• Conférence de Lynn Shirmer + Galerie de peintures en bas de page

     

    Source:

    http://www.madhattersreview.com/issue6/gallery_transcript_lynn.shtml

    Traduction: MK-Polis

    Télécharger le PDF

     

    Il s'agit d'une transcription de la conférence de Lynn Schirmer à la Neuvième Conférence annuelle sur les abus rituels / organisations secrètes et Mind Kontrol (S.M.A.R.T.). Elle date de août 2006.

    S'il vous plaît soyez prudent lors de la lecture de cette conférence (également pour la galerie de peintures en bas de page). Cela peut être très lourd pour les survivants. Toutes les accusations sont allégués. La conférence est informative et ne constitue pas une thérapie ou un traitement.

    Lynn Schirmer est une survivante de Mind Kontrol et d'abus rituels/tortures.

    Elle est une artiste et utilise son travail pour présenter au public le thème de la torture financée par l'impôt. Elle accueille chaque mois les gens dans ses ateliers. Elle est impliquée dans l'aide au logement d'artistes, et gère une petite galerie à Seattle.

    Le thème de la conférence est "Le fonctionnement du TDI (trouble dissociatif de l'identité) chez les survivants de Mind Kontrol et d'abus rituels"

    Conférence annuelle organisée par S.M.A.R.T. 

    _________________________________________________________

    Bonjour à tous.

    J'ai vais faire une conférence en deux parties aujourd'hui. Dans la première partie, je vais partager quelques concepts développés par des thérapeutes qui travaillent avec des survivants de traumatismes extrêmes que j'ai trouvé inestimable pour mon rétablissement. Dans la deuxième partie, la partie plus légère, je vais présenter un diaporama de quelques-unes de mes peintures et expliquer la signification de ses contenus liés à mon histoire.

    Un des psychologues qui a développé les concepts dont je vais vous parler interviendra tout de suite après moi.

    Voici pour ma brève introduction. Lowell, si je fais des erreurs, n'hésitez pas à prendre la parole et me corriger.

    Donc, je vais commencer par une petite histoire. Il ya six ans, j'ai suis tombée dans une impasse avec mon thérapeute. Je savais que j'étais multiple (souffrante de TDI) et je savais que cela était dû aux traumatismes extrêmes que j'ai subi auparavant. Je me doutais bien que c'était de l'abus rituel, de la torture, du contrôle de l'esprit (MK), mais je ne voulais pas l'admettre ou ne pouvait tout simplement pas. Il existe différents niveaux de connaissance/conscience, si vous voyez ce que je veux dire.

    Ma thérapeute, très patient et engagé a cherché à résoudre cette impasse. Elle a contacté un collègue local du Dr Routley et nous sommes allés le voir ensemble. Il m'a posé une série de questions et hocha la tête à mes réponses comme si il était au courant. Puis il m'a demandé de lui décrire ce que je voyais en ce moment à l'intérieur de mon esprit. Il m'a dit que peu importait si cela paraissait totalement fou. Quand j'ai répondu, il hocha la tête à nouveau, il avait entendu parler de cela avant. J'avais décrit les éléments et les détails d'une séquence de programmation standard pour quelqu'un de mon âge.

    J'ai regardé mon thérapeute qui n'en revenait pas, son collègue lui a alors expliqué ce qu'est une programmation / contrôle de l'esprit. Je travaille toujours avec le même thérapeute, soit dit en passant, elle est toujours très patiente et très engagée, et je l'ai vu en apprendre davantage sur ce monde des abus rituels et du contrôle de l'esprit en travaillant avec moi.

    Ce n'est qu'une illustration brève d'introduction, et je n'ai jamais pensé que je pourrais en parler, mais j'en suis venue à croire qu'un certain niveau d'expertise est nécessaire pour aider les survivants du contrôle mentale. Je ne voudrais pas conseiller à qui que ce soit une certaine thérapie ou tel thérapeute, cependant, considérant que les auteurs de ces crimes horribles ont eu près de sept décennies, des milliards de dollars, et l'accès à la technologie neurologique la plus avancée pour perfectionner leurs méthodes, pour aider les survivants, la science civile doit travailler aujourd'hui pour rattraper le retard.

    Comme je l'ai mentionné plus tôt, le Dr Routley et ses collègues ont développé un puissant moyen de comprendre comment la programmation fondée sur les traumatismes fonctionne, grâce à de récentes découvertes dans l'étude de la conscience humaine. Je pense que ce qu'ils ont à partager est extrêmement précieux et je vais vous en donner un bref aperçu maintenant.

    Au cours des dernières décennies, les chercheurs dans le domaine de la conscience ont développé un modèle ou métaphore pour expliquer comment la conscience fonctionne. C'est ce qu'on appelle le modèle du théâtre. Ils utilisent les composantes d'un théâtre comme métaphore pour expliquer les processus de conscience lors d'expériences. Le modèle n'est pas destiné à décrire l'anatomie neuronnale des zones d'activité consciente dans le cerveau, elle décrit plutôt la façon dont nous faisons l'expérience consciemment et la façon dont cela fonctionne en général.

    Donc, commençons par le modèle. Dans un théâtre, il y a la scène, les acteurs, les projecteurs, le jeu de scène, le réalisateur et le public. Selon le modèle, l'acteur sur scène sous les projecteurs est actif et conscient, la pensée et le comportement sont en mouvement. Qu'est-ce que le théâtre favorise directement pour aider à prendre conscience ? Qu'est ce qui, hors de la scène, est inconscient ? Je vais me concentrer sur quelques-uns des éléments du théâtre, ceux qui ont été le plus utile pour moi afin de comprendre comment fonctionne mon système interne.

    Et s'il vous plaît, si cela n'a aucun sens pour vous, n'hésitez pas à lever la main. Vous aurez probablement des compléments dans une heure ou deux et cela apportera plus de sens à tout cela.


    Quand le thérapeute m'a conseillé de lui dire ce que j'ai vu à l'intérieur, c'était une question très profonde.
    Il voulait attirer mon attention sur ce qui se passait dans mon théâtre intérieur.

    La scène du théâtre représente mon intérieur ou j'expérimente, comme tout le monde, l'expérience de la parole interne, la visualisation et autres perceptions. Il est appelé l'espace de fusion.

    Q: «Il s'appelle comment ?"

    L'espace de fusion/mélange.

    Vous pouvez trouver accéder à cet endroit par un simple exercice. Juste visualiser un objet de votre choix, et essayer de noter l'endroit ou vous sentez qu'il se passe quelque chose à l'intérieur. C'est en fait une chose très simple et apparemment évidente pour certaines personnes, mais pour les survivants de contrôle mentale, conditionnés pour éviter toutes sortes de sensibilisation interne/introspection, cela peut être une découverte nouvelle et importante. Être capable de voir à l'intérieur de l'espace de fusion peut être un outil puissant. Avec la pratique, c'est là que vous pouvez observer les éléments de la programmation dans ce "jeu", et même y intervenir par vous même.

    Maintenant, revenons à un autre élément du modèle "théâtre". L'acteur qui est à l'honneur sur la scène est idéalement/normalement le noyau, le SOI. C'est la personne normalement constituée avec une seule personnalité. En multiples (TDI), il peut être l'alter qui contrôle à un moment donné l'organisme. Les acteurs (alters) n'étant pas sous les projecteurs représentent des sous-ensembles ou des routines, des compétences, des souvenirs, des sentiments appelés à agir dans les comportements ou des expériences particulières. Ces acteurs peuvent entrer et partager à tout moment la vedette avec l'acteur principal. Cette métaphore décrit le processus de mélange/fusion. Dans les survivants de traumatismes, il explique comment nous pouvons soudainement éprouver l'émotion d'une intense douleur physique qui est une autre partie de nous coincée dans une mémoire traumatique. Les alters peuvent se mélanger les uns avec les autres.

    Hors de la scène, il y a le directeur, et je crois que, pour un fonctionnement normal, le directeur a une fonction exécutive pour décider ou récupérer les acteurs, les accessoires, qui sont nécessaires à un moment donné. Cependant, je comprends que le directeur dans mon propre système serait la partie principale de commutation, l'alter qui contrôle l'acteur principal. Cette partie principale a été identifié très tôt par les programmeurs, dans mon cas. Elle a été fortement et à plusieurs reprises ciblée et conditionnée. Je crois que c'est une tactique commune et nécessaire afin de conserver le contrôle sur le système des alters d'une victime. Si cela est guéri et rétabli, un survivant peut reprendre le contrôle majeur sur son système d'atlers et d'éviter à la programmation de s'exécuter.

    Mes efforts pour déconditionner et libérer ma partie principale de commutation ont été une composante majeure pour mon rétablissement. Donc être capable de regarder à l'intérieur de cet espace de fusion, pour voir quels sont les signes avant-coureurs de programmation, tels que les "introjects", et alters traumatisés qui pourraient être présents. Sans l'accès à cette technique que j'ai eu la chance de découvrir, la récupération aurait été beaucoup plus difficile et douloureuse.

    Donc, je voudrais profiter de l'occasion pour remercier le Dr Routley et ses collègues qui m'ont beaucoup aidé.

    Q: Comment épelez-vous Routley ?

    Il est noté dans le programme, il parle tout de suite après moi, c'est r.o.u.t.l.e.y.

    C'était donc la partie technique de ma conférence, je vais arrêter là et répondre à vos questions maintenant, ou si vous voulez que je précise une chose ou deux, faites le moi savoir.

    Q: L'espace de fusion/mélange, pourriez-vous le décrire à nouveau, vous visualisez un objet interne ?

    Oui

    Q: un objet physique ?

    Oui

    Q: Et c'est là que la programmation se trouverait ..?

    Vous pouvez effectivement, si vous développer cette compétence, examiner l'intérieur de votre espace de fusion, vous pouvez voir de petits objets et les décors que les programmeurs ont utilisés et qui  fonctionnent pour la programmation.

    Q: Comment la créativité aide-t-elle à briser la programmation et à guérir ?

    Cela me permet d'exprimer mes sentiments et certaines de mes expériences dont je n'ai pas encore conscience ou que je n'ai pas encore traité. Donc, c'est un peu de sa libération, elle libère un peu la tension et aussi elle me permet de dénoncer cela au public, c'est extrêmement important.

    Q: Pensez-vous que l'abus vous a rendu plus créative ?

    Tout à fait. J'avais l'habitude de penser que les artistes sont nés avec le talent, mais je n'y crois plus. Je crois que cela arrive à cause des effets des traumatismes de la petite enfance sur les différentes parties du cerveau.

    Q: Vous avez dit quelque chose à propos de retrouver les souvenirs, je pense que vous parliez d'une séance pour arriver à prendre connaissance de cette programmation. Comme avez-vous obtenu vos souvenirs, comment avez-vous pris conscience de la façon dont vous avez été effectivement programmé ?

    Oh oui, je retrouve toute la mémoire, je me souviens avoir été dans des laboratoires. Je me souviens de ce qu'ils ont fait et pourquoi, et pour quels résultats. Cela se traduit par un comportement interne très automatique qui finit par s'extérioriser.

    Q: Que pensez-vous qu'il va arriver à vos alters lorsque vous serez guéri ? S'intègrent-ils, sont-ils toujours là ?

    Ils s'intègrent dans le présent, en fait, ils... je ne sais pas comment expliquer tout cela, ils passent par une sorte de processus. Il y a une certaine intégration, mais quand je récupère une mémoire, en général, le processus est de sortir cet alter de son état congelé dissocié. J'apporte l'alter qui détient la mémoire dans le présent, je le familiarise avec le présent et je transfert cette mémoire dans un "récit de vie". Puis mes alters n'ont juste qu'à s'adapter au monde nouveau (du présent), ils s'y habituent, ils doivent évoluer.

     

     

    Voici la section d'art maintenant, ces images peuvent être extrêmement "déclenchantes". Il y a de la nudité, je ne crois pas qu'il y ait une représentation graphique de la violence, mais elles sont émotionellement intense. Donc, si vous avez besoin de vous lever et partir, je ne serais pas personnellement offensé en aucune façon.



    (1ère peinture - image non disponible)

    Voici une peinture très ancienne. Elle date de 1990 et c'est alors que je commençais à faire des travaux de grands formats. Il a été peint à l'acrylique et je vous le montre aujourd'hui, parce que j'ai récemment eu la mémoire concernant son contenu. Il est nommé:
    “Into the White Where Bones Don’t Store Pain”
    C'est un souvenir très profond et je ne veux pas "déclencher" personne en allant trop dans les détails. J'étais dans les laboratoires, très jeune, trois ans et demi ou quatre ans. Ils étaient très brutal. Ils travaillaient en me demandant de me détacher de moi-même/de ma base/noyau/SOI (processus de dissociation). Ils appelaient toujours le noyau (personnalité principale) "le rayonnant", et je savais ce que c'était instantané lorsqu'ils prononçaient "rayonnant". J'étais donc en train d'être torturé, et je devais occulter/mettre de côté/oublier mon "rayonnant", ma personnalité de base, la laissée dans une autre pièce, dans un autre endroit, je ne le faisais pas bien sûr. Je ne savais pas où elle était et j'ai craqué quand je me suis souvenu de cela, mais, elle se cachait, je l'avais enregistré, ou imaginé stockée dans ma jambe. C'était le seul endroit sur mon corps où il n'y avait pas d'électrodes. Ils avaient manqué une zone sur ma jambe et c'était là qu'elle se trouvait. Elle était enfouie profondément près de l'os, prête à ressurgir.....

     

    Lynn Schirmer © 2006

    Avec ce tableau, nous sautons directement en 2003, il est peint à l'huile. Il s'appelle "Bound". J'utilise beaucoup de symboles ici, les mauvaises herbes symbolisent des fils électrique. Fondamentalement, il s'agit de ce que c'est que d'être dans un corps qui passe par des choses horribles. Cette peinture est exposée dans le salon Pioneer Square à Seattle et effraie les clients et réduit les ventes de bière.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     Cette peinture est de la même période, elle est appelée "pique-nique". Je n'étais pas sûr de sa signification quand je l'ai terminé, mais comme vous pouvez le voir, je tiens ma tête et il ya des sortes de mauvaises herbes qui sont attachées à l'arrière de ma tête. Vous pouvez très bien deviner de quoi il s'agit.

    Beaucoup de bébés rouges se sont retrouvés dans mon travail. J'ai toujours pensé que c'était une représentation de mon cœur comme un être blessé, mais ensuite j'ai connecté avec les grossesses et les enfants perdu. Une critique d'art majeur de Seattle est venu dans mon atelier et elle a vu mon travail et tout ces bébés. Elle a supposé que j'avais perdu des enfants et que c'était pour cela que je peignais ce sujet. Elle sait peu de choses, pour le moment en tout cas.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     C'est une image difficile, Je sais. Beaucoup de gens viennent dans ma galerie et ils disent, oh, quelle peinture étonnante, mais je ne pourrais pas vivre avec ça chez moi. Ouais, moi non plus, non, plus maintenant. Je ne sais pas si le Dr Routley vat parler de ce sujet, la peinture se réfère à la méthode Wadda. C'est pourquoi le cerveau est divisé en deux. C'est une méthode que les programmeurs utilisent pour nous conditionner à utiliser une moitié de cerveau et pas l'autre, d'isoler les alters les uns des autres. La méthode Wadda est utilisée dans la pratique médicale normale. Qu'arrive-t-il lorsqu'ils injectent une anesthésie dans une artère d'un côté, ça monte et ça n'anesthésie qu'un côté du cerveau et le côté correspondant du corps opposé. C'est ce qu'on appelle «l'œuf».

     

    Lynn Schirmer © 2006

    Celui-ci est appelé «Lab Room Six"
    Ceci est juste un cliché de ce que j'ai ressenti quand j'ai pu enfin émerger d'une boîte de Skinner ou j'avais été enfermé, avec mes souvenirs de ses parois vertes. Je suis "dingue" ici, divisée/dissociée.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Celle-ci aussi est difficile. L'un des intervenants a parlé hier du culte visant à enterrer la victime pour simuler la mort, ce que j'ai subi. C'est une peinture représentant la façon dont j'ai ressenti cela, elle est appelée "Enterrement".

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Cette peinture s'appelle "Twins" et elle a plusieurs couches de signification, l'expression de rage et de douleur des jumeaux, hommes et femmes, mais il y avait aussi un processus dans ma programmation appelé jumelage. Des alters ont été délibérément jumelés avec un autre à l'intérieur du système. Leur comportement est la fois de complimenter et de perturber l'autre.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    ______________________________________________________________________

     

    Lynn Schirmer © 2006

    Maintenant, nous arrivons aux travaux les plus récents. La série de peinture précédente m'a beaucoup aidé, mais tout n'a pas été résolu complètement. Donc, j'ai entamé de nouveaux travaux chaque mois lors de mes portes ouvertes d'ateliers, et n'étant pas en mesure d'obtenir de grandes toiles, je suis allée vers le dessin. C'est à peu près l'essentiel du travail que j'ai fait dernièrement. Celui-ci est appelé "Infanitite".

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Il s'agit de "Boy Ralph". Il s'agit d'un alter qui existait autrefois dans une sorte d'ours en peluche, une forme animale. Il s'agit d'un alter très protecteur et il a grandi dans ce genre de garçon multi-faces.

     

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Aujourd'hui mes dessins sont plus petits, mais j'ai un atelier assez grand, j'ai d'énormes murs blancs. J'ai eu cette excitation quand j'ai pensé à couvrir tous les murs avec des dessins monumentaux. Mon travail a pris une énorme ampleur. Je me suis beaucoup amusée, mon bras se déplaçant avec tout mon corps pour construire ces dessins. Cette pièce est de 4 pieds par 8 pieds et il est appelé «un jour moyen». Les gens se demandent qu'est-ce que tu veux dire par là ? Eh bien, c'est un peu ce que je traite en interne sur une journée moyenne.....

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Cette pièce est de 8 pieds de haut. J'ai dû utiliser une échelle pour dessiner les visages tout en haut. Il est assez imposant. Il a été montré au Centre d'Art Contemporain à Seattle l'été dernier. (Jennifer & James)

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Celui-ci est appelé "Ginger en péril". Il fait 4 pieds par 6 pieds. Il y a ce personnage bizarre dans le coin supérieur droit.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Celle-ci est appelée "Sleep"

     

    Lynn Schirmer © 2006

    Celui-ci s'appelle "Canine". Les têtes au sommet représentent des versions intériorisées des programmeurs. Le personnage principal est un jeune alter, très provocant et sous contrôle. C'est un mélange avec un enfant et un caractère protecteur de chien.

     

    Lynn Schirmer © 2006

     

    Et voici la dernière. Cette pièce est en fait 9 pieds par 15 pieds de long, et c'est mon œuvre la plus populaire. Je l'ai eu dans mon atelier pendant 3 mois et les gens l'adoraient. Je ne sais pas pourquoi, c'est peut-être la taille. Il me reste encore 15 pieds sur le rouleau de papier, donc je vais continuer, puis je vais chercher un lieu pour exposer l'année prochaine. Elle s'appelle "la charge et l'amputation".

    La "charge" étant de vivre au jour le jour avec tout ça en permanence à l'intérieur de soi. "L'amputation", il s'agit d'une technique qu'ils utilisaient sur moi assez souvent. Des représentations de membres coupés reviennent souvent dans mon travail. Ils avaient cette technique en utilisant des chocs électriques et de la Novocaine pour me faire ressentir comme si mes pieds avaient été amputés, même si ils étaient toujours là.

    Quelqu'un a-t-il des questions sur l'art?

    Q: Avez-vous suivis une formation officielle sur le dessin figuratif parce que c'est vraiment très bon.

    Merci. Quand j'étais enfant mes parents ont eu différentes réactions à propos de ma capacité pour le dessin. A un moment, ma mère est devenue très fière de moi, je n'avais que 9 ou 10 ans, elle m'a inscrite à des cours d'art figuratif, puis j'ai évolué par moi-même, jusqu'à ce que je commence à étudier les techniques de peinture classique il y a quelques années. En fait, mon trouble a contribué à ma peinture.

    Q: Comment utilisez-vous votre art en thérapie? Vous avez dit à un moment donné je ne peux pas attendre pour comprendre ce que cela signifie, l'utilisez-vous comme thérapie, qui ensuite vous aide à retrouver l'information ?

    Non, je vais laisser mon 'système' décider quand il voudra faire face à ces informations (mémoires). Il semble n'y avoir aucune limite de temps entre le moment où le dessin/peinture apparaît et quand je découvre ce que cela signifie. Parfois, je sais ce que cela veut dire avant même de créer la pièce.

    Q: Vous avez fait allusion à la façon dont vos parents ont réagi, ont-il exploité votre talent lorsqu'ils l'ont découvert ?

    Seulement pour leur fierté personnelle vis à vis de la société, vous savez: "ma fille est une artiste..etc". Puis aléatoirement, il y avait des découragement et des punitions. Quand j'étais jeune, et j'en ai parlé la dernière fois que je suis venue ici, quand j'étais jeune, beaucoup de traumatismes sont sorti dans mes petits dessins au crayon et j'ai été sévèrement punis pour avoir produit ce genre de chose.

    Q: À propos des parents, il est souvent dit que les gens créatifs ont été nourris par le côté féminin dans leur famille, leur mère ou quelqu'un qui a vraiment cru en eux et les ont poussé vers l'avant. Vous aviez dit qu'il y avait de petites étincelles, mais j'imagine que vous n'avez pas eu beaucoup de soutien dans votre créativité, alors je me demande où est cette autre source qui a nourrit votre créativité?

    Je ne sais pas. Je la ressens comme étant liée au mépris que j'ai subi et à ma volonté de survivre. Je n'ai pas eu beaucoup de stimulant féminin, la plupart de mes attachements étaient des hommes.

    Q: J'ai toujours voulu être impliqué dans une exposition d'art pour les survivants, avez-vous des suggestions ?

    En fait, j'ai élaboré une proposition pour un évènement intitulé "Operational". Il consiste à rassembler le travail de survivants d'abus rituels MK de tout le pays, ainsi que des documents d'information. J'ai l'espoir d'exporter cette exposition au niveau national, par la suite.

    Vous pouvez toujours créer votre propre évènement. Où que vous habitiez, il ya probablement un lieu que vous pouvez soit louer ou utiliser.

    Q: Parfois, vous savez ce que vous peignez, et parfois cela vient de vos tripes sans savoir pourquoi, trouvez-vous cela thérapeutique de poser cela sur le papier ou la toile ?

    Oui. Ma peinture vient des traumatismes que j'ai traversé, et ils étaient sévère quand j'étais gosse pour avoir dessiner des choses que je ne devais pas dessiner, il ya toujours tellement peur.... Je n'ai aucun doute qu'il y a une programmation allant à l'encontre de ma créativité, donc je règle ce problème à chaque fois que je travaille. Quand je travaille je sens que c'est à ce moment là que j'ai le plus de connexion avec ma personnalité de base. Je ressens un sentiment de... "je me sens autorisé". Je ne sais pas si il s'agit d'obtenir un dessin sur ou c'est juste que je me sente en contact avec mon MOI et faire quelque chose en tant que Lynn.

    Q: Pour ceux d'entre vous qui êtes désireux de trouver un moyen de présenter des expositions/évènements, je ne sais pas où vous vivez, mais à Jersey (état), il existe des fonds communautaires disponibles par le biais de l'État et des comtés pour travailler avec l'art et j'imagine que beaucoup d'autres États proposent cela également. En tant que poète, quand je suis dans le processus de création d'un poème je ressens un sentiment de grande joie. Je pourrais pleurer sur mon sort plus tard, mais pour moi l'acte de création est en soi une joie et je me demandais si cela est vrai pour vous aussi ?

    Tout à fait.

    Q: Vous avez changé ma perspective sur l'art non-réaliste. Dans les musés, à chaque fois que j'ai vu du Picasso ou autre, avec ces distorsions de parties du corps, je pensais qu'il s'agissait d'abuseurs se moquant des victimes. Maintenant, je sais que ce n'est probablement pas toujours le cas. S'ils étaient abuseurs et non victimes, cela ne pourrait pas sortir d'eux.

    Oui, quelqu'un d'autre ?

    Q: Juste un commentaire, vous avez de toute évidence vécu beaucoup de traumatismes, mais je pense que vous avez un talent énorme.

    Je vous remercie. J'ai l'intention de me faire connaître, le but étant de s'assurer que cette histoire d'abus rituels sorte pour que certains puissent ensuite y répondre et que le contrôle de l'esprit se trouve exposé. C'est mon objectif.

     

    http://lynnsart.net/

    http://lynnschirmer.com/

     

    Télécharger le PDF

    Sources:

    http://www.madhattersreview.com/issue6/gallery_transcript_lynn.shtml

    S.M.A.R.T.

     

    __________________________________________

     Galerie

    Attention, contenu pouvant être perturbant.

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Conférence de Lynn Shirmer

     

    Sources:

    http://lynnsart.net/

    http://lynnschirmer.com/

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer