• ➤ L'univers occulte de David Bowie + analyse de "Blackstar"

    Source : http://vigilantcitizen.com/musicbusiness/occult-universe-david-bowie-meaning-blackstar/

    Traduction par Hélios : http://bistrobarblog.blogspot.fr/2016/01/lunivers-occulte-de-david-bowie-12.html

    David Robert Jones, dit David Bowie, décédé le 10 janvier 2016, le surlendemain de ses 69 ans, est un chanteur qui ne peut laisser indifférent. Son androgynie, son regard spécial dû à une pupille gauche dilatée en permanence (suite à un coup reçu dans l’œil quand il était tout jeune) et le thème de ses chansons lui ont donné une aura très particulière. Vigilant Citizen s'est intéressé à une facette supplémentaire de ce personnage, son attrait pour l'occulte et il nous livre entre autres le décodage de son dernier album, Blackstar, sorti le jour de son anniversaire, l'avant-veille de sa mort.
(J'ajoute des liens directs vers les vidéos des différentes chansons examinées dans l'article, qui ne figurent pas dans l'article de VC.) - Hélios.

     
    Au lendemain de la mort de David Bowie, son dernier album, "Blackstar", se révèle son chant du cygne, conclusion énigmatique d'une carrière ponctuée d’alter-égos fantastiques et de symbolisme ésotérique. Nous allons étudier la signification de "Blackstar" dans le contexte de la carrière de Bowie.

    Très peu d'artistes peuvent rivaliser avec la longévité de David Bowie dans l'industrie de la musique, avec une carrière étalée sur 50 ans et la production de 28 albums. Au fil des décennies, Bowie est passé d'un genre musical à un autre, et même d'un personnage à un autre, mais avec une constante : il était environné d'une aura mystique.

    À travers son œuvre, Bowie s'est métamorphosé en un 'maître ascensionné' musical, une figure gnostique à l'image du Christ, ayant accédé à un haut niveau d'illumination et qui aspirait à communiquer un message crypté à l'humanité. Bien qu'on puisse attribuer ses nombreuses excentricités aux drogues et au rock and roll, il est impossible de faire le portrait de l'artiste sans mentionner son obsession la plus tenace : l'occultisme occidental.

     

    David Bowie, né David Robert Jones en 1947, est considéré par certains comme une sorte 'd'homme de la Renaissance' dont l'universalité professée est une tentative pour montrer l'apogée de l'évolution en rassemblant les éléments fragmentaires de notre société ; il s'apparente ainsi à de nombreux occultistes.
    Mais à la différence de la plupart des occultistes, Bowie possède une fortune considérable, des critiques élogieuses, une intelligence pénétrante et un physique avantageux qui dure ; il semble prêt à atteindre des niveaux et réalisations encore plus élevées. Prochaine étape, la divinité ? Ici on trouve un élément faustien/méphistophélique. Comment peut-on expliquer autrement l'apogée absolue de la trajectoire matérielle de cet homme ? En fait, certaines personnes sont convaincues que son succès colossal n'est pas dénué d'une certaine forme d'assistance surnaturelle. (…)
    On ne peut néanmoins ignorer que Bowie a construit son personnage public à partir de divers morceaux d'un puzzle basés sur l'occultisme moderne. Il a rassemblé quelques-uns de ces morceaux dès l'âge de 16 ans.
    – Peter R. Koenig, The Laughing Gnostic – David Bowie et l'Occulte

    Tout au long de sa carrière, Bowie n'a souvent été qu'un réceptacle, prêtant son corps à divers personnages qui s'exprimaient à travers lui, communiquant souvent des messages à la profonde signification occulte.

    Son dernier album, Blackstar ne fait pas exception. C'est en fait le chapitre final "méticuleusement planifié" du "Livre de Bowie", celui qui confirme la véritable signification de son œuvre et l'inspiration occulte qui la sous-tend. Ainsi, pour comprendre Blackstar, on doit d'abord comprendre quelques-unes de ses plus emblématiques imageries.

    Le Bowie occulte

    S'il fallait sélectionner une citation qui résumerait avec le plus de pertinence le David Bowie occulte, ce serait probablement celle-ci :

    “I’m closer to the Golden Dawn
    Immersed in Crowley’s uniform
    I’m not a prophet or a stoneage man
    Just a mortal with potential of a superman”
    Quicksand
    Je suis proche de la Golden Dawn
    Revêtu de la tenue de Crowley
    Je ne suis pas un prophète ou un homme de l'âge de pierre
    Juste un mortel au potentiel de superhomme
    – Quicksand
    Par ces quatre lignes, Bowie révèle la source de sa vision ésotérique : la société secrète de la Golden Dawn ["Aube dorée"].
    "La Golden Dawn était une société secrète de magie, la gloire suprême du renouveau occulte qui fleurit à la fin du 19ème siècle et enseignait un mélange unique de mysticisme juif (nommé Kabbale, qu'on trouve aussi dans le symbolisme de Bowie), de voyage astral, de magie, de yoga (également pratiqué par Bowie) et des moyens de communiquer avec les anges et les démons. Pour entrer en communion avec ces derniers, il était d'abord nécessaire de vider son esprit, de libérer un espace pour laisser entrer l'inconnu – ce qui présente une forte ressemblance avec la méthode de découpage des textes de Bowie".
    – Ibid.

    Quand Bowie déclare qu'il est "revêtu de la tenue de Crowley", il parle d'Aleister Crowley, l'occultiste britannique du 20ème siècle membre de la Golden Dawn et fondateur de l'O.T.O. (Ordo Templi Orientist). Il était surtout connu pour ses recherches dans le domaine de la magie sexuelle, de la magie noire et de sa philosophie, le Théléma.

    Les techniques magiques se sont popularisées grâce aux écrits d'Aleister Crowley qui fut d'abord membre de la Golden Dawn et plus tard de l'O.T.O., qui était (et est toujours) profondément impliquée dans la magie sexuelle. Le public perçoit la Golden Dawn et l'O.T.O. comme des organisations pseudo-maçonniques où l'aspirant passe par les étapes d'une cérémonie d'initiation vêtu de costumes semi-égyptiens – semblables à celui que portait Bowie lors d'une séance de photo avec Brian Ward en 1971.
    – Ibid.
     Aleister Crowley (à gauche) et David Bowie sur la pochette de la version CD de Space Oddity.


    En 1976 Bowie déclarait:

    "Mon intérêt majeur, c'est la Kabbale et Crowley. Ce monde noir et plutôt effrayant du vilain côté du cerveau."

    Dans une interview de 1983, Bowie ajoutait :

    "J'avais cet intérêt plus que passager pour l'égyptologie, le mysticisme et la Kabbale. À l'époque il semblait parfaitement évident que c'était une réponse à la vie. Ma vie entière se transformait en ce monde fantastique nihiliste bizarre de catastrophe imminente, en caractères mythologiques et en totalitarisme futur."
    – David Bowie, Musician, Mai 1983

    Connaissant l'importance de l'occultisme dans la vie de Bowie, les personnages de sa carrière acquièrent un niveau de signification supplémentaire, niveau qu'on retrouve renforcé dans Blackstar.

    Major Tom

    En 1969, Bowie sortit Space Oddity, un 45 tours publié intelligemment neuf jours avant l'alunissage d'Apollo 11, en en faisant le thème officieux de cet événement historique. La chanson présentait le Major Tom, un astronaute qu'on  lançait dans l'espace et dont le sort ultime restait incertain. Le morceau se termine avec ces paroles :

    “Here am I floating ’round my tin can
    Far above the Moon
    Planet Earth is blue
    And there’s nothing I can do”
    – Space Oddity
    “Me voici flottant dans ma boîte de métal
    Bien au-dessus de la lune
    La planète Terre est bleue
    Et il n'y a rien que je puisse faire"
    – Space Oddity

    À un niveau ésotérique, le Major Tom représente l'ascension des mortels vers la divinité – interprétation apparemment confirmée dans la vidéo de 2015 avec la chanson Blackstar.

    En 1972, Bowie introduit un nouvel alter égo qui à l'inverse descend du ciel vers la Terre.

    Ziggy Stardust

     Les deux apparences de Ziggy Stardust. À gauche, accentuation du signe de l’œil-qui-voit-tout (tiré de l'album Alladin Sane) et l'autre met en relief la glande pinéale, autrement dit le troisième œil.


    Pour son cinquième album, Bowie a introduit l'alter égo Ziggy Stardust, un extraterrestre androgyne qui a été envoyé par les "Infinis" pour annoncer la venue d'hommes des étoiles sur Terre.

    Dans l'interprétation visionnaire de Bowie, la civilisation était sur le point de s'effondrer et les "Infinis" allaient arriver. Ziggy Stardust allait annoncer la venue de ces 'hommes des étoiles' porteurs d'espoir. Ziggy est leur prophète, le messie qui s'élève à des hauteurs spirituelles incroyables et se maintient en vie grâce à la dévotion de ses disciples. Quand les hommes des étoiles arrivent enfin, ils empruntent des parties de Ziggy pour pouvoir se manifester comme des êtres physiques réels. Ils finissent par le dépecer sur scène pendant l'interprétation de la chanson 'Rock'n Roll Suicide'. Au moment de la mort de Ziggy, les hommes des étoiles incorporent son essence et deviennent visibles.
    – Ibid.

    Avec Ziggy Stardust, Bowie incarnait l'archétype du "dieu mortel", sauveur envoyé d'en-haut qui finit par sacrifier sa vie.

    La nature androgyne de Ziggy Stardust représente de manière occulte un état de haut niveau spirituel. Dans l'occultisme, l'étape la plus élevée d'illumination est réalisée par l'intériorisation de la dualité et un équilibre entre des forces opposées – le bien et le mal, l'actif et le passif, le masculin et le féminin. Ce concept est représenté symboliquement par le dieu cornu hermaphrodite Baphomet. On le décrit aussi dans le symbolisme de l'alchimie comme un androgyne alchimique.

    Ce symbole extrait du Turboe Philosophorum (1750) représente une figure hermaphrodite en tant qu'accomplissement du grand œuvre. Les principes actifs et passifs de la Nature sont souvent dépeints par des personnages masculin et féminin, et quand ces deux principes se rejoignaient harmonieusement en une seule nature ou corps, la coutume voulait qu'ils symbolisent cet état de parfait équilibre de la figure montrée ci-dessus.
     
    Ziggy Stardust incarne aussi l'opposition entre le monde spirituel et le monde matériel : bien qu'il représente un niveau d'illumination spirituelle élevé, il est également une star du rock bisexuelle aux mœurs légères, avec un penchant marqué pour les drogues dures.
     

    Contrairement au Major Tom qui monte vers le ciel, Ziggy Stardust descend des "cieux". C'est un "être supérieur" qui prend forme humaine pour communiquer un message, pas très différent de celui de Jésus Christ.

    Station to Station


    En 1976, Bowie sortit Station to Station, un album dont l'enregistrement ne lui a laissé que peu de souvenirs, en raison surtout de sa forte consommation de cocaïne. Il précisa plus tard que c'était le travail "d'une personne entièrement différente".

    "Bowie ne se rappelle presque rien de la production de l'album, même pas du studio, admettant ensuite, "Je sais que j'étais à Los Angeles parce que je l'ai lu".

    Malgré tout, l'album comporte un lourd symbolisme occulte. La chanson Station to Station, se réfère au voyage dans l'Arbre de Vie de la Kabbale.

    "Kether" et "Malkuth" sont deux des 10 éléments de l'Arbre de Vie de la Kabbale – le plus élevé et le plus bas, respectivement.

     Si on suit le chemin décrit ci-dessus par Bowie, entre Kether et Malkuth s'inscrit la descente de la divinité dans le royaume physique. Le thème de la "descente des cieux" a toujours été au cœur de l’œuvre de Bowie.


    Dans une interview de 1997, Bowie développe la signification "magique" de la chanson et s'interroge sur le fait qu'aucune source populaire n'y ait jamais accordé d'attention.

    "Dans le morceau "Station to Station" on retrouve beaucoup d'éléments du chemin de croix. Toutes les références concernent la Kabbale. De tous les albums que j'ai écrit, c'est celui qui se rapproche le plus d'un traité de magie. Je n'ai jamais lu de compte-rendu qui l'ait pleinement compris. C'est un album extrêmement sombre. Vilaine période à vivre, je dois dire."
    – Q Magazine, ChangesFiftyBowie”, 1997

    Sur la couverture de l'album, on voit Bowie qui dessine l'Arbre de Vie de la Kabbale :

    Bowie dessinant l'Arbre de Vie de la Kabbale.
     
    Plusieurs dizaines d'années plus tard, en 2015, Bowie est confronté à sa propre mortalité et sent le besoin d'offrir à ses fans un cadeau final. Blackstar reprend tous les éléments mentionnés ci-dessus (avec d'autres) pour créer un drame final, énigmatique et ritualiste.
     
     
    Blackstar

    Publié deux jours avant sa mort, Blackstar est le chant du cygne de David Bowie, dans lequel il développe la mythologie qu'il cultive depuis 50 ans. La vidéo du même nom est un défilé de scènes ténébreuses. La figure centrale : un être humain qui devient un dieu.

     
    La vidéo démarre avec un astronaute mort sur une planète éloignée.
     
    Est-ce le Major Tom ? Voyons-nous là sa dernière demeure ? Une jeune fille ouvre le casque de l'astronaute et découvre un crâne chargé d'ornements.
     
     
    Le crâne incrusté de pierreries représente l'ascension de l'astronaute vers la divinité.
     
    Le crâne devient ensuite une sorte d'artefact venant des dieux.
     
     
    Une "grande prêtresse" tient le crâne entre deux rangées de femmes qui ne peuvent s'empêcher de trembler en sa présence.

    Chantés comme une incantation, les paroles des premiers vers font allusion à un rituel occulte :
    In the villa of Ormen, in the villa of Ormen
    Stands a solitary candle, ah-ah, ah-ah
    In the centre of it all, in the centre of it all
    Your eyes
    Dans la villa d'Ormen, dans la villa d'Ormen
    Se tient un chandelier solitaire, ah-ah, ah-ah
    Au centre de tout, au centre de tout
    Tes yeux

    Dans la vidéo, les hommes et les femmes sont séparés, ce qui transmet l'idée de deux énergies opposées (masculine et féminine). Les deux groupes terminent en nous faisant témoins d'un rituel sexuel magique indirect.

     
    D'un côté, les femmes "prennent la position".
     
     
    De l'autre, trois épouvantails crucifiés (qui semblent animés d'une force impie) bougent leurs hanches de manière suggestive.
     
     
    Le mélange de magie sexuelle et les contorsions de Christ en croix donnent à la vidéo une forte orientation d'inspiration Crowley.
     
    Lors d'une interview, le réalisateur de la vidéo, Johan Renck, parle de Crowley.
    "Eh bien, je suis un immense fan de Crowley. Je l'ai toujours été. J'ai voulu faire un film sur sa vie il y a quelques années mais nous n'avons pas réussi. J'adore Crowley pour son audace à un certain moment de sa vie. Je pense qu'il est très mal compris. C'était un type bien, mais on l'a décrit comme diabolique, ce qu'il n'était pas."
    – Vice News, derrière “Blackstar”: Interview avec Johan Renck, réalisateur des clips de David Bowie’
    Le nom lui-même de l'album, Blackstar, se réfère à un important concept occulte : le soleil de minuit.
    "Le soleil de minuit faisait aussi partie du mystère de l'alchimie. Il symbolisait l'esprit de l'homme brillant dans la noirceur de son organisme humain. Il se référait également au soleil spirituel dans le système solaire, que le mystique pouvait voir aussi bien à minuit qu'à midi, la terre matérielle étant insuffisante pour obstruer les rayons de son orbe divin. Les mystérieuses lumières qui illuminaient les temples des Mystères égyptiens durant les heures nocturnes seraient les reflets du soleil spirituel rassemblés par les pouvoirs magiques des prêtres."
    – Manly P. Hall, The Secret Teachings of All Ages
    En gardant à l'esprit la mort imminente de Bowie, les paroles de la chanson prennent une signification toute personnelle
    “Something happened on the day he died
    Spirit rose a metre and stepped aside
    Somebody else took his place, and bravely cried
    (I’m a blackstar, I’m a blackstar)”
    Blackstar
    Bowie parle-t-il de sa propre mort ? De son corps sans esprit emporté par une étoile noire ? C'est encore une autre allusion à Bowie "emporté" par un être mystérieux qui déclare :
    I’m the Great I Am (I’m a blackstar)
    "Je Suis ce que Je Suis" (“I Am that I Am”) est la réponse qu'utilisait Dieu dans la Bible hébraïque quand Moïse lui a demandé son nom.
    Dans la vidéo, Bowie joue le rôle de trois personnages différents.

     Le "disciple aveugle" avec des boutons à la place des yeux. Ce personnage représente l'homme simple, ignorant.
     
     
    Le prêtre qui propage le "Livre de Blackstar" – avec les disciples abasourdis derrière lui.
     
     
     
    "L'illusionniste flamboyant" qui semble avoir pris le contrôle du corps vieillissant de Bowie avec son maniérisme excentrique.
     
     
    La vidéo décrit donc les différents niveaux associés à la connaissance occulte. Il y a ceux en contact direct avec sa "source véridique" alors que les masses aveugles sont fascinées par une version bâtarde, déployée par des figures charismatiques. David Bowie indique qu'il est, tout à la fois, un homme aveugle simple et un initié occulte – une étoile noire. 
     
    Lazare

    La vidéo finale de Bowie dévoile le nom d'une importante figure biblique : Lazare.


