• ➤ DUTROUX : Karl Zéro met les pieds dans le plat en parlant du réseau sur le plateau de France 5

    Invité sur le plateau de France 5, le journaliste Karl Zéro a saisi l'occasion pour mettre sur la table du petit salon mondain de C à vous la thèse du réseau dans l'affaire Dutroux, un triste secret de polichinelle...

    Source : https://www.youtube.com/watch?v=rbFkYCO0e0I

    Document Wikileaks contenant les procès verbaux / auditions

    https://reopendutroux.blogs.fr/sommaire.html

    « ➤ Dissociation / Décorporation (((extase))) dans la Mystique Kabbaliste - Extraits de "Kabbalah"➤ Archive CNN : Satanisme et Amnésie Traumatique / Trouble Dissociatif de l'Identité devant un tribunal »

  • Commentaires

    1
    DOMIDOMINO
    Dimanche 20 Octobre à 12:48

    Ecouter les journalistes qui posent les questions à Karl Zéro et ressentir TOUT CE DEGOUT ! De quel côté sont donc ces journalistes ? On a l'impression qu'ils défendent non seulement Dutroux mais surtout ces "personnes haut placées" ! Que savent-ils en fait ? Faudrait peut-être les interroger car on ne sait jamais...........

    2
    DOMIDOMINO
    Lundi 21 Octobre à 17:30

    Ci-dessous un article en date du 22 Janvier 2002 que THE GUARDIAN a présenté par son journaliste Andrew OSBORN ET QUI CONFIRME LES DIRES DE M. KARL ZERO .   Traduction française suivie de l'article original en anglais :

    Dutroux dit avoir acheté des filles pour le réseau belge Andrew Osborn à Bruxelles    Mar 22 Jan 2002 12.14 GMT Publié pour la première fois le mardi 22 janvier 2002 à 12h14

    Marc Dutroux, l'électricien belge accusé d'enlèvement, de viol et de meurtre de quatre jeunes filles au milieu des années 1990, a affirmé qu'il n'avait pas agi seul mais qu'il faisait partie d'un réseau plus large de pédophiles.

    L'horreur de ses crimes présumés a amené 350 000 personnes dans les rues de Bruxelles en 1996 afin de condamner la police et le système judiciaire, qui étaient largement perçus comme ayant gâché l'enquête.

    Et maintenant, dans une interview non autorisée avec un journaliste de télévision qui se faisait passer pour un chauffeur politique afin de pouvoir accéder à la cellule de prison de Dutroux, l'homme le plus détesté de Belgique a affirmé pour la première fois qu'il avait fourni des filles aussi jeunes que huit ans au réseau.

    Ses propos ont provoqué un tollé en Belgique, où les proches des victimes ont longtemps affirmé l'existence d'un tel réseau et allégué que ses activités étaient dissimulées du fait que de hauts responsables politiques et des policiers en faisaient partie.

    "Il existe vraiment un réseau d'activités criminelles de toutes sortes", a déclaré Dutroux à VTM, une chaîne de télévision flamande. "J'ai entretenu des contacts réguliers avec les personnes qui constituaient ce réseau. Mais les autorités ne veulent pas se renseigner."

    Selon des sources de VTM, qui ont retransmis l'émission hier soir, Dutroux affirme que deux de ses victimes, Melissa Russo et Julie Lejeune, toutes deux âgées de huit ans, ont trouvé la mort dans des cages spéciales dans son sous-sol, alors qu'il a fait un court séjour en prison pour vol. - n'ont pas été enlevés pour sa propre gratification sexuelle mais pour le réseau.

    Mais Dutroux, en prison depuis 1996, en attente de son procès, a refusé à plusieurs reprises de citer des noms lors de l'entretien mais a reconnu sa complicité directe dans les crimes et s'est plaint amèrement, pas pour la première fois, de ses conditions de détention.

    "J'ai gardé Julie et Melissa chez moi et j'ai gardé An et Eefje [deux de ses autres victimes] aussi, donc je ne suis pas innocent", a-t-il concédé.

    «Je vis comme un animal [en prison] depuis cinq ans et demi et je suis vraiment à bout de forces.»

    Dutroux doit être jugé au plus tôt à la fin de cette année. Il est accusé d'avoir enlevé et maltraité six filles âgées de 8 à 19 ans et d'en avoir tué quatre.

    Des sources à VTM ont admis hier que ses "révélations" pourraient être un stratagème pour retarder ce procès, qui se faisait attendre depuis longtemps, dans la mesure où il est certain que les autorités subiront une immense pression pour rouvrir toute l'enquête.

    "Il a toujours manipulé l'enquête", a déclaré Eric Goens, rédacteur en chef du programme Telefacts. "Et je pense que nous devrions reconnaître que cela pourrait être une astuce de forcer une enquête et de reporter le procès."

    Gino Russo, père de Melissa, a réagi avec horreur aux commentaires de Dutroux. "C'est indécent", dit-il. "Il dit qu'il a gardé Julie et Melissa, ce sont donc des viols, des enlèvements et du sadisme. Il parle de réseau alors que nous sommes déjà à la fin de l'enquête.

    "Il appartient maintenant au juge d'élaborer le plan [du procès] avec ce qu'il a. S'il dit qu'il existe un réseau mais ne fournit pas plus de détails, rien ne changera. Mais s'il coopère, alors peut-être que l'enquête sera reprise."

    L'enquête Dutroux était caractérisée par l'incompétence. À un moment donné, la police s'est rendue à la maison où étaient détenues Julie et Melissa et a entendu des cris mais a accepté l'explication de Dutroux selon laquelle il devait s'agir d'enfants jouant dans la rue

    Dutroux says he procured girls for Belgian network

    Andrew Osborn in Brussels

    Tue 22 Jan 2002 12.14 GMT First published on Tue 22 Jan 2002 12.14 GMT

    Marc Dutroux, the Belgian electrician accused of kidnapping, raping and murdering four young girls in the mid-1990s, has claimed that he did not act alone but was part of a wider paedophile network.

    The horror of his alleged crimes brought 350,000 people on to the streets of Brussels in 1996 to condemn the police and the justice system, which were widely perceived to have bungled the investigation.

    And now in an unauthorised interview with a TV journalist who masqueraded as a politician's chauffeur to gain access to Dutroux's prison cell, Belgium's most hated man has alleged for the first time that he procured girls as young as eight for "the network".

    His comments have caused uproar in Belgium where the victims' relatives have long claimed the existence of such a network and alleged that its activities were covered up because senior politicians and policemen were part of it.

    "A network with all kinds of criminal activities really does exist," Dutroux told VTM, a Flemish TV station. "I maintained regular contacts with the people who made up this network. But the authorities don't want to look into it."

    According to sources at VTM, which broadcast the programme last night, Dutroux claims that two of his victims - Melissa Russo and Julie Lejeune, both eight, who starved to death in special cages in his basement while he did a short stint in prison for theft - were not abducted for his own sexual gratification but for the network.

    But Dutroux, who has been in jail since 1996 awaiting trial, repeatedly refused to name names in the interview but did admit direct complicity in the crimes and complained bitterly, not for the first time, about his prison conditions.

    "I kept Julie and Melissa at my place and I kept An and Eefje [two of his other victims] there too so I'm not innocent," he conceded.

    "I've been living like an animal [in prison] for the past five-and-a-half years and I'm really at the end of my tether."

    Dutroux is due to stand trial at the end of this year at the earliest and is charged with kidnapping and abusing six girls aged between eight and 19, and killing four of them.

    Sources at VTM admitted yesterday that his "revelations" might be a ploy to delay that trial, already long overdue, since the authorities are certain to come under immense pressure to reopen the entire investigation.

    "He has always been manipulating the investigation," said Eric Goens, the editor in charge of the programme Telefacts. "And I think we should recognise that it could be a trick to force an investigation and get the trial postponed."

    Gino Russo, father of Melissa, has reacted with horror to Dutroux's comments. "It's indecent," he said. "He says that he kept Julie and Melissa, so that's rape, kidnapping and sadism for starters. He talks about a network when we are already at the end of the investigation.

    "It is now up to the judge to draw up the [trial] plan with what he has. If he says there is a network but offers no further details nothing will change. But if he cooperates then maybe the investigation will be restarted."

    The Dutroux investigation was characterised by incompetence. At one point police visited the house where Julie and Melissa were being held and heard screaming but accepted Dutroux's explanation that it must have been children playing in the street.

    Since you’re here…

    … we have a small favour to ask. More people are reading and supporting The Guardian’s independent, investigative journalism than ever before. And unlike many news organisations, we have chosen an approach that allows us to keep our journalism accessible to all, regardless of where they live or what they can afford. But we need your ongoing support to keep working as we do.

    The Guardian will engage with the most critical issues of our time – from the escalating climate catastrophe to widespread inequality to the influence of big tech on our lives. At a time when factual information is a necessity, we believe that each of us, around the world, deserves access to accurate reporting with integrity at its heart.

    Our editorial independence means we set our own agenda and voice our own opinions. Guardian journalism is free from commercial and political bias and not influenced by billionaire owners or shareholders. This means we can give a voice to those less heard, explore where others turn away, and rigorously challenge those in power.

    We need your support to keep delivering quality journalism that’s open and independent. Every reader contribution, big or small, is so valuable.

    Support The Guardian from as little as €1 – and it only takes a minute 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :