• ➤ Le procureur de la république croate contraint de démissionner parce qu'il est franc-maçon...

    ➤ Le procureur de la république croate contraint de démissionner parce qu'il est fran-maçon...Le procureur général de la république de Croatie vient de démissionner de ses fonctions ce 19 février. Dražen Jelenić a récemment fait une déclaration publique annonçant que la révélation de son appartenance à la franc-maçonnerie le contraignait à présenter sa démission, notamment suite à des pressions venant du sommet de l’état. Il a déclaré : « Mon adhésion à cette association légale n’a eu aucun impact sur mon travail, mais après les insinuations récentes à cet égard, il m’était devenu pratiquement impossible de continuer à assurer ma mission (…) Je ne considérais pas nécessaire d’en parler publiquement puisque cette activité n’allait pas à l’encontre de ma position de Procureur de la République ».

    Le premier ministre croate Andrej Plenkovic a confirmé jeudi qu’il avait accepté la démission du procureur en chef Jelenic, après avoir admis qu’il appartenait à une loge maçonnique. Il a déclaré : « Cela ne signifie pas qu’il a agit contre la loi (…) Il s’agit là d’une question d’intégrité quand aux personnes qui gouvernent les plus hautes instances. » Le premier ministre a ajouté que le problème est que le gouvernement n’avait aucunement été informé de son appartenance à la franc-maçonnerie. À l’occasion de cette affaire, le président élu Zoran Milanovic a affirmé qu’il avait lui-même été invité à rejoindre les frères trois points, mais qu’il avait refusé.

    C’est l’hebdomadaire croate Nacional qui a révélé, preuves à l’appui, que Jelenic est un franc-maçon qui a volontairement gardé le secret sur cette affiliation à la loge. L’ex-procureur a tout d’abord nié appartenir à une organisation secrète en affirmant qu’il ne s’agissait que d’une association civique déclarée, conformément à la loi… Puis il a finalement déclaré aux médias qu’il avait reçu l’initiation maçonnique le 8 mars 2018… et un mois plus tard il était nommé à son poste de procureur de la République.

    Il faut savoir que les hauts responsables croates sont tenus de déclarer leur appartenance à des associations ou organisations auprès de la Commission pour la Résolution des Conflits d’Intérêts. Chose que Jelenic n’a pas jugé bon de faire…

    Le ministre de la Justice Drazen Bosnjakovic a quand à lui affirmé que le gouvernement n’était pas au courant de cette affiliation maçonnique du procureur général, en déclarant publiquement : « Il est inacceptable que le procureur général soit membre d’une telle association, indépendamment du fait qu’elle soit enregistrée légalement, car son activité dissimulée derrière le voile du secret représente un risque potentiel pour son impartialité. »

    Le militant politique croate Ivan Vilibor Sinčić, candidat à l’élection présidentielle de 2014, affirme que ce ne sont pas les structures officielles comme le gouvernement et le Parlement qui gouvernent le pays, mais plutôt des lobbies et des loges.

    Il a déclaré : « Cela se confirme avec cette affaire du procureur général. Ce qui est très révélateur ici, c’est que Mr Jelenic n’a pas été licencié parce qu’il a mal fait son travail, ni parce qu’il était franc-maçon… mais bien à cause du fait que son appartenance à la franc-maçonnerie a été découverte et mise en lumière par la presse (...) Je constate également que Mr Jelenic a rejoint l’association maçonnique en mars 2018, suite à quoi en avril 2018 il a été nommé procureur général… puis en mai 2018 les premières lettres concernant l’affaire Borg sont sorties…

    Je ne crois pas Mr Bosnjakovic et Mr Plenkovic lorsqu’ils disent « nous ne savions pas ». Ce n’est pas vrai, je suis convaincu qu’il savaient et je pense que de nombreux membres d’importants partis sont également francs-maçons. Le pouvoir n’est pas dans les institutions, mais bien souvent à l’extérieur. »

    « ➤ Muriel Salmona évoque à demi-mot le contrôle mental basé sur les traumatismes (MK)➤ Psycho-complotisme : KAD MERAD soumis au test de "L'ÉCHELLE DE BRUDER"... s'en sort indemne »

  • Commentaires

    1
    Hors sujet
    Vendredi 28 Février à 14:57

    Le militant me semble aussi avoir raison (l'influence des loges est plus que probable).

    Hors sujet.
    Quel est la référence exacte de la citation mise en exergue ?
    "Si le scandale vient de la vérité il faut supporter le scandale plutôt qu'abandonner la vérité" (S. Grégoire le Grand).
    J'aimerai voir le contexte pour savoir de quel scandale et de quelle vérité parle l'auteur.
    D'après le blog je comprends que vous en faites la lecture suivante :
    "Si le scandale vient de la révélation de la vérité [révélation du contrôle mental, des abus rituels, etc.], il faut supporter le scandale [créé par cette révélation] plutôt qu'abandonner la vérité [en niant la réalité des faits révélés]".

    Je pose la question parce que chaque fois que je la lis deux autres citations me reviennent en mémoire qui m'en brouille la lecture l'espace d'un instant car elles ont des définitions complètement différentes.

    "Il est impossible qu'il n'arrive pas des scandales; mais malheur à celui par qui ils arrivent !" (Luc, 17,1)
    Dans la citation de S. Grégoire le scandale est un scandale qui n'a pas sa raison d'être, dans la citation présente c'est un scandale d'une autre nature, un scandale qui ne provient pas de la réaction d'une opinion à la révélation d'une vérité factuelle, mais des faits eux-mêmes. La malédiction n'est pas lancée sur celui qui révèle le scandale mais sur celui qui le produit. Transposer sur le sujet de la pédocriminalité : Malheur aux pédocriminels (et non à celui qui les dénonce), le scandale étant la pédocriminalité elle-même (et non la réaction de la société à la pédocriminalité).

    "Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer." (Matthieu 18,6. Marc 9,42. Luc 17:2)
    Idem ici le scandale est un acte réel, en l’occurrence commis contre les enfants (*). On peut l’interpréter de manière générale comme une condamnation sans appel de tout ce qui scandalise ou traumatise les enfants, et en particulier de ce qui les scandalise ou traumatise au plus haut point : la pédocriminalité. Il vaut mieux pour lui (et pas seulement pour la société et les enfants) que le pédocriminel meurt plutôt qu'il commette son acte scandaleux.
    Mais étrangement l'église ne cite jamais ce passage ni pour condamner la pédocriminalité en son sein ni pour la prévenir (elle pourrait insister sur ce passage lors de la formation de ses prêtres). Ce qui montre son degré de tiédeur morale ou de lâcheté et son manque de discernement.

    (*) La citation parle d'enfant "qui croient en moi", non par pour faire une différence et exclure ceux qui ne croient pas mais pour souligner que tous les enfants (contrairement aux adultes) sont proche de Dieu. Le Christ parle non pas en tant que leader d'une religion (pas encore établie) mais en tant que "Je suis le chemin, la vérité et la vie" (Jean 14,6). En ce sens tous les enfants croient, leur innocence est une ouverture complète à la vie. C'est pourquoi les scandaliser ou les traumatiser est pire que tout.

    2
    Storm
    Vendredi 28 Février à 23:00

    Il avait une bonne tête pourtant... Ha les pays du tiers monde, ils ne font rien qu'embêter les FM... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :