs ont constaté qu'un certain nombre de groupes qui pratiquent l'abus rituel ne sont pas nécessairement sataniques. La plupart des grandes religions ou organisations peuvent contenir en leur sein un sous-ensemble de personnes qui pratiquent simultanément une croyance dans une force d'opposition. C'est le concept du dualisme. Nous avons affaire à des sectes dualistes.

    Vous avez dit que vous avez beaucoup de théories. Pourriez-vous expliquer davantage ? Quelles sont certaines de vos théories ? Moi, aussi, j'ai des théories, mais aucune ne semble envisageable.

    Mes théories sont basées sur la psychologie et sur notre évolution en tant "qu'animaux sociaux". Elles ont à voir avec la façon dont notre capacité d'empathie peut être étouffée, et la manière dont un grave traumatisme, des attachements négatifs ou inappropriés, et la réaction de lutte ou de fuite peuvent aboutir à créer un agresseur. Il y a des cultures qui ont pratiqué le sacrifice des enfants et l'euthanasie. Ces pratiques pourraient avoir surgie à l'origine sur les nécessité de la survie du groupe. Je voudrais pouvoir rentrer plus dans les détails, mais cela pourra faire l'objet d'un autre entretien. Dans tout les cas, les humains sont capables de pratiquer des actes les plus horribles qu'on puisse imaginer.

    En effet. M. Scott Peck, parle de ce sujet dans son livre, "People of the Lie". Bon livre.

    Je me souviens d'un grand nombre d'installations souterraines - Salles de ciment, des tunnels, des piliers. Avez-vous des souvenirs semblables ? Ou sont les laboratoires auxquels vous faites référence dans le gouvernement actuel, dans des immeubles à vocation médicale ? Je me souviens aussi avoir assisté à une "'camp d'été" dans une petite communauté dans les montagnes, où nous avons appris beaucoup de choses, dont l'une était l'écriture à l'envers. Avez-vous rencontré quelque chose comme ça ?

    Oui, j'ai des souvenirs d'installations avec des caractéristiques telles que celles-ci. Je n'ai participé à aucune sorte d'école spéciale ou de camp. cependant, de nombreux survivants parlent de voyages vers des installations étant soit-disant des camps d'été.

    Une autre question, nos animaux de compagnie - chats, chatons, chiens, oiseau - ont tous été torturés devant nous, et beaucoup ont été mutilés et tués. Cela a-t-il fait parti de vos abus ? Ou est-ce que votre famille n'incluait pas ce genre de choses ? Je me souviens d'un incident où ma mère a mutilé un chaton en face de nous, sur le buffet de la cuisine. Elle a ensuite planté des parties du corps du chaton dans un endroit de la cour où les chats dormaient habituellement. Nous étions ensuite torturés - étouffés - au point de perdre connaissance. Le lendemain matin, maman nous disait qu'elle avait entendu un combat de chat horrible pendant la nuit et que nous ferions mieux d'aller vérifier comment va le chaton. Nous étions sous le choc lorsque nous avons vu le chaton en morceaux, mais n'avions aucun souvenir que c'était notre mère qui l'avait fait. Quand nous revenions vers la maison en état de choc, elle nous regardait, observait notre réaction. Avez-vous eu ce genre de choses dans votre famille ? Ou en laboratoire ?

    Dans mon cas, les animaux ont été torturés seulement dans des contextes rituels, ou dans les laboratoires.

    Je me souviens d'une «cérémonie» (faute de meilleur terme) où nous avons été "ramené à la vie", en fait une renaissance à partir d'une carcasse de vache. Vous rappelez-vous quelque chose comme ça ?

    Oui, c'est aussi une pratique courante, de mettre les enfants dans les carcasses.

    Il y a eu tellement de tricheries lors dans différentes cérémonies qu'en tant qu'enfants, nous ne pouvions pas faire la différence entre le réel et la mise en scène. Cela est dévastateur car ça passe par les différents sens - l'odorat, l'ouïe, le toucher - Certaines des choses que nous avons vu étaient réelles, de véritables mutilations et même la mort. Mais, j'ai aussi un profond sentiment de soulagement de savoir que pas tout n'était pas réel.Certaines mutilations / décès étaient en fait des mises en scène. La RCMP qui a enquêté sur mon cas n'arrivait pas à comprendre d'ou pouvait venir tout ces enfants sacrifiés. Aujourd'hui j'ai deux réponses: La première est que certaines mutilations/mises à mort sont en fait des simulations. La deuxième: Juste essayer de googler "enfants disparus"! C'est flagrant.

     

     

     

    D'après votre expérience y avait-il des mises à mort ? Des Sacrifices ?

    Je crois qu'il y avait plus d'événements mis en scène que réels. Il n'est pas facile d'avoir ce genre de preuve. Des animaux ont été utilisés lors des rituels. Dans les laboratoires, ils ont utilisé toutes sortes d'images et de photographies de champ de bataille, d'exécutions ou de camps de la mort, ceci utilisé pour terrifier les sujets.

    Une dernière question. Avez-vous été programmée pour vous autodétruire (suicide ou folie) si jamais vous parliez ?

    Oui, c'est aussi un type très courant de conditionnement. La plupart d'entre nous le surpasse comme vous l'avez fait.

    En effet. Merci beaucoup, Lynn pour votre ouverture et ce partage qui sont très appréciés.

    Je vous remercie également d'avoir bien voulu aborder ce sujet pour le diffuser.

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger le PDF

     

     

     

    Source:

     

     

     

    http://www.madhattersreview.com/issue6/gallery_interview_lynn.shtml

     

     

     

    Ses sites internet:

     

     

     

    http://lynnsart.net/

     

     

     

    http://lynnschirmer.com/

     

    Enregistrer