    "La résurrection de Lazare" de Rembrandt
     
    Dans le nouveau testament, Lazare meurt de maladie et il est ressuscité quatre jours plus tard par Jésus. Dans le contexte de la maladie en phase terminale de Bowie, le titre Lazare convoie l'idée d'immortalité, tout en jouant avec l'idée constante que Bowie appartient à un "autre monde".
     
    Dans la vidéo, Bowie joue le rôle des mêmes personnages que dans Blackstar.


    Dans le rôle de "l'homme aveugle", Bowie est un humain âgé qui est faible physiquement, allongé sur son lit de mort et effrayé par ce qui va arriver.
    Look up here, I’m in heaven
    I’ve got scars that can’t be seen
    I’ve got drama, can’t be stolen
    Everybody knows me now
    – Lazarus
    D'une armoire dans le coin de la chambre (symbolisant peut-être un portail vers une autre dimension) émerge un autre Bowie, flamboyant, un Bowie éternellement jeune.

     
    Ce Bowie-là n'est pas mourant – il s'offre même quelques pas de danse.
     
    Le costume porté par ce Bowie se rapporte à une relique spécifique de son passé.
     

    Bowie porte le même costume que sur la couverture de "Station to station" sur laquelle il dessine l'Arbre de Vie de la Kabbale.
     
    Comme on l'a vu plus haut, selon Bowie, cet album de 1976 a été écrit "par une personne entièrement différente".
     
    Dans Lazare, nous sommes témoins du retour de cet être immortel.


    Avec un maniérisme théâtral, ce Bowie écrit fiévreusement, comme animé par une force supérieure. Est-ce la source d'inspiration de Bowie tout au long des années ?
     
     
    À un moment, nous aperçevons le crâne de Blackstar, ce qui implique que ce Bowie possède cette connaissance occulte secrète.
     
     
    Bien que le corps mortel de Bowie ait succombé à une maladie physique (ce qui est le sort ultime de tous les humains), une autre partie de lui continue de vivre, cet être d'un autre monde qui a pris le contrôle de son corps pendant sa carrière.


    La vidéo se termine avec un Bowie occulte retournant dans l'armoire et fermant la porte.

    Dans Lazare, Bowie dit donc adieu au monde matériel mais nous rappelle qu'une partie de lui survit… cette même partie de lui qui est montée dans l'espace en tant que Major Tom et qui est descendue sur Terre avec Ziggy Stardust. Ce Bowie voyage entre le monde physique et le monde spirituel avec la même aisance qu'il voyage de Station en station dans l'Arbre de Vie de la Kabbale.
     
     
    En conclusion

    Malgré une carrière étalée sur plusieurs décennies, la production de 28 albums et l'exploitation de toutes sortes de concepts énigmatiques, un aspect de Bowie reste constant : il a projeté l'aura d'un être d'un autre monde, qui n'a pas vraiment appartenu à la Terre, qui est apparu parfois soit illuminé spirituellement soit possédé diaboliquement.

    Son album final, Blackstar, est une continuation directe du "mythe Bowie". Méticuleusement organisé pour transformer sa mort en œuvre d'art, l'imagerie de Blackstar relie plusieurs périodes iconiques de la carrière de Bowie en vue d'un récit final, qui confirme l'extrême importance de l'occultisme dans son œuvre.

    Lazare, le cadeau d'adieu de Bowie, transmet un message important : Bowie plus que tout autre était le réceptacle de quelque chose de plus grand, de plus profond, de plus sombre et de plus total. Il a trouvé l'inspiration pour devenir une icône immortelle et conduire ses fans à se rallier derrière la déclaration que "Bowie est Dieu".

    Bowie fut-il vraiment influencé par des forces occultes invisibles ou n'était-il qu'un brillant artiste avec un penchant pour le dramatique ? Pas besoin de se poser la question. Bowie a répondu il y a longtemps :
    “I’m closer to the Golden Dawn
    Immersed in Crowley’s uniform
    I’m not a prophet or a stoneage man
    Just a mortal with potential of a superman”
    Je suis proche de la Golden Dawn
    Revêtu de la tenue de Crowley
    Je ne suis pas un prophète ou un homme de l'âge de pierre
    Juste un mortel au potentiel de superhomme

  • Commentaires

    1
    jyp
    Vendredi 5 Février 2016 à 22:52
    A suivre..............
    2
    nico
    Mercredi 31 Août 2016 à 00:56

    il ne faut pas oublier que "Le mensonge est l'une des armes les plus redoutables de Satan" , il faut être très clairement barré pour le croire.
    Même si il est le prince de cette terre, il n’est que prince et je sers le Roi ;D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